Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Industry Story] Mortelle randonnée – Un ouvrier, deux peintres maudits

Guillaume Dessaix

Publié le

[Industry Story] Mortelle randonnée – Un ouvrier, deux peintres maudits
Amedeo Modigliani et Jeanne

Un ouvrier comme un autre, une journée comme une autre. Il prend son poste, rue Amyot, pour quelques travaux d’embellissement dans cette cour d’immeuble du Ve arrondissement de Paris. Il n’a pas réfléchi plus que ça à la besogne qui l’attend. À son arrivée, il découvre une jeune femme sur le pavé.

Sous la lune froide, le cœur sec, elle imagine un vol léger. Une envolée pour rejoindre Amadeo au ciel. Elle s’échappe par la fenêtre de l’appartement familial du cinquième étage. La chute est lourde. Étendue, le ventre rond de huit mois, elle colore les cristaux du mince tapis de neige.

L’ouvrier ramasse le corps avec délicatesse. Il sait que Jeanne habite au dernier étage. Il tambourine pour qu’on lui ouvre, qu’on le débarrasse du triste fardeau. La porte s’entrouve, mais devant le spectacle, se referme bien vite. La famille n’en veut plus de cette Jeanne. Pas faute de les avoir prévenus, elle et son peintre dépravé. Qu’elle s’en aille. Avec un mot : "Emportez-la chez le petit Juif". La veille, le 23 janvier 1920, son Modi est mort. Amedeo Modigliani a succombé à une méningite tuberculeuse dans son atelier, rue de la Grande Chaumière, à deux pas du boulevard Montparnasse. Quelques jours plus tôt, des voisins y avaient découvert la muse et peintre au chevet de l’artiste en plein délire.

L’ouvrier redescend les étages et le cadavre, installe Jeanne sur sa carriole et entreprend les deux kilomètres avec son bagage inerte. Le voilà investi d’une mission qui le dépasse. Le temps passe et sa paye s’amoindrit. Enfin arrivé, non loin de la Rotonde où Modigliani aimait à se saouler. L’ouvrier se voit refuser l’entrée par le gardien. Motif, la demoiselle n’est pas une locataire officielle. Le périple reprend. De retour du commissariat, bien plus tard, il présente un sauf-conduit l’autorisant à laisser le corps dans l’atelier. Il dépose Jeanne sur un tapis et la recouvre d’une couverture. Non loin de son Modi.

Le 27 janvier, au Père Lachaise, Picasso, Soutine, Cendrars et d’autres défilent. Tous sont là pour célébrer une dernière fois leur ami. Le 28, Jeanne est mise en terre au cimetière de Bagneux, seule, loin. L’ouvrier a du travail en retard.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle