Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Industry Story] Sans mobile apparent, il y a 30 ans le patron de Renault était assassiné

Guillaume Dessaix

Publié le

[Industry Story] Sans mobile apparent, il y a 30 ans le patron de Renault était assassiné
Boulevard Edgard Quinet à Paris, 17 novembre 1986.
© DR.

Il n’est pas encore 20 heures. Quand Georges Besse arrive au pied de son immeuble, trois individus à moto tirent à trois reprises. L’homme s’effondre. Une quatrième balle dans la tête l’achève. Le PDG de Renault est mort. Le Premier ministre Jacques Chirac et son ministre délégué chargé de la Sécurité, Robert Pandraud, se rendent aussitôt au domicile de la famille. Les enquêteurs suspectent déjà le groupe Action directe.

Un tract signé "Commando Pierre Overney" est retrouvé à la station de métro Raspail. Le nom fait référence à l’ouvrier de la Régie tué par un vigile quinze ans plus tôt, lorsque des manifestants tentaient de pénétrer dans l’usine de Boulogne-Billancourt. Le message est clair. Assassiner un patron, c’est blesser le capitalisme en son cœur. C’est venger le prolétariat exploité, l’encourager à l’insurrection. Les manifestations et les grèves ne mènent à rien, alors violence et illégalité restent les seules solutions. En 48 heures, les portraits des membres de l’organisation sont placardés. Ennemis publics numéro un. Action directe revendique l’assassinat à travers un manifeste envoyé à l’AFP. Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur, offre 1 million de francs pour toute information. Les enquêteurs piétinent et se demandent pourquoi Georges Besse est devenu une victime. Un grand patron, certes, mais relativement discret, fils d’un ouvrier des PTT, ingénieur passé par Polytechnique et les Mines, avant de lancer les centrales de Pierrelatte et du Tricastin. Lui qui refuse tout garde du corps, il n’est pas retenu comme une cible potentielle par les autorités en ces temps de menaces. Pourquoi lui ? Appel au soulèvement, revanche sur la mort de Pierre Overney… Certains avanceront plus tard l’idée d’un contrat de l’Iran en guerre secrète contre la France, bien trop proche du pouvoir irakien…

La République honore la mémoire de Georges Besse dans la cour des Invalides. Parmi les ouvriers de Renault, point d’insurrection. Simplement de l’incompréhension. Et une minute de silence dans toutes les usines de la Régie. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle