L'Usine Energie

Inauguration de Solutions COP21 dans un climat tendu

Olivier Cognasse , ,

Publié le

Au Grand Palais, l’inauguration de Solutions COP21, qui regroupe exposants, conférences, manifestations artistiques s’est limitée aux discours après les heurts de l’après-midi avec certaines ONG.


Inauguration au Grand Palais - CC Twitter Ségolène Royal

Vendredi 4 décembre au soir, aux abords du Grand Palais (Paris), une queue interminable serpentait sur le trottoir. Une foule prête à participer aux festivités nocturnes de Solution COP21 pour le Breakthrough night.

A l’intérieur, quelques centaines de personnes s’étaient massées au pied de la scène pour écouter les discours inauguraux dans une ambiance studieuse. Aucun cocktail pour inaugurer cet évènement qui réunit entreprises, chercheurs, collectivités territoriales, association,…

Au total, 35 pavillons avec plus de 200 partenaires, pour présenter les solutions dans la lutte contre le réchauffement climatique, notamment technologiques.

Les discours de Gilles Berhault, le Président de Comité de programmation de Solutions COP21, d’Antoine Frérot, le patron de Veolia, de Pascal Canfin, ancien ministre et directeur de WWF France, d’Alain Juppé, l’ancien Premier ministre et Maire de Bordeaux, de Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie… ont rappelé la mobilisation nécessaire de toutes les parties de la société – entreprises, villes, régions, Etats – dans ce combat.

"L’inaction est plus coûteuse que l’action"
"Les solutions sont là. Cette exposition montre qu’il n’y a pas seulement des pistes, mais des solutions. […] L’inaction est plus coûteuse que l’action", a insisté Ségolène Royal, avant de rappeler qu’elle venait de rendre public quelques heures auparavant les 212 lauréats de l’appel d’offre pour des installations solaires de grande puissance.

Une manifestation qui a été chahutée dans l’après-midi par certaines ONG venues dénoncer le greenwashing de certains industriels et expulsées violemment par les forces de l’ordre.

"On revient du Grand Palais, où c’était particulièrement houleux, rapporte Sylvain Angerand des Amis de la Terre, lors du point presse des ONG qui a eu lieu vendredi soir au Bourget. Au Bourget, on a eu des annonces ambitieuses. Au Grand Palais, les entreprises ne s’inscrivent pas du tout dans cette perspective. Engie détient encore plus de 30 centrales à charbon dans le monde, BNP Paribas est la quatrième banque mondiale pour les investissements dans le charbon".

Depuis quelques temps, plusieurs banques, dont BNP Paribas ont annoncé qu’elles arrêtaient leurs investissements dans cette énergie fossile particulièrement émettrice de gaz à effet de serre (GES) et Engie s’est également engagée sur la même voie. Il reste à savoir quand l’énergéticien fermera ses centrales en activité…

Alors que le problème du financement reste une question cruciale des négociations, les ONG rappelaient aussi que les montants placés par les filiales des banques dans les paradis fiscaux atteignent 1000 milliards de dollars… De quoi financer bien des projets pour protéger les pays vulnérables et accélérer la croissance verte.

Olivier Cognasse
   

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte