Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[Industry Story] D’une courte tête – Le coup de barre d’une star d'Hollywood

Guillaume Dessaix ,

Publié le

[Industry Story] D’une courte tête – Le coup de barre d’une star d'Hollywood
Jayne Mansfield, une vie à faire fausse route.

La carrière de Jayne Mansfield file aussi vite vers le néant que sa Buick Electra 225 vers La Nouvelle-Orléans. L’actrice, son amant Sam, son chauffeur Ronnie, et trois de ses cinq enfants quittent Biloxi après un show au Gus Stevens Supper Club et un dîner avec quelques amis. Ils prennent la route 90 pour moins de trois heures de trajet en ce soir du 28 juin 1967. Jayne est attendue au petit matin pour une émission télévisée. Un peu de publicité ne lui fera pas de mal.

Cela fait quelque temps maintenant que la Blonde explosive enchaîne tourments conjugaux, ecchymoses, LSD, champagne et pilules amincissantes. Elle se sent persécutée par le diable. Et ne collectionne plus que les productions de série Z, les spectacles burlesques dans des clubs et restaurants minables et les inaugurations de supermarchés. Dix ans ont passé depuis sa période de succès. Ce double de Marilyn Monroe, sa remplaçante aux précieux atours, parfaite en blonde idiote, en écervelée jetée en pâture aux regards concupiscents de l’Américain moyen, chavire. Seulement, derrière l’image et sous la perruque, Vera Palmer est une brune au QI de 163, une pianiste et violoniste aguerrie maîtrisant cinq langues. Un cerveau et une plastique corsetés dans des robes trop petites et une soif irrémédiable d’être une star oscarisée.

Les villes défilent. Mississippi City, White Kitchen... Une pause dans une station-service, Jayne demande à son fils de passer sur la banquette arrière pour éviter tout danger. À l’approche du pont Chef menteur, à 2h25, la Buick est aveuglée par un nuage d’anti-moustique pulvérisé par un camion. Ronnie s’aperçoit trop tard que le semi-remorque qui le précède freine. La voiture s’y encastre à 130 km/h. Le toit est déchiqueté, les crânes des adultes écrasés, les enfants épargnés.

Effarement et scandale dans la presse, Jayne Mansfield décapitée. Il n’en est rien. Sa perruque blonde a simplement fini accrochée au pare-brise. L’agence gouvernementale pour la sécurité routière prône une nouvelle mesure : la mise en place obligatoire d’une protection anti-encastrement à l’arrière de chaque poids lourd. La barre d’acier ICC ou, plus communément, barre Mansfield. Passer de trépas à postérité.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle