Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Impact positif des mesures d'urgence sur le PIB 2019, dit Villeroy

Publié le

PARIS (Reuters) - Les mesures d'urgence décidées par l'exécutif pour tenter d'apaiser la contestation des "Gilets jaunes" devraient exercer un impact positif sur la croissance de l'économie française à hauteur de 0,1 à 0,2 point, a déclaré mercredi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

Impact positif des mesures d'urgence sur le PIB 2019, dit Villeroy
Les mesures d'urgence décidées par l'exécutif pour tenter d'apaiser la contestation des "Gilets jaunes" devraient exercer un impact positif sur la croissance de l'économie française à hauteur de 0,1 à 0,2 point, a déclaré mercredi le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. /Photo d'archives/REUTERS/Axel Schmidt
© Axel Schmidt

Ces mesures "justifiées par de fortes revendications de plus grande justice économique et sociale (...) devraient avoir un impact positif sur l'activité économique en 2019 que nous esimons à ce stade à hauteur de 0,1 à 0,2 point de PIB", a-t-il déclaré lors d'une audition devant la commission des Finances du Sénat.

A l'heure actuelle, la conjoncture économique en France reste "assez satisfaisante", même si les perturbations de l'activité induites par la crise des "Gilets jaunes" ont des conséquences "significatives à court terme", pénalisant notamment le commerce, la restauration et les transports, a-t-il souligné.

La Banque de France avait revu en baisse son estimation de la croissance du quatrième trimestre 2018 au début du mois de décembre, la faisant passer de 0,4% à 0,2%.

Elle a confirmé cette estimation la semaine dernière.

"L'impact final dépendra aussi de la durée de ce mouvement", a prévenu François Villeroy de Galhau.

En ce qui concerne les finances publiques, au-delà du rebond du déficit public à 3,2% en 2019, sous l'effet combiné des dix milliards d'euros mobilisés par le gouvernement pour les mesures d'urgence et de l'impact ponctuel de la bascule du CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) en baisse de charges pérenne, le gouverneur de la Banque de France a souligné la nécessité de mettre en oeuvre des efforts pour restaurer les comptes publics.

"Dans la durée, réduire les déficits et la dette publique reste indispensable", a-t-il insisté, en jugeant "souhaitable de redescendre autour de 2 % de déficit en 2020".

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle