Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Incertitudes

, ,

Publié le

Les carnets de commandes se sont remplis grâce au militaire

Les perspectives de reprise se profilent mais elles ne se concrétiseront vraiment qu'en 2005. C'est, en résumé, le sentiment général qui prévaut dans l'industrie française de l'aéronautique et de l'espace. Certains signes de retour de la croissance ne trompent pas : bien qu'en recul de 2,4 % sur l'année, le trafic international des passagers s'est redressé sur les derniers mois de 2003 et la tendance se confirme en ce début 2004. Il faudra naturellement absorber les stocks d'avions parqués (2 100 appareils, + 4 % en 2003) pour que cela se traduise en commandes. « Nous prévoyons une stabilité de notre chiffre d'affaires en 2004, et la véritable reprise pour 2005 », estimait il y a peu Jean-Paul Béchat, P-DG du motoriste Snecma. De même, EADS table sur une stabilité de ses ventes en 2004. Et Charles Edelstenne, le patron de Dassault Aviation évoquait une « légère remontée des cadences de production » pour l'activité Falcon depuis quelques semaines.

D'importants programmes vont alimenter les usines

Par ailleurs, le poids de certains programmes (A 380, A400M, Falcon 7 X), devrait soutenir l'activité industrielle. Qu'ils soient militaires ou civils, les carnets de commandes se sont regarnis, à tel point qu'ils ont bondi de 57 % au 31 décembre 2003, pour atteindre plus de 40 milliards d'euros. Selon le Groupement des industries françaises et spatiales (GIFAS), « le carnet représente quatre années et demi d'activité au rythme 2003, soit une demi-année de plus qu'en 2002 ». L'industrie a notamment bénéficié des 180 commandes de l'A400M, le futur avion de transport militaire européen, pour près de 20 milliards d'euros. Pour autant, la grande incertitude qui pèse sur l'industrie aéronautique française, c'est bien sûr la faiblesse du dollar. Sa chute a effacé plusieurs années de progrès de productivité.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle