Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

IMS veut concilier réactivité et croissance

Publié le

Face aux grands producteurs-distributeurs intégrés, le négociant d'aciers spéciaux organise ses filiales par régions européennes. Et veut poursuivre ses acquisitions.

Rester agile tout en prenant du poids. Voilà toute l'ambition d'IMS, qui, en 2006, devrait réaliser 920 millions d'euros de chiffre d'affaires, et qui emploie 1 600 personnes dans une quinzaine de pays. Le distributeur d'aciers spéciaux, basé à Nanterre (Hauts-de-Seine), veut continuer à croître, notamment par acquisitions, tout en améliorant son « agilité ». « Ce qui nous différencie face à nos grands concurrents - qui sont à la fois producteurs et distributeurs - c'est la capacité à répondre vite à des demandes de proximité et de faibles volumes », estime le président du directoire d'IMS, Jean-Yves Bouffault, 60 ans, un ancien de Legris Industries (il a revendu notamment les grues Potain à Manitowoc).

Du coup, la stratégie d'IMS est simple : étendre sa couverture géographique et mettre partout à disposition de ses 40 000 clients l'ensemble de ses trois lignes de produits : aciers anti-abrasion (B-TP, mines, cimenteries..), anti-corrosion (chimie, agroalimentaire, énergie...) et aciers « mécaniques » (machine-outil, matériel agricole, automobile...). Depuis deux ans, la frénésie sur l'acier a dopé le chiffre d'affaires et les marges du distributeur (4,8 % de résultat net en 2005). Son organisation est aussi en pleine mutation. Ses filiales regroupent une cinquantaine de centres de distribution, aujourd'hui organisés en quatre « hubs », pilotés par la France, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie, et dotés chacun d'une forte autonomie opérationnelle. Le siège conserve la main sur la stratégie et la finance. « L'objectif est de constituer un groupe décentralisé, à partir de ce qui était au départ une fédération de sociétés sans liens entre elles », précise Jean-Yves Bouffault. Une organisation qui vise à concilier réactivité et capacité à faire jouer les synergies entre filiales. A commencer par les stocks. Ainsi, des navettes régulières ont été établies entre les centres de distribution d'Europe centrale, afin d'optimiser les stocks de chaque site.

Mais l'organisation en « hubs » doit aussi favoriser la croissance. IMS veut atteindre en 2008 une part de marché de 10 % en Europe (7 % en 2005). Le moyen pour y parvenir ? L'acquisition à travers l'Europe de PME familiales de 10 à 40 millions d'euros de chiffre d'affaires, encore nombreuses. Là encore, les synergies peuvent jouer. Exemple : la société Alura, acquise en Espagne fin 2005, distribuait 2 500 tonnes d'acier inox par an. Grâce aux infrastructures des autres filiales espagnoles d'IMS, elle devrait en distribuer 5 000 tonnes en 2007. IMS a également acquis, cet été, Hoselmann, un distributeur allemand d'aciers mécaniques. D'autres opérations sont en négociation en Italie et en Espagne. Et 2007 pourrait être l'année de la Turquie, qui rejoindrait le hub de l'Italie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle