Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

INCINERATION DES ORDURESLes déchets de plastiques, l'or noir de l'EuropeSelon une étude des producteurs européens de matières plastiques, l'incinération des déchets améliore la combustion et accroît la possibilité de produire de l'énergie.

Publié le

Les entreprises citées

INCINERATION DES ORDURES

Les déchets de plastiques, l'or noir de l'Europe

Selon une étude des producteurs européens de matières plastiques, l'incinération des déchets améliore la combustion et accroît la possibilité de produire de l'énergie.



Würzburg, en Basse-Franconie. C'est dans cette ville de 127000habitants, sur les bords du Main, entre Francfort et Nuremberg, que l'APME (l'association des producteurs européens de matières plastiques) a décidé de prouver que l'incinération des déchets de plastiques est loin d'être une hérésie. D'octobre 1993 à janvier 1994, un programme de recherche européen s'est déroulé à l'incinérateur de Würzburg. Son but: déterminer l'impact d'une augmentation de la part des déchets de plastiques dans l'incinération des ordures ménagères. Un programme de 1,2million de deutsche Mark. L'idée de départ est simple. "Produits à partir de pétrole, les plastiques, qui ne constituent que 7% en moyenne du poids des déchets ménagers, représentent en revanche 30% de leur contenu énergétique", rappelle Fred Mader, directeur général de l'APME. Restait à prouver qu'en dépit de ce contenu énergétique les plastiques n'aggravaient pas les émissions dégagées lors de la combustion. L'usine de Würzburg affiche une capacité de 120000tonnes par an. Deux fours éliminent chacun 10tonnes d'ordures ménagères par heure à une température comprise entre 850°C et 1000°C. La chaleur dégagée lors de la combustion produit annuellement 46millions de kilowattheures d'électricité et 46millions de kilowattheures de vapeur. Pour les besoins de l'étude, trois échantillons différents d'ordures ménagères ont été sélectionnés. Un premier, dit de base, reflétant la composition ordinaire des ordures ménagères; un deuxième, comprenant 7,5% de déchets de plastiques supplémentaires; et un troisième, enrichi de 15% de plastique. Résultat? "L'adjonction de plastique produit un feu plus intense et plus stable", souligne Franck Mark, responsable du projet et directeur de Dow Deutschland. D'autre part, l'analyse des gaz émis lors de l'incinération des échantillons riches en plastique a révélé une réduction des concentrations en monoxyde de carbone (CO): 7 milligrammes par mètre cube, contre 19milligrammes par mètre cube pour les ordures "classiques".

Des résultats encourageants pour l'avenir

L'étude a démontré que l'augmentation de la teneur en plastique, PVC compris, "ne produit aucun accroissement détectable des émissions de dioxines et de furannes ". Mieux, durant les quatre mois de tests, ces émissions sont restées en deçà des limites qu'imposera la réglementation allemande fin 1996 (0,1nanogramme par mètre cube). De plus, affirme Franck Mark," il apparait que l'apport de plastique améliore même la qualité des émissions de l'installation". Grâce à son haut pouvoir calorifique, ce matériau réduit en effet les quantités de combustible fossile nécessaires. Ce qui diminue les concentrations en dioxyde de soufre (SO2). Les concentrations en dioxyde d'azote (NO2) sont restées stables par le maintien d'une température constante de 890°C à l'intérieur de la chambre de combustion. Enfin, les émissions de chloro-benzodioxine-furanne sont restées au-dessous des limites autorisées. L'étude s'est aussi intéressée aux résidus de combustion. Elle montre que l'intensité de la combustion réduit la teneur en carbone non consumé, qui passe de 14,5grammes par kilo pour l'échantillon standard à 7,3grammes par kilo pour celui avec 15% de plastique supplémentaires. "Les résidus sont donc aisément utilisables dans la construction de routes; et, en cas de mise en décharge, ils sont plus sûrs", note Franck Mark. La valeur absolue du carbone organique (TOC) a été abaissée de 10% par rapport aux limites allemandes de mise en décharge. D'après Franck Mark, les concentrations en métaux lourds des résidus ne sont pas accrues. De plus, explique-t-il, "l'incinération des ordures ménagères fonctionne un peu comme un absorbeur de dioxines: selon l'APME, 80% des furannes et des dioxines ont ainsi été détruits par la combustion". Mission accomplie. Toutefois, si les réticences des Allemands persistent, un argument financier pourrait les convaincre. Grâce à la valorisation énergétique, la tonne de déchets traitée revient à 200deutsche Mark dans le district de Würzburg. Or le prix d'une tonne de plastique triée s'élève à 300deutsche Mark. De quoi refroidir les plus ardents défenseurs du recyclage de matière. Même en Allemagne.





L'allemagne condamnée à incinérer ses déchets

Au moins 200000 tonnes d'emballages en plastique stockés faute de moyens techniques pour les éliminer, des décharges pleines à craquer... Et pourtant, l'Allemagne ne reconnaît pas officiellement l'incinération avec récupération d'énergie des emballages en plastique comme une voie de valorisation. Le 1erjanvier 1995, le taux de collecte des plastiques sera même porté à 80%, avec une obligation de recyclage de 64%. Un paradoxe qui n'a pas échappé à l'APME, qui entend profiter de la situation pour persuader les Allemands du bien-fondé de l'incinération. Et les convaincre qu'à trop vouloir recycler la matière on sacrifie un vaste gisement d'énergie. Car, contrairement à une idée reçue, l'Allemagne n'est pas dépourvue d'incinérateurs. Elle compte même cinquante installations d'incinération d'ordures ménagères, d'une capacité totale de 9,5millions de tonnes par an. Ce qui couvre les besoins de 28% de la population. D'ici à 1995, la construction de trois autres incinérateurs, portant la capacité à 10,7millions de tonnes par an, est programmée.







USINE NOUVELLE - N°2462 -

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle