Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

INFORMATIQUEBULL PRIVE DE WINDOWS NTAbandonnant le portage Windows NT sur la puce PowerPC, IBM met Bull, nouvellement privatisé, dans l'embarras.

,

Publié le

INFORMATIQUE

BULL PRIVE DE WINDOWS NT

Abandonnant le portage Windows NT sur la puce PowerPC, IBM met Bull, nouvellement privatisé, dans l'embarras.



Voilà Bull privé. Et doublement. D'abord, et c'est la bonne nouvelle, l'entreprise que personne n'imaginait viable en dehors d'une tutelle étatique vient en effet d'achever sa privatisation avec brio. Ensuite, et c'est un coup dur, le constructeur informatique français se voit... privé, pour un temps au moins, de Windows NT, le système d'exploitation qui a le vent en poupe. Et cela, c'est à ses partenaires, IBM et Motorola, qu'il le doit. A la mi-décembre, IBM, promoteur avec Motorola et Apple du processeur PowerPC adopté par Bull, a en effet décidé d'arrêter le portage de Windows NT et de ses applications sur la puce PowerPC. Jugeant que le jeu n'en valait plus la chandelle - " pas assez de volume pour justifier l'investissement " -, IBM, entraînant ses partenaires dans son sillage, n'offrira plus Windows NT que sur les processeurs Intel. Le PowerPC reste la plate-forme de choix pour AIX, l'Unix d'IBM (et de Bull) et Mac OS, le système d'exploitation d'Apple. Ce revirement est lourd de conséquences. Pas tant pour IBM, qui dispose déjà d'une offre Windows NT sur puce Pentium Pro, mais pour Motorola et Bull, qui sont exclusivement PowerPC et avaient construit leur offre Windows NT sur ce processeur.

Reconstruire une offre autour de machines Intel

Bull avait beaucoup misé sur la capacité de ses serveurs à faire tourner indifféremment Windows NT et AIX. Windows NT lui permettait en effet de faire du volume et donc, sur les serveurs d'entrée de gamme, de continuer à offrir des machines sous Unix à un prix compétitif. Cela est si vrai que, présentant en novembre sa toute nouvelle offre de serveurs de groupe de travail, Didier Breton, vice-président de la division " systèmes d'information d'entreprise " de Bull, indiquait : " Sur les applications simples de serveurs de fichiers et d'impression, nous devrions vendre 70 % de ces machines sous NT et le reste sous Unix. Sur les applications plus lourdes, ce sera moitié, moitié. " Pris a contre-pied, que peut faire Bull, dont l'offre de serveurs Intel a été cédée à Packard Bell l'an dernier, en même temps que Zenith ? Abandonner NT ? Pas question, s'il y a un marché en croissance, c'est bien celui-là. " Nous allons reconstruire une offre autour de machines Intel. Nous sommes en train d'étudier chez quel constructeur nous nous fournirons et ce ne sera pas nécessairement Packard Bell ", indique Didier Breton. Et pour minimiser l'importance de l'événement, il précise : " De toute façon, ces marchés sont des marchés de "solutions". L'important est de proposer des solutions bien packagées et de posséder le bon réseau de distribution. " Il n'empêche. Entre le temps qu'il faudra pour constituer une offre complète sur serveurs Intel, la valeur ajoutée perdue à distribuer des machines fabriquées par d'autres et la difficulté qu'il y aura à pérenniser l'offre Unix dans le bas de gamme, le coup est rude pour Bull.



Le nouvel actionnariat

A l'occasion d'une augmentation de capital, Bull a basculé dans le privé. L'entreprise, qui " devrait dégager un résultat net consolidé positif en 1996 " (on table sur environ 500 millions de francs), a vu ses actionnaires de référence, NEC Motorola et France Télécom, passer de 17 à 18,7 %, tandis que Dai Nippon Printing, montait de 3 à 5,8 %. Les parts détenues par IBM, le personnel, des investisseurs financiers et le public ont été diluées. La part de l'état a été réduite de 37 à 30,5 % du capital.

USINE NOUVELLE N°2576

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle