Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Industry Story] Canal historique - Trahison sous le soleil de l'Egypte

Guillaume Dessaix ,

Publié le

Le commissaire Maigret et sa troupe du premier régiment de ligne arrêtent les occupants d’une vaste demeure de Ménilmontant et son propriétaire, Prosper Enfantin. Ces adeptes de Saint-Simon se réunissent pour prôner une société prête à l’industrialisation, la fraternité et… l’amour libre. Enfantin entend d’ailleurs former des couples-prêtres pour exercer sa doctrine. Les rumeurs vont bon train et inquiètent les autorités. Au cachot !

Gracié par Louis-Philippe Ier, Enfantin embarque pour l’Égypte avec quelques disciples. Il compte y trouver celle qui formera avec lui ce binôme aux accents religieux. Ses thèses sur une nouvelle société industrielle plaisent au pouvoir local. Il demande une audience au vice-roi Méhémet-Ali et lui expose un projet déjà ancien chez les Saint-Simoniens : relier la Méditerranée à la mer Rouge, en perçant l’isthme de Suez. Mais le souverain tient avant tout à voir naître un barrage sur le Nil. Enfantin accepte la mission. Rejoint par des polytechniciens, sa renommée grandit mais entraîne la défiance du vice-roi. L’épidémie de peste qui sévit sur une partie du pays offre une occasion à Méhémet-Ali pour interrompre le chantier qu’il ne maîtrise pas et faire déguerpir ces Français trop entreprenants. Enfantin rentre en France et se consacre à un tout nouveau projet : la mise en place d’une ligne de chemin de fer Paris-Lyon, qui se poursuivra jusqu’à la Méditerranée. Sans délaisser son idée première. En septembre 1847, il fonde la Société d’études du canal de Suez. La faisabilité de l’ouvrage est étudiée par un relevé topographique très précis. Le projet avance enfin. Enfantin travaille en toute confiance avec ses équipes.

Trop peut-être. L’un de ses collaborateurs se trouve être le fils du consul français en Égypte, tous deux proches du pacha Mohamed Saïd. Le 30 novembre 1854, ledit collaborateur Ferdinand de Lesseps, obtient la concession du terrain. Enfantin s’est fait doubler. Le canal est inauguré en 1867, alors que se joue "Aïda" commandé à Verdi pour l’occasion. Tout est grandiose. Prosper Enfantin n’en saura rien, mort à Paris trois ans plus tôt. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle