[Infographie] Où se cachent les marges des denrées alimentaires?

La baisse des marges des agriculteurs et des éleveurs n'est pas répercutée dans les rayons des supermarchés. Mais la grande distribution ne doit pas être le seul acteur à interroger, souligne le président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, Philippe Chalmin. L'Usine Nouvelle fait le point en cinq graphiques et un article montrant la répartition des marges dans la filière.

Partager

Loading...

Loading...

(Survolez les légendes pour voir s'afficher les valeurs). © MyD / L'Usine Nouvelle

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En 2015, les difficultés structurelles des filières animales – notamment dans le porc, dont le prix de vente ne couvre pas les coûts – se sont doublées de difficultés conjoncturelles dans l’univers céréalier et laitier, victime de surproduction. Les prix payés à l'agriculteur ou à l'éleveur comme les prix de vente de l'industrie ont baissé en 2015, tandis que le consommateur voyait gonfler très légèrement son ticket de caisse.

La volatilité, elle, n'est supportée que par l'amont de la filière: "En amont, les prix agricoles sont marqués par une forte instabilité ; en aval, les prix sont stables pour le consommateur", constate le président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, Philippe Chalmin. Face à la baisse des marges des agriculteurs et des éleveurs, qui n'est pas répercutée dans les rayons des supermarchés, la grande distribution ne doit pas être le seul acteur à interroger.

Le cinquième rapport au Parlement de cette commission créée en 2010 sous la tutelle des ministères de l’Agriculture et de l’Economie, composée de représentants de l’agriculture, de l’industrie, de la distribution et des consommateurs, fait état d’une nouvelle baisse des prix à tous les niveaux de la production en 2015 - les prix agricoles ont perdu 2,4% (après un recul de 5,3% en 2014) et les prix des produits des industries alimentaires sont en recul de 2% - tandis que les prix à la consommation alimentaire progressaient de moins de 0,5% en moyenne.

La situation s’aggrave pour les producteurs de porc

"Aujourd’hui, la plupart des prix des produits agricoles ne couvrent pas la totalité des coûts de production, même, dans nombre de cas, avec des aides", souligne Philippe Chalmin. Depuis trois ans, le coût de production moyen du porc en élevage dépasse son prix de vente (payé à l'éleveur). Et l’écart entre ces deux chiffres s’accroît: 1,64 euro payé contre un coût de 1,67 euro en 2013; 1,51 euro contre 1,53 euro en 2014 et 1,40 euro contre 1,48 euro de coûts en 2015. Sur chaque kilogramme de porc vendu, l'éleveur a donc perdu respectivement 3 centimes en 2013, 2 en 2014 et 8 en 2015.

Prenons l'exemple du jambon: le prix moyen du porc, à l’entrée de l’abattoir, s’est respectivement élevé à 1,64 euro par kilo carcasse en 2013, 1,51 euro en 2014 et 1,40 euro en 2015 (soit une baisse de 24 centimes en deux ans). A l'autre bout de la chaîne, le prix du jambon cuit en grandes et moyennes surfaces était de 10,94 euros en 2013, 11,05 euros en 2014, et de 11,01 euros en 2015 (plus 12 centimes en deux ans). On voit qu'entre les deux, les marges brutes des différents acteurs ont évolué différemment: les abattoirs et la distribution ont reconstitué la leur de 20 centimes chacun, tandis que la charcuterie-salaison abandonnait 3 centimes.

La filière blé tendre paie le prix de la surproduction

Pour la première fois depuis la création de l’Observatoire, les situations des filières animales et céréalières convergent. "Le blé a connu quand même de belles années. La nouveauté réside dans le fait que les coûts de revient dépassent les prix de vente dans la filière blé tendre", précise Philippe Chalmin. Alors que les rendements n’ont cessé d’augmenter (8 tonnes par hectares en 2013, 8,2 t/ha en 2014, 8,8 t/ha en 2015), tant les prix des produits du blé que les aides ont chuté (219 euros/tonne en 2013, 192 euros/tonne en 2014, 180 euros/tonne en 2015). En cause : des récoltes exceptionnelles et une abondance de marchandises à disposition.

Les agriculteurs entretiennent des rapports tendus avec la distribution, qu'ils accusent de confisquer les marges. Pourtant, dans cet environnement chahuté, la grande distribution n’affichait, en 2014, qu’une marge nette de 1,2% dans ses rayons alimentaires, avant impôt sur les sociétés. Trois rayons (marée, boucherie et boulangerie-pâtisserie-viennoiserie) sont structurellement déficitaires.

Un marché concurrentiel

"Nous sommes passés de la stabilité de prix administrés à l’instabilité de prix nationaux, européens, voire mondiaux", rappelle Philippe Chalmin, faisant référence à la situation de la filière laitière. De nombreux producteurs européens ayant anticipé la fin des quotas laitiers au 1er avril 2015 en augmentant les volumes, une crise de surproduction a frappé le marché. "Il manque, pour de nombreuses filières, de bons instruments tels que les marchés à terme qui existent pour les céréales. Les industriels doivent, autant que faire se peut, entrer dans une logique de contractualisation. Il faut rétablir des relations harmonieuses entre les acteurs de la filière", affirme l’économiste à L’Usine Nouvelle.

"En 2014, les prix du lait étaient élevés et les prix facturés au consommateur stables", remarque Philippe Chalmin, qui entrevoit toutefois un éventuel redressement des marges – à confirmer de manière statistique – en 2015. Echéances électorales obligent, la sixième édition de ce rapport très attendu ne paraîtra pas forcément au mois d’avril 2017. Dans l’intervalle, l’Observatoire relancera, à l’automne prochain, une nouvelle session d’entretiens avec les acteurs des différentes filières concernées.

Franck Stassi

5 Commentaires

[Infographie] Où se cachent les marges des denrées alimentaires?

cult
12/04/2016 21h:54

Le cour du blé est actuellement à 137 euro Tonnes, il était aux environs de 170 euro au plus haut en novembre 2015.
Aucun négociant n'achète les grains aux prix forts, lorsque les prix sont "hauts" ils n'achètent pas prétendent qu'il n'y a pas de débouchés et attendent... ainsi les prix baissent et là ils trouvent tout de suite des débouchés et se font une bonne marge par la suite.
Il n'y a aucunes aides, c'est de l'argent du, une compensation sur la baisse des prix instauré par l'Europe avec l'ouverture des frontières, cette compensation sur les prix a été découplé des productions pour pouvoir la supprimer l'air de rien par la suite.

Réagir à ce commentaire
fredvn
13/04/2016 02h:18

Bonjour. Voici ma réaction. Faites en moins , mais de meilleur qualité. Faites du très bon.Un de mes ami éleveur a pris le bouillon a cause des aliments trop chers pour ces porcs. De 10000 porcs il a baissé le nombre a 2000. Ensuite il a créé sa propre charcuterie. Aujourd'hui il roule sur l'or alors qu'avant il perdait de l'argent régulièrement.Mais nous ne vivons pas en Europe...

Réagir à ce commentaire
Pierre
13/04/2016 09h:44

Quelques éléments pour compléter ces chiffres, en prenant l'exemple du porc. Considérons que la main d'oeuvre est le principal poste de dépense dans les entreprises, sauf en élevage (2nd poste après l'alimentation, environ 60% du coût de production). Les chiffres utilisés proviennent de ceux avancés par GIS Elevage Demain (Agathe LANG et al., 2015), p. 123 du rapport "LES EMPLOIS LIÉS À L’ÉLEVAGE FRANÇAIS". On peut y voir que la distribution concentre 20.6% des emplois de la filière porc, et 42% du prix payé par le consommateur selon vos sources. La transformation équivaut à 25.4% des emplois, 16.6% du prix payé par le consommateur,l'abattage : 27.6% des emplois, 8,8% du prix. Enfin l'élevage et les fournitures : 26.4% des emplois, 32.7% du prix payé. Les élevages sont en grandes difficultés, l'abattage ne se porte pas très bien (Reprise de GAD, difficultés d'AIM, difficulté de Cooperl, n°1 de l'abattage en France)... a Méditer !

Réagir à ce commentaire
Chrom68
16/04/2016 10h:20

Faire SVP les graphiques pour les différents pays de l'UE (ou au moins France/Allemagne) et expliquez nous pourquoi le litre de lait frais et d'autres produits sur base agricole, les lessives et produits de beauté (Nivea etc) de l'UE y sont vendus 20 % moins chers.
Tous les frontaliers font leurs courses en Allemagne, comment y sont les marges des distributeurs et des industriels ?

Merci

Merci

Réagir à ce commentaire
Marc 52
19/04/2016 16h:33

Bonjour, je n'ai jamais vu un distributeur perdre de l'argent ! Sa publicité et les marges arrières sont supportées par les fournisseurs.Sur les produits à fort renouvellement (l'alimentaire, notamment), il paie son fournisseur 30 à 40 jours après qu'il est encaissé le consommateur final !Nos 4 entités de distribution ont l'argent circulant des français. Je ne les plaindrais jamais !

Réagir à ce commentaire
5 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS