Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Industry Story] Mister Bean - L'anti-héros d'Apollo 12

Guillaume Dessaix ,

Publié le

[Industry Story] Mister Bean - L'anti-héros d'Apollo 12
Comme une ombre au tableau.

Quatre mois à peine après Armstrong, Aldrin et Collins, Conrad, Gordon et Bean. La deuxième équipe du programme Apollo à se rendre sur la Lune. Des milliers de touristes, 3 000 invités et Richard Nixon assistent au décollage sous une pluie battante. Réussite ou échec ? Tout dépend d’Alan Bean.

Pas de tir 39-A du Kennedy Space Center, 14 novembre 1969, 11 h 22. Saturn V décolle. À 36 secondes du sol, la foudre frappe la fusée. Les astronautes ne s’aperçoivent de rien. Ou presque. Une alarme se déclenche et les instruments de mesure s’éteignent. Seize secondes plus tard, deuxième impact. Les problèmes d’affichage persistent. Le pire est à craindre. Mais Al Bean, le pilote du module lunaire, parvient à corriger le dysfonctionnement. La mission se poursuit. L’objectif est l’étude de l’environnement lunaire et la collecte d’échantillons. Durant les 83 heures de transit, une seule correction de trajectoire se produit. L’alunissage dans l’océan des Tempêtes est un succès. Bean a pour mission de filmer la sortie extravéhiculaire à l’aide d’une caméra de télévision couleur de la Westinghouse Electric Corporation installée sur un pied. Mais Houston ne reçoit aucune image. Bean a accidentellement abîmé le tube en pointant la caméra vers une source lumineuse trop vive, qui n’est autre que le Soleil. Pour autant, la mission est une réussite. Le module blanc est devenu marron, la poussière lunaire est partout. Conrad plaisante en disant qu’ils ressemblent à "des mineurs de retour de la mine de charbon". Les deux astronautes doivent désormais rejoindre Gordon, resté en orbite. Conrad propose à Bean de prendre les commandes durant quelques minutes. Mais Bean pousse le manche dans la mauvaise direction et fait tournoyer le LEM, heureusement sur la partie cachée de la Lune. Houston n’a rien vu. Enfin, le Yankee Clipper amerrit dans l’océan Pacifique de façon brutale. Une caméra 16 mm mal fixée vient percuter le front de Bean, qui s’évanouit, en sang. Plus de peur que de mal.

Une fois retraité, Alan Bean s’adonne à une nouvelle passion, la peinture. Des tableaux de ses missions spatiales, inspirés par l’impressionnisme français et saupoudrés de poussière de Lune. Impression soleil levant.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle