Imbroglio juridique autour de la situation de Veninov

Partager

Social. L’usine Veninov de Vénissieux (Rhône) est toujours occupée par ses salariés qui attendent depuis deux mois le dénouement d’une situation juridique et financière "abracadabrantesque".

Ils attendent surtout la prochaine audience du 4 octobre devant le tribunal de commerce de Nanterre pour (peut-être) pouvoir envisager la reprise de cette société créée en 1847, et plus connue pour ses marques Bulgom et Venilia. Délégué CGT, Stéphane Navarro veut croire encore en un « espoir de redémarrage ».

Mais les deux projets de reprise du groupe financier suisse Alven et de l’industriel autrichien Windhager se heurtent à un imbroglio juridique. Propriété du groupe allemand Alkor-Venilia, Veninov a été liquidée le 21 juillet 2011.

Ce n’est plus qu’une coquille vide ! Elle ne contrôle plus ses six hectares de terrain, ses machines, ses stocks, ses brevets.
Objet du litige : un prêt de 9,7 millions d’euros contracté par Alkor-Venilia auprès du fonds d’investissement américain Gordon Brothers, après la cessation de paiement de Veninov en novembre 2010, et la signature d’un avenant trois mois plus tard par lequel la société allemande apportait en garantie à son créancier l’intégralité des actifs estimés à 40 millions d’euros.

Pour Bernard Dhennin, (CFDT), " ces garanties sont si disproportionnées qu'on soupçonne un arrangement entre Gordon Brothers et nos actionnaires, qui en auraient profité pour se désengager de l'entreprise après de grosses erreurs de gestion ".

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, considère aussi que le prêt de Gordon Brothers est « irrégulier, illégal ». Il a saisi le parquet de Lyon, qui s’est dessaisi au profit de celui de Nanterre. L’expert mandaté par le comité d’entreprise de Veninov estime pour sa part qu’ " Alkor-Venilia n'avait plus le droit de passer ce type de clause après avoir été déclaré en cessation de paiement ".
Pour ne pas faire capoter un éventuel projet de reprise, une assignation directe devant le tribunal a donc été engagée pour faire reconnaître la nullité du prêt.

VINCENT CHARBONNIER

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS