L'Usine Matières premières

Inde : numéro deux mondial de l'acier dans quatre ans

, ,

Publié le

Sous l'impulsion du gouvernement indien, la sidérurgie indienne se développe dans le sillage de la sidérurgie chinoise, avec comme ambition de devenir le deuxième producteur mondial d'ici à 2012.

Inde : numéro deux mondial de l'acier dans quatre ans

« Nous allons porter nos capacités de production d'acier à 124 millions de tonnes (Mt) d'ici à 2011/2012, une quantité supérieure à nos besoins intérieurs qui ne devraient pas dépasser 110 Mt à ce moment » a déclaré le ministre de l'Acier à l'agence Press Trust of India. Une bonne nouvelle estime le ministre, qui s'inquiète de la hausse de 50%, depuis le début de l'année, des prix de l'acier en Inde. La croissance de la demande indienne d'acier avait cru récemment à un rythme de 13% alors que la production ne dépassait pas les 6%. L'an dernier la production indienne s'est établie à 53,9 Mt, dont 5 Mt ont été exportées et l'Inde a en conséquence été obligée d'en importer 7 Mt pour satisfaire ses besoins. En 5 ans, ses achats d'acier à l'étranger ont été multipliés par 3.

Depuis que le marché de l'acier indien a été libéralisé en 1992, sa production, qui était alors inférieure à 20 Mt a pratiquement triplé, plaçant le pays à la septième place mondiale parmi les producteurs d'acier. Le marché intérieur est toutefois encore très limité avec une consommation par tête de seulement 35 kilos, contre 300 kilos en Chine. Entre 2007 et 2012 la demande devrait doubler, suffisamment pour amener les aciéristes locaux à se lancer dans de considérables programmes de développement.

200 milliards pour atteindre les objectifs

A long-terme, d'ici à 2020, le gouvernement table sur une production globale de 390 Mt, un niveau proche de celui de la production chinoise en 2006, mais qui placerait l'Inde en deuxième position parmi les pays producteurs. Pour atteindre ce niveau, plus de 200 milliards de dollars seront nécessaires, estime le ministre. A plus court terme, d'ici 2011/2012, ce sont plus de 70 milliards de dollars qu'investiront les sidérurgistes locaux. C'est l'entreprise nationale, Steel Authority of India, qui confortera sa première place en augmentant de 12 Mt ses capacités pour culminer à 24,84 Mt, assez pour devenir l'un des dix grands du secteur.

Essar Steel, en ajoutant 6 Mt de capacités greenfield (nouvelles capacités) et 3,9 Mt de brownfield (augmentation de capacités existantes) devrait ravir en 2012 la deuxième place à Tata Steel avec des capacités totales de 14,5 Mt. Tata Steel, rétrograderait provisoirement en troisième place avec 13 Mt. Toutefois, un plan d'investissement global de 18,7 milliards de dollars lui permettra d'ajouter plus tard 21 Mt de capacités greenfield en Orissa, au Jharkhand et au Chhattisgarh. Enfin, JSW Steel atteindra 11 Mt par l'ajout de 6,9 Mt de brownfield. Il prévoit également la construction de deux nouvelles aciéries de 10 Mt chacune, dans le West Bengal et le Jharkhand.

Ces programmes n'incluent pas les projets d'ArcelorMittal, qui vient d'obtenir des concessions de minerai de fer et a confirmé dans la foulée son intention d'investir 20 milliards de dollars dans deux complexe de 10 Mt de capacités chacun. Le sud-coréen Posco a également une aciérie de 12 Mt de capacité en projet.

Inflation prévisible sur le charbon à coke

L'Inde dispose de ressources considérables en minerai de fer, les sixièmes du monde et en exporte pour 4 milliards de dollars, et ne devrait pas avoir de difficultés pour alimenter les complexes sidérurgiques en projet. La situation est toute différente pour le charbon métallurgique. Si le sous-sol indien recèle de vastes quantités de houille noire, elle est de pauvre qualité et il faudra importer massivement le charbon à coke nécessaire à la production d'acier. Une demande supplémentaire, dans un marché déjà tendu qui a vu les prix annuels bondir de 200%. Le plan de développement de la sidérurgie requerra également une importante mise à niveau de la logistique indienne, particulièrement du ferroviaire.


Daniel Krajka

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte