Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[INFOGRAPHIE] Pourquoi le Barracuda Shortfin de DCNS a convaincu l'Australie

Astrid Gouzik , , , ,

Publié le , mis à jour le 26/04/2016 À 17H54

"Une très grande fierté". C'est en ces termes que François Hollande a commenté le gigantesque contrat décroché par l'industriel français en Australie. DCNS a été choisi pour fournir douze sous-marins à l'armée australienne, pour 34 milliards d'euros. Mais quelles sont les particularités du Shortfin Barracuda ? Découvrez le dans notre infographie.

"C'est le contrat d'un demi siècle, et c'est déjà pas mal !". Devant les journalistes et les salariés de DCNS, ce mardi 26 avril, le président de la République François Hollande n'a pas boudé son plaisir. Il faut dire qu'il n'annonce pas tous les jours d'aussi gargantuesques contrats ! 

Le 25 avril, François Hollande a reçu un coup de téléphone du Premier ministre australien Malcolm Turnbull pour lui annoncer que DCNS, et donc la France, "avait été choisi comme partenaire". Traduction : l'industriel a remporté l'appel d'offres pour le renouvellement de la flotte australienne de sous-marins. A la clé, 12 bâtiments et 34 milliards d'euros. 

 

Si DCNS ne partait pas favori dans cet appel d’offre, la donne a changé en milieu de semaine dernière. Le 21 avril, à la suite d’une réunion de la commission d’évaluation des offres de sous-marins pour la marine australienne, la rumeur se répand : le consortium d’industriels japonais serait écarté. Le groupe français se retrouve ainsi seul face à l’allemand TKMS et son projet inadapté.

C'est donc le Shortfin Barracuda, ce sous-marin du futur, développé par DCNS sur la base du modèle français à propulsion nucléaire Barracuda, qui a remporté la mise. Mais quelles sont ses caractéristiques techniques ? Qu'est-ce qui lui a permir de décrocher ce mégacontrat ? Les réponses dans notre infographie. 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

30/04/2016 - 14h23 -

S'il(Hollande)n'avait pas trahi la Russie, notre pays aurait à son actif deux bateaux Mistral de plus de vendus.

Mais voilà, Mr Hollande obéi à des puissances étrangères anglo saxonnes, bien qu'il se dit socialiste !
Répondre au commentaire
Nom profil

29/04/2016 - 15h51 -

Dommage que notre président de la république ne sache pas s'exprimer sans faute d'orthographe !!! Quel exemple pour le citoyen lambda que je suis !!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

26/04/2016 - 19h06 -

Voilà qui devrait mettre un terme au Hollandebashing ou, à tout le moins, faire remonter la cote de notre président.
Car, même si le transfert d'activités en Australie diminue la part de notre pays, il n'en demeure pas moins que DCNS et la région Normandie donc la France bénéficieront pleinement de cette commande.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle