Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Informatique

, ,

Publié le

Dossier


PREMIER PRIX

GL Trade
Gérer les Bourses
En quinze ans, GL Trade s'est imposé comme le leader mondial des logiciels de négociations boursières pour les banques et les courtiers.


L'entreprise
Siège : Paris (75)
Dirigeants : Pierre Gatignol et Louis Christophe Laurent
Actionnariat : Financière Montmartre (51,31 %), Reuters Nederland BV (34,22 %), divers (14,47 %)
Marge nette 2001 : 13 %
Effectifs 2001 : 661 salariés

Paradoxe ? D'un côté, des Bourses qui n'en finissent plus de chuter. De l'autre, un fournisseur de logiciels de négociations boursières, GL Trade, qui affiche des objectifs de croissance insolents : une progression du chiffre d'affaires de 25 % en 2002, assortie d'une marge nette de 13 %.

En fait, la contradiction n'est qu'apparente. D'abord parce que, à l'exception de celle de New York, les Bourses abandonnent les échanges à la criée au profit des négociations électroniques. Ensuite, car les places boursières autorisent de plus en plus de sociétés à passer des ordres. En fait, le nombre de clients potentiels de GL Trade s'accroît. Enfin, avec un chiffre d'affaires de 102 millions d'euros, le groupe bénéficie du « succès de ses solutions standardisées au détriment des logiciels propriétaires », indique une note de BNP Paribas Equities.

Créée en 1987, GL Trade s'est imposé comme le leader mondial des logiciels pour les sociétés de Bourse telles Merrill Lynch ou Goldman Sachs. A l'époque, les fondateurs Pierre Gatignol et Louis Christophe Laurent - le « G » et le « L » de GL Trade - avaient pourtant développé de simples outils de visualisation des cours. Mais, en 1992, grâce à la reprise de son concurrent SDIB, la PME devient incontournable à la Bourse de Paris. L'acquisition de cette filiale de la SBF, devenue Euronext Paris, lui donne en effet un accès privilégié au système de cotations du palais Brongnard.
GL Trade en profite pour améliorer ses applications. Avec un objectif : simplifier les transactions. Par exemple, les ordres peuvent être passés de manière conditionnelle. « Si le cours du pétrole monte, un courtier peut fixer l'ordre ?Acheter Total?, selon les prix de l'action et du baril », explique Louis Christophe Laurent. De même, lorsque des actions sont achetées, la commande est envoyée directement aux systèmes qui se chargeront des virements.

Une stratégie internationale

Pour ne pas dépendre du seul marché français, GL Trade a entamé à partir de 1995 une double stratégie de développement international. Afin de donner à ses clients des accès aux Bourses étrangères, la société a déployé un réseau privé et sécurisé qui relie les cinq continents. 55 Bourses y sont désormais connectées et il faut deux secondes à un financier basé à Londres pour passer un ordre à Singapour.
Parallèlement, GL Trade a multiplié les implantations à l'étranger. Grâce à des rachats de concurrents locaux, comme le japonais CGI cette année, et des créations de filiales, le groupe est présent dans une quinzaine de pays. Soit trois fois plus que Royal Blue, son principal concurrent.
Au premier semestre de 2002, GL Trade n'a ainsi réalisé que 34 % de son chiffre d'affaires en France, contre 49 % dans les autres pays européens et 6 % en Asie. Surtout, la stratégie d'expansion internationale a évité au groupe une trop forte dépendance vis-à-vis de quelques gros clients. Aujourd'hui, sur le millier de sociétés de Bourse qui utilisent les outils de GL Trade, les dix premières ne représentent que 18 % des ventes. Une diversité qui, associée au modèle de commercialisation - des abonnements annuels peu chers plutôt que des licences - fait figure de garantie face au marasme boursier.

Luc Mathieu


LES AUTRES CHAMPIONS


PLUS DE 80 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Groupe Alten
Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
Un prestataire spécialisé dans le conseil en technologies
Numéro 2 français de la sous-traitance de recherche-développement, Alten intervient aussi bien au niveau de la conception que de la réalisation des projets. La société, créée en 1988, multiplie les acquisitions pour se développer à l'étranger où elle n'a réalisé que 8 % de son chiffre d'affaires en 2001. Alten vise une croissance de 15 % en 2002.

Dirigeant : Simon Azoulay
Actionnariat : fondateurs (58,6 %), public (39,8 %)
Marge nette 2001 : 7,5 %
Effectifs 2001 : 3 490 salariés


Business Objects
Levallois-Perret (Hauts-de-Seine)
Leader mondial de l'aide à la décision
Spécialiste de la « business intelligence », Business Objects vend des logiciels qui croisent les données d'une entreprise (informations sur les clients, ventes, etc.) pour en tirer indicateurs et rapports d'activité. La société a signé la plus grosse acquisition de son histoire en août dernier, en rachetant Acta Technologies, un éditeur américain
qui commercialise des solutions d'extraction de données.
Dirigeant : Bernard Liautaud
Actionnariat : public (86 %), FMR (3,6 %), Invesco Global Asset Management (3,5 %), Fiduciary Trust (2,6 %), Bernard Liautaud (2,5 %), FIL (1,8 %)
Marge nette 2001 : 10,9 %
Effectifs 2001 : 777 salariés


Groupe Focal
Lyon (Rhône)
Une SSII qui cible les grands comptes
Société de services en informatique spécialisée dans l'ingénierie et la gestion des infrastructures,
Focal vise les grands comptes et réalise 60 % de son chiffre d'affaires avec ses seize premiers clients.
En 2001, la SSII a acquis Antall (450 salariés) et Green Informatique (350 salariés) et s'est désengagée de son activité d'édition de progiciels.
Un repositionnement réussi puisque le chiffre d'affaires au premier semestre 2002 a augmenté de 12 % par rapport à la même période de 2001.
Dirigeant : Yves Bouquerod
Actionnariat : Industrial Software Development (50,5 %), groupe Focal (8,6 %), SCAF SA (5,1 %), Atschul, famille Jacques, (3,5 %), Yves Bouquerod (2,11 %)
Marge nette 2001 : 14,5 %
Effectifs 2001 : 1 950 salariés


Fininfo
Paris (75)
Des produits pour les financiers
Société d'information financière, Fininfo vend des logiciels d'aide à la décision aux intervenants des marchés (gérants de portefeuilles, analystes, etc.). La société s'est également lancée dans le renseignement commercial en rachetant BIL, une base de données qui regroupe les informations légales sur les entreprises françaises. Enfin,
la filiale E-Fininfo propose aux sociétés de Bourse en ligne des outils de gestion des ordres des particuliers.
Dirigeant : Gérard Jeulin
Actionnariat : famille Jeulin (43 %), public (40,5 %), Telekurs Holding AG (9,9 %)
Marge nette 2001 : 9,7%
Effectifs 2001 : 875 salariés


DE 15 A 80 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

SII (Société pour l'informatique industrielle)
Paris (75)
Un spécialiste de l'externalisation de R & D
Créée en 1979, la société de conseil et d'ingénierie SII propose des prestations d'externalisation de recherche-développement et d'intégration des systèmes informatiques. Ses clients, essentiellement des grands comptes, venant surtout du monde industriel.
La société compte se développer dans le secteur tertiaire et l'administration.
Dirigeant : Bernard Huvé
Actionnariat : famille Huvé (46,2 %), public (38,5 %), salariés (3,3 %), autodétention (2,1 %)
Marge nette 2001 : 7 %
Effectifs 2001 : 967 salariés


Adonix
Asnières (Hauts-de-Seine)
Un éditeur d'ERP tourné vers l'international
Adonix a créé sept filiales à l'étranger (Royaume-Uni, Italie, Espagne, Etats-Unis...) où l'éditeur de progiciels de gestion intégrée réalise 40 % de
son chiffre d'affaires. Il a, par ailleurs, racheté cet été le lyonnais Abel, spécialisé dans le développement
de progiciels financiers. Adonix complète ainsi son offre, qui reste surtout destinée aux PME.

Dirigeant : Emile Hamou
Actionnariat : Emile Hamou (44,9 %), Challenger (36,76 %), autocontrôle (4,28 %)
Marge nette 2001 : 10 %
Effectifs 2001 : 420 salariés


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle