Infineon supprime jusqu'à 200 millions d’euros d'investissements en 2019

Confronté au ralentissement de ses activités, le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon Technologies abaisse ses investissements à 1,5 milliard d’euros sur son exercice fiscal de 2019, soit une baisse de 100 à 200 millions d’euros. Mais il maintient son plan de construction de son usine de 300 mm à Villach, en Autriche.

Partager
Infineon supprime jusqu'à 200 millions d’euros d'investissements en 2019
L'usine de puces électroniques d'Infineon Technologies à Villach, en Autriche

Infineon Technologies se serre la ceinture. Le fabricant allemand de semi-conducteurs, qui compte 37 500 personnes dans le monde, n’investira plus que 1,5 milliard d’euros sur son exercice fiscal 2019 à clôturer en juin prochain, au lieu des 1,6 à 1,7 milliard d’euros prévus auparavant. Ce qui représente une réduction de 100 à 200 millions d’euros.

Des résultats revus à la baisse

La direction justifie ce tour de vis par le ralentissement du marché des semi-conducteurs. Cela se voit clairement dans le chiffre d’affaires du quatrième trimestre 2018 en recul de 3,8% en un an à 1 970 millions d’euros, supérieur cependant au consensus de 1 957 millions d’euros attendu par les marchés financiers. "Jusqu'à présent, nous avons été en mesure de relever les défis de plus en plus difficiles de notre environnement", se félicite le PDG Reinhard Ploss dans un communiqué.

L’ancien bras armé de Siemens dans les semi-conducteurs est néanmoins contraint de revoir à la baisse ses projections de résultats pour son exercice fiscal 2019. Désormais, il entrevoit une croissance autour de 9%, contre 11% (+ ou - deux points) espérée auparavant, et une marge d’exploitation des activités poursuivies d’environ 16%, au lieu de 17,5% anticipée avant.

Malgré cette dégradation des résultats, Infineon Technologies maintient son plan de construction de son usine de 300 mm à Villach, en Autriche. Un investissement de 1,6 milliard d’euros en six ans destiné à faire basculer la production de composants de puissance sur plaquettes de 300 mm de diamètre. Avec à la clé, la promesse d’un gain de compétitivité de 20 à 30% par rapport à la production sur plaquettes de 200 mm. Le groupe allemand estime disposer des meilleurs atouts pour rentabiliser cet investissement avec la capacité de remplir cette usine en seulement 5 ans, contre 8 ans pour son plus grand concurrent américain dans les composants de puissance On Semiconductor et 13 ans pour d’autres compétiteurs comme le franco-italien STMicroelectronics ou le japonais Mitsubishi Electric. La construction a commencé au début de cette année avec le planning de mise en production en 2021.

3 ème champion européen des puces

Selon les calculs de L’Usine Nouvelle, Infineon Technologies a terminé 2018 avec un chiffre d’affaires de 7,8 milliards d’euros (8,9 milliards de dollars), en progression de 8,3% par rapport à 2017, un bénéfice d’exploitation pour les activités poursuivies de 1,4 milliard d’euros (1,2 milliard d’euros en 2017) et un bénéfice net de 1,1 milliard d’euros (834 millions d’euros). Ce qui en fait le troisième champion européen de puces électroniques par le chiffre d'affaires, derrière le franco-italien STMicroelectronics (9,66 milliards de dollars) et le néerlandais NXP (9,4 milliards de dollars en prévision).

0 Commentaire

Infineon supprime jusqu'à 200 millions d’euros d'investissements en 2019

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS