Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Inauguration d'usine : quatre façons de faire parler de soi

Publié le

Le lancement d'une nouvelle installation industrielle est souvent l'occasion de créer un événement à part entière. Souvent assez protocolaires, certaines entreprises n'hésitent pourtant plus à organiser des festivités durant plusieurs jours ou des soirées à thème. Des opérations de communication à la hauteur du message qu'elles souhaitent véhiculer.

C'est presque devenu un automatisme. L'agrandissement d'une usine, le déplacement d'un siège social ou la création de nouveaux locaux offrent pour la plupart des industriels l'occasion de monter une opération de communication tournée vers les clients, les partenaires financiers et les collectivités locales. En octobre, pour le lancement de son centre d'intégration technologique à Strasbourg (Bas-Rhin), Magirus, un distributeur et intégrateur allemand spécialisé dans les systèmes de stockage, les serveurs et les stations de travail, a ainsi invité à tour de rôle ses trois partenaires constructeurs, IBM, Hewlett Packard et Compaq, concurrents sur le même marché. Quelques mois plus tôt, en juin, l'inauguration officielle de l'usine Toyota de Valenciennes (Nord) a, elle, donné lieu à trois journées de fête, qui rassemblaient chacune quelque 300 invités. Mais, hormis quelques exceptions, les industriels ont plutôt tendance à rester dans le classique et la simplicité, privilégiant les protocolaires discours et cocktails. A contrario des sociétés de services, beaucoup plus friandes de grands shows.


Des opérations à gros budgets

Cela ne les empêche pas de faire les choses bien. Certains budgets peuvent grimper jusqu'à 46 000 euros. Car la décision d'organiser une inauguration est loin d'être anodine. C'est le bon prétexte pour faire passer un message fort à destination des autorités locales comme des clients, des fournisseurs, voire des salariés. C'est le cas de VM matériaux, qui, le 20 septembre dernier, a invité, lors du démarrage de son nouveau siège à L'Hébergement (Vendée), décideurs économiques et hommes politiques locaux. Objectif de l'opération : communiquer sur son dynamisme économique. Autre exemple : le fabricant de pièces en plastique Engiplast, qui a convié le 19 septembre une trentaine d'élus de la métropole de Lille-Roubaix-Tourcoing (Nord), ainsi que ses partenaires financiers, afin de les remercier pour leur participation à la construction de leur nouvel atelier de production roubaisien. Ainsi, chaque entreprise a bien compris que l'inauguration d'une nouvelle installation industrielle pouvait être bien plus que couper un simple cordon. Selon le message qu'elles veulent faire passer, elles orientent les invitations et l'organisation de la journée. Différentes stratégies de communication sont alors envisageables.

1 COMMUNIQUER POUR MONTRER SON DYNAMISME

Beaucoup d'entreprises profitent de l'inauguration d'un nouveau site ou de l'agrandissement de leurs locaux pour faire valoir leur bonne santé économique. Une " success story " que clame haut et fort la société Rexor, fabricant de fils et de films métalloplastiques, qui a notamment fourni tout l'Hexagone en lunettes adaptées pour l'éclipse du soleil en 1999. L'ex-filiale de Rhône-Poulenc est devenue en 1998 une PME indépendante. Depuis, son chiffre d'affaires et ses exportations ont progressé de 40 %. L'inauguration d'une nouvelle machine de production, d'une valeur de 5 millions d'euros (pour un chiffre d'affaires de 30,4 millions d'euros), était l'occasion de prouver un certain dynamisme managerial. " Nous voulions signaler à nos clients et concurrents que Rexor se développe et que nous sommes un partenaire crédible ", souligne Jean-Paul Rousselet, P-DG de la société implantée à Paladru (Isère). Le 21 septembre, l'entreprise a donc invité tous ses clients, français et étrangers, ses fournisseurs, ses actionnaires et ses banquiers, les chefs d'entreprise de la région et des personnalités locales, dont le président du Medef en Isère et le député. Au total, 250 invitations ont été lancées et 140 sociétés ont répondu à l'appel. Pourtant, pour montrer sa réussite, Rexor a opté pour la simplicité : pas de grand show, mais une inauguration traditionnelle avec discours, présentation de la machine d'enduction, suivie d'un pot convivial. Une visite de l'ensemble des installations était aussi prévue pour ceux qui le désiraient. L'objectif étant de montrer ses performances.

Des invités de tous bords

Tel était également le cas pour le groupe Allio SA, spécialiste du modelage, qui, en cinq ans, a doublé le nombre de ses salariés. Une progression importante que la société a voulu démontrer lors de l'inauguration, le 28 septembre, de l'agrandissement du site de production de la maison mère à Malville (Loire-Atlantique). Un dîner dans un restaurant nantais avait été organisé pour clore la journée. Une façon de marquer le coup pour ce groupe, qui se tourne désormais vers l'international. 300 personnes étaient présentes, parmi lesquelles les clients, les fournisseurs partenaires, les responsables locaux. L'entreprise avait même envoyé un carton au secrétaire d'Etat à l'Industrie. " Nous tenions aussi à inviter les partenaires régionaux, car nous faisons parti du tissu industriel, c'est important de leur montrer notre dynamisme ", ajoute-t-on chez Allio SA.

2 COMMUNIQUER POUR ENTRETENIR SES RELATIONS

Faire prendre conscience à ses clients et à ses partenaires qu'ils sont importants pour la société, leur faire plaisir, les remercier de leur confiance : fêter l'ouverture de nouveaux bâtiments peut être ainsi une bonne occasion de resserrer ou de créer des liens professionnels et amicaux. Dans cette optique, certaines sociétés se donnent les moyens de leur ambition. L'éditeur de logiciels, Apologic Informatique Applications, situé à Dinan (Côtes-d'Armor), a fêté en deux temps l'inauguration de ses locaux le 21 et 22 septembre dernier. Le premier jour, la société a joué la carte du show médiéval, thème retrouvé dans le nom de ses logiciels (Lancelot, Perceval...). Cet investissement a coûté plus de 41 000 euros, mais Arnaud Duglué, le cogérant d'Apologic, n'en attend aucune retombée économique. Car le but de ces festivités était, avant tout, de resserrer les liens avec ses partenaires, ses clients et ses collaborateurs, dispersés dans toute la France. Dès leur arrivée, les 150 clients et les 200 personnalités locales, pour la plupart, des chefs d'entreprise, ont donc été personnellement accueillis par les collaborateurs de la société, qui leur ont fait visiter les locaux. Cocktail, son et lumière et soirée dansante sous deux grands chapiteaux étaient ensuite au programme. Une troupe d'artistes a animé la soirée grâce à des tournois de joutes, des animaux savants, des combats de chevaliers. Le lendemain, une journée privée a réuni une quinzaine de clients, politiquement ou historiquement importants pour la société, et quelques collaborateurs et leur conjoint. Plus intime, la journée a été consacrée à une promenade en bateau à Saint-Malo, suivie d'une visite guidée de la ville et d'un déjeuner dans un bon restaurant de Cancale. L'idéal pour laisser un bon souvenir à ses partenaires.

3 COMMUNIQUER POUR CHANGER SON IMAGE

Se donner un petit coup de jeune, faire connaître sa profession pour attirer de nouveaux collaborateurs... Certaines sociétés profitent de l'événement pour donner une nouvelle image de leur entreprise. C'est le cas d'Outiror, distributeur de produits de bricolage à Saint-Cyr (Indre-et-Loire), qui, à l'occasion de l'inauguration de ses nouvaux locaux, a voulu effacer une vieille image associée à la profession. " Notre notoriété grandit aux niveaux départemental et régional. Mais nous souffrons encore d'un décalage entre ce que nous sommes vraiment et l'image que les gens perçoivent de l'entreprise. De vieux clichés persistent, en relation avec le métier de camelot. Il est urgent de nous faire mieux connaître ", expose Charlotte Marionnet, responsable de la communication. D'autant plus que la société familiale, créée en 1965, a évolué et projette de se développer encore. Une image plus jeune lui permettrait aussi d'attirer de nouveaux collaborateurs, dont elle aura bientôt besoin. Pour imaginer les festivités du 21 septembre, la société a donc fait appel à une agence en événementiel. Avec mission de trouver le moyen de mieux valoriser son métier. Le résultat ? Une animation théâtrale interprétée par la Ligue d'improvisation et toute une soirée déclinée sur le thème du zen. Celui-ci reflète des notions proches des valeurs d'Outiror, telles l'efficacité, la sérénité, la transparence ou l'assurance. Une idée reprise jusqu'à la décoration : portail en bambous pour l'accueil des 200 invités (fournisseurs, élus locaux, partenaires financiers), toiles blanches reprenant des symboles de bricolage, petit pont japonais pour les discours et dégustation de thé. Un cocktail dînatoire aux mets asiatiques était aussi préparé. Sans oublier un casino des vins et un caricaturiste. Histoire de montrer l'esprit dynamique et convivial de l'entreprise, dont la moyenne d'âge est de 35 ans.

4 COMMUNIQUER POUR FAIRE CONNAITRE SES PRODUITS

Des entreprises souffrent du fait de ne pas être assez connues ou mal reconnues. D'autres, notamment des industries agroalimentaires sont montrées du doigt, à la suite de plusieurs accidents sanitai- res médiatisés, entraînant dans sa chute l'ensemble d'une profession. Valoriser ses produits et son savoir-faire sont alors des messages forts à faire passer. Jusqu'à présent très discrète dans sa communication, la société Monique Ranou a ainsi profité d'une extension de son usine à Saint-Evarzec (Finistère) pour mieux faire connaître son savoir-faire. " Nous voulions montrer que les métiers de l'agroalimentaire ont évolué de par leurs nouvelles technologies et leur matériel de plus en plus sophistiqué ", témoigne Jean-Pierre Ropars, le directeur général de l'entreprise. Lors de l'inauguration, effectuée par le secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie Christian Pierret, le 21 septembre, une visite commentée du site a donc été organisée en petits groupes pour tous les invités, dont le préfet, les maires de la région et les administrations avec qui l'entreprise travaille (la DGCCRF, la Drire, etc.), et son partenaire, le groupement Intermarché. De quoi se rappeler à leur bon souvenir...



PROFITEZ-EN POUR CONVIER VOS SALARIÉS

Outre leurs clients et fournisseurs, les entreprises convient de plus en plus l'ensemble de leur personnel à l'inauguration de leurs installations. Invitation avec les officiels, visite " réservée "... Les formules sont nombreuses. Deux mois avant le baptême du feu de leurs nouveaux locaux, Outiror a organisé une soirée pour ses 170 salariés et conjoints. Au programme de cette pendaison de crémaillère conviviale : cocktail, dîner et orchestre. Une bonne occasion de rapprocher les salariés et l'équipe dirigeante. Certains, à l'instar de Rexor implanté à Paladru (Isère), vont même jusqu'à organiser une journée spéciale portes ouvertes. " Les salariés peuvent ainsi montrer leur poste de travail et le reste de l'entreprise à leurs proches. Cet événement a été pour nous un grand succès, 400 personnes étaient présentes ", souligne Jean-Paul Rousselet, P-DG de Rexor, société qui compte 190 personnes. Chez Toyota, les salariés pouvaient inviter jusqu'à dix membres de leur famille. Le constructeur d'automobiles avait même prévu animations et garderie pour les enfants. Ainsi qu'un cadeau pour les 10 000 visiteurs : une vidéocassette retraçant toutes les étapes de la construction de l'usine.



A ne pas faire

Inviter en même temps des clients ou des fournisseurs concurrents.

Programmer tardivement, à moins de trois mois à l'avance, l'événement, surtout si des clients étrangers sont invités.

Oublier de prévenir les administrations locales et la commission de sécurité si une visite de l'usine est prévue.



COMMENT INVITER LE MINISTRE

Des laboratoires de la société Hibrigenics, au centre international de recherche-développement technique de Sita France, en passant par le nouveau site de production du groupe de charcuterie Monique Ranou, Christian Pierret a inauguré plus d'une dizaine de sites industriels l'année dernière. Rien de tel en effet que la présence du secrétaire d'Etat à l'Industrie pour s'assurer de retombées médiatiques. Pourtant, peu nombreux sont encore les industriels osant convier leur ministre de tutelle à leur célébration, croyant leur usine trop petite. Détrompez-vous ! L'actuel secrétaire d'Etat à l'Industrie se rend aussi bien dans une installation de 10 ou de 100 salariés, française ou étrangère. Même si ses considérations politiques ne peuvent être exclues, sa principale motivation est guidée par ce que " représente le site industriel, en termes d'investissement, d'innovation et de potentiel industriel ", assure ses services. Seul bémol : son agenda qui impose de l'inviter plusieurs mois à l'avance.
 

 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle