Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Industry Story] Les fous du volant - La première course automobile autour du monde

Guillaume Dessaix ,

Publié le

[Industry Story] Les fous du volant - La première course automobile autour du monde
Les concurrents vont être mis à rude épreuve.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La journée du 30 juillet 1908 se termine. Au volant de la Thomas Flyer, l’Américain George Schuster arrive enfin à Paris. Après 35 000 kilomètres. Boulevard des Capucines, un agent de la circulation arrête l’équipage et immobilise le véhicule pour absence de lanterne. Ce qui est formellement interdit dans la capitale. Schuster négocie, rien n’y fait. Il est à deux doigts de perdre la première course automobile autour du monde.

Automne 1907. Eugène Lelouvier, explorateur, rêve d’organiser une grande compétition automobile entre New York et Paris et de promouvoir ainsi le savoir-faire français. Le quotidien "Le Matin" accepte de parrainer la course et lance les inscriptions. À la clef, une coupe en or massif et une récompense de 15 000 francs. Le "New York Times" se joint à l’aventure, tout comme la Standard Oil qui se propose de fournir le carburant. Le départ se tient le 12 février 1908 à Times Square. À 11 h, le maire George McClellan se fait attendre. Les 250 000 spectateurs s’impatientant, l’un d’eux s’empare du pistolet, tire et lance la course ! Une voiture américaine, une allemande, une italienne et trois françaises se mettent en marche. Mais avec un froid glacial, des pluies diluviennes, des chemins de boue en guise de route, des pneus fragiles, une mécanique capricieuse... la compétition ressemble à un long calvaire. Les concurrents utilisent parfois les voies ferrées, plus nombreuses, comme chaussées. Les Français se font remarquer tout au long des épreuves. La Sizaire-Naudin abandonne avant les 200 premiers kilomètres. Au sein du second équipage tricolore, les disputes se multiplient. On se provoque en duel, on s’indigne et on se sépare. Le malotru agitateur rejoint alors les Yankees. Le troisième pilote, seul et en panne, achète la totalité de l’essence disponible pour la revendre au plus offrant en échange d’une place. Les Italiens acceptent. Le dernier Français est disqualifié. Un échec.

Un cycliste offre la lumière de son vélo à Schuster. Ni une ni deux, la bicyclette est installée sur la Flyer, autorisée à partir et à gagner... Mais les Allemands sont arrivés la veille. Vainqueurs ? Non, ils souffrent d’une pénalité de 30 jours infligée plus tôt. L’Américain a gagné. La France, elle, reste fière dans la défaite.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle