Immobilier: Le britannique Intu bientôt sous administration judiciaire

(Reuters) - Dernière victime en date de la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus et le confinement, le groupe britannique d'immobilier commercial Intu a demandé vendredi son placement sous administration judiciaire faute de pouvoir honorer une échéance sur sa dette.
Partager
Immobilier: Le britannique Intu bientôt sous administration judiciaire
Dernière victime en date de la crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus et le confinement, le groupe britannique d'immobilier commercial Intu a demandé vendredi son placement sous administration judiciaire faute de pouvoir honorer une échéance sur sa dette. /Photo prise le 23 juin 2020/REUTERS/Jason Cairnduff

Intu, qui emploie environ 2.600 personnes, a assuré que tous ses centres commerciaux poursuivraient leur activité.

Déjà en situation financière délicate avant la crise, le groupe a vu ses difficultés s'aggraver ces derniers mois, des centaines de commerçants ayant suspendu le paiement de leurs loyers en raison des fermetures de magasins imposées par les autorités.

Selon la publication spécialisés Property Week, les loyers commerciaux perçus sur le trimestre avril-juin n'ont représenté que 18,2% de leur niveau habituel.

Les négociations entamée le mois dernier par Intu avec ses créanciers n'ont pas permis d'aboutir à un compromis permettant un moratoire sur la dette. L'endettement du groupe représentant 4,69 milliards de livres sterling (5,17 milliards d'euros) fin 2019.

En Bourse de Londres, le cours de l'action Intu chutait de 55% vendredi à 1,8 pence, ramenant la valorisation du groupe à 16 millions de livres environ, contre 13 milliards au plus haut en 2016.

Hammerson, autre grand acteur du marché de l'immobilier commercial britannique, perdait alors 13,5% et à Paris, leur concurrent Unibail-Rodamco-Westfield cédait 4,64%.

Hammerson avait proposé de racheter Intu il y a deux ans pour 3,4 milliards de livres mais sa proposition avait été rejetée, tout comme celle de Peel Group, son premier actionnaire, d'un montant de 2,9 milliards.

"Le fait que plusieurs prétendants aient regardé le dossier ces dernières années avant de renoncer aurait dû déclencher des signaux d'alarme", estime Russ Mould, analyste d'AJ Bell. "La probabilité de voir un chevalier blanc venir à la rescousse est pratiquement nulle à ce stade."

(Yadarisa Shabong à Bangalore, version française Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Jonconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

AVRIL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS