Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[Industry Story] Grandeur nature - Quand Boeing fait disparaître son usine

, ,

Publié le

[Industry Story] Grandeur nature - Quand Boeing fait disparaître son usine
Une petite ville d’Amérique, comme il en existe peu.

L’attaque de Pearl Harbor en décembre 1941 a été un choc pour les autorités américaines. La présence de sous-marins japonais au large de San Francisco en février 1942, la preuve que la menace est devenue permanente. La décision est prise en haut lieu, les sites industriels doivent être sécurisés.

Le colonel Ohmer est chargé de faire disparaître les usines les plus stratégiques de la côte Ouest. Rendre invisibles ces cibles faciles aux yeux des bombardiers ennemis, capables de frapper à tout moment. Passionné de magie, cet expert en camouflage s’est déjà illustré durant la Bataille d’Angleterre. Plusieurs bases militaires sont ainsi cachées dans toute la Californie.

Pour les usines Lockheed et Douglas, il s’adjoint les compétences des studios voisins. La MGM, la Fox, Disney, Columbia et Paramount prêtent leurs meilleurs charpentiers, paysagistes, décorateurs, peintres… Les toits des deux sites sont recouverts d’un décor champêtre. Des filets de fausse verdure dissimulent les parkings du personnel.

Mais le plus grand défi reste l’usine Boeing de Seattle et ses 100 000 m2. Pour cette mission, il fait appel à John S. Detlie. L’époux de Veronica Lake est un directeur artistique reconnu d’Hollywood. Ensemble, ils conçoivent un quartier entier juché sur le toit du bâtiment, plus vrai que nature. Du moins vu du ciel. En y regardant de plus près, l’ensemble est grossier. Les arbres sont faits de planches, de câbles et de plumes de volailles. Les habitations ne sont pas plus hautes que ses résidents et les clôtures blanches leur arrivent aux mollets. Pour faire vivre ce quartier, des acteurs y pendent du linge, déplacent régulièrement les voitures en caoutchouc et déambulent sur Synthetic Boulevard. Afin de donner du relief à l’ensemble et offrir une certaine perspective achevant la tromperie, de douces collines sont édifiées. L’usine n’existe plus, confondue avec la nature environnante.

Sous ce paradis américain, 30 000 ouvriers assemblent près de 300 bombardiers B17 par mois. En toute quiétude. Aucune attaque ne sera perpétrée sur ces sites invisibles. Ni sur le reste du territoire d’ailleurs. 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus