Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Industry story] Soufflé n'est pas joué - Loin du firmament, la fusée explose dans les hurlements

Guillaume Dessaix , ,

Publié le

[Industry story] Soufflé n'est pas joué - Loin du firmament, la fusée explose dans les hurlements
Vers l’infini et au-delà.

Le compte à rebours est lancé. 15 février 1996, CZ-3B s’élance. Deux secondes de triomphe avant que l’engin ne se couche et file avec force vers le sol. La fusée Longue Marche 3B a fait long feu.

Quelques centaines de personnes du village voisin se sont amassées à l’entrée du complexe spatial pour admirer le tir. L’heure est à la fête. Bruce Campbell et ses ingénieurs ont quitté leur hôtel. L’Américain s’installe sur le toit du bâtiment de la coordination, non loin de la zone résidentielle. Il est chargé de veiller au bon déroulement du lancement du satellite de communication Intelsat-708 installé à bord de l’engin chinois. Une affaire, car l’offre chinoise est moitié moins chère que celle des Européens. Sauf que cette version de fusée n’a pas encore été testée. Alors que le projectile n’en fait qu’à sa tête, Campbell est d’abord intrigué, intéressé. Il comprend aussi très vite que la fusée devenue missile se dirige vers le toit sur lequel il est posté. Les secondes et les jambes filent dans un concert de cris. L’explosion est énorme, le souffle intense. Tout se brise, vole, s’effondre. Les arbres ne sont plus que poteaux de bois, les animaux cadavres sur la route. CZ-3B s’est écrasée à quelques mètres de l’hôtel des Américains. Si les murs tiennent encore, l’intérieur est dévasté. Des morceaux de fusée se vautrent parmi les débris de meubles. Les autorités chinoises prétendent qu’un élément extérieur à toute technologie est à l’origine du crash. Il s’agirait en réalité d’un court-circuit de la plate-forme de guidage. Campbell est chargé de rapporter les éléments du satellite encore en bon état aux États-Unis. Certains avancent que les Chinois en profitent pour acquérir des informations technologiques sensibles.

Officiellement, l’accident a fait six morts et cinquante-sept blessés. Mais des centaines de villageois, nulle trace. Les responsables chinois affirment qu’ils ont réussi à se sauver à temps. Les Américains, eux, suspectent les militaires venus par centaines quelques minutes après l’impact d’avoir emporté les corps. Les habitants ont disparu. 5, 4, 3, 2, 1, 0. Les ruines du village aussi. 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle