Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Industry Story] Au diable la vie éternelle

Guillaume Dessaix

Publié le

[Industry Story] Au diable la vie éternelle
Le cartel impose un contrôle strict sur la durée de vie de chaque ampoule.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Genève luit de mille feux en ce soir du 23 décembre 1924. Les principaux fabricants d’ampoules à incandescence d’Europe et des États-Unis sont là. L’entrevue est discrète, le sujet secret. Car les ventes déclinent. Et ça, les patrons de General Electric, de Philips, d’Osram ou de La Compagnie des lampes ne peuvent l’accepter. Il faut en finir avec cette promesse de longévité. Au diable les 2 500 heures de lumière vendues depuis des lustres. Qui dit durabilité dit préjudice économique.

Tous s’accordent alors pour contrôler la fabrication, le prix et la vente de leurs lampes. Et fondent La Compagnie industrielle pour le développement de l’éclairage. Vite surnommée Phoebus. Ce cartel change d’ailleurs régulièrement de nom pour laisser le moins de traces possible. Car tout cela est illégal. L’année suivante, le Comité des 1 000 heures est créé. Chaque fabricant doit concevoir une ampoule plus fragile, prévue pour s’éteindre au seuil des 1 000 heures d’utilisation. Chacun se doit de respecter la norme choisie et de dresser un bilan mensuel. Pour cela, des échantillons sont suspendus sur de grandes étagères, testés et notés dans un rapport. L’organisation opère un contrôle strict. Si la durée de vie s’avère trop longue, des pénalités sont prononcées à l’encontre du mauvais élève. En l’espace de deux ans, la durée de vie d’une ampoule est tombée à moins de 1 500 heures. Au début des années 1940, l’objectif des 1 000 heures est atteint. Il devient une norme, un argument de qualité même.

En 1942, Phoebus est découvert. Et le gouvernement américain compte faire toute la lumière sur cette alliance illicite. Il porte plainte contre GE et ses acolytes, qui se défendent par la baisse du prix pour les consommateurs. Une ampoule de 60 watts ne vaut plus que 15 centimes contre 40 en 1920. Après onze ans de procès, les fraudeurs sont condamnés à revoir leur copie. Sans grand effet. Les centaines de brevets concurrents déposés durant les décennies suivantes ne voient pas le jour. Officiellement, le cartel n’a jamais existé. Phoebus, déclinaison latine du dieu Apollon, le « brillant ». Dieu immortel. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle