Incident de combustible au Tricastin : opération sauvetage reportée

Partager

Un Cetic pour s'entraîner

Fondé par EDF et AREVA, le Centre d'expérimentation et de validation des techniques d'intervention sur chaudières nucléaires à eau sous pression (CETIC) est un centre unique au monde qui recrée les conditions d'accès et de travail sur les composants principaux d'un réacteur nucléaire à eau sous pression (REP).
Cette installation de 4 000 m2 comprend notamment des composants réels comme la cuve du réacteur, les internes, les générateurs de vapeur, les dispositifs de chargement et de transfert du combustible, un pressuriseur, une pompe primaire et une piscine de réacteur.
Les deux barres de combustible nucléaire, suspendues accidentellement au-dessus du réacteur de la centrale EDF de Tricastin depuis le 8 septembre, sont toujours bien coincées. Aux alentours du 23 septembre, la solution pour remettre les assemblages en bonne position semblait venir d'un robot conçu aux Etats-Unis. La date avait été fixée pour une intervention, une fois l'accord obtenu des autorités attestant que l'opération n'était pas trop risquée : l'ASN a validé l'opération du point de vue de la sûreté, et l'IRSN du point de vue des doses de contamination pour les travailleurs.

Report inopiné. Mais au dernier moment, l'opération a été reportée de deux semaines. Lors d'un essai sur des installations factices, au sein du Centre d'expérimentation et de validation des techniques d'intervention sur chaudières nucléaires à eau sous pression (Cetic), le week-end du 4 octobre, il s'est avéré que les cotes de l'outil n'étaient pas exactes. En particulier, la poutrelle où serait accroché le robot ne serait pas assez longue. Verdict : retour à l'atelier, et rallonge de temps prévue pour le sauvetage du combustible.

Reste que les risques de l'opération interrogent les représentants de la société civile. « Comment ces combustibles sont-ils positionnés ? Faudra-t-il tirer fort pour les décoincer ? J'ai beaucoup de questions en suspens », commente Roland Desbordes, secrétaire général de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad).

Ana Lutzky

Lire aussi :
Incident de combustible au Tricastin : EDF se donne deux semaines, le 23/09/2008


Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS