Quotidien des Usines

Ils investissent : Texton s'installe près de PSA

,

Publié le

A Saint-Aubin-du-Cormier, en périphérie de Rennes, Texton a achevé, pour un investissement de 46millions de francs, la construction d'une usine de fabrication d'équipements électroniques pour l'automobile.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Pour se rapprocher notamment de l'usine Citroèn, à qui elle fournit des ensembles électroniques de condamnation des portes, Texton, filiale du nord-américain Delco Electronics (General Motors), vient de construire une unité de production en Ille-et-Vilaine, sur la commune de Saint-Aubin-du-Cormier. Pour son démarrage, qui a eu lieu au début du mois de mai, cette usine de 3700mètres carrés de superficie couverte a déjà embauché 56personnes. Et elle espère d'ici à trois ans atteindre les 130salariés. Texton Ille-et-Vilaine, usine pour laquelle ont été investis 46millions de francs, fabrique ses éléments non seulement pour le site breton de Citroèn où sont montées les Xantia et les XM, mais aussi pour les usines espagnoles et anglaises de PSA "toutes approvisionnées en flux tendu", précise Eric Destobbeleir, directeur du site de Saint-Aubin. En fait, pour alimenter en temps voulu l'ensemble de ces sites automobiles, Texton s'appuie sur la logistique de Gefco, une société de transport routier, filiale de Peugeot et Citroèn, également très présente dans la région et qui assure, notamment, l'acheminement des pièces nécessaires aux établissements Citroèn de Rennes. La capacité de production du nouveau site peut aller jusqu'à 9000 pièces par jour. "Nous ne sommes qu'au tiers de ce rendement", dit le directeur qui pense atteindre le niveau maximal dans trois ans seulement. La gamme fabriquée se compose d'une vingtaine de produits, tels des alarmes et des systèmes de condamnation de portes. Une série d'ensembles conçus et réalisés par les dix-sept ingénieurs chargés des développements chez Texton, installés au siège social de l'entreprise à Bagnolet, en région parisienne. Entrée il y a deux ans dans le groupe Delco Electronics, Texton avance sur un marché en forte croissance. Aujourd'hui, en Europe, 10% des équipements automobiles font appel à l'électronique. "Nous passerons à 25% dans dix ans", prévient Michel Aigouy, le P-DG, à l'origine de la création de Texton en 1976. Des évolutions qui lui ont permis de réaliser 220millions de francs de chiffre d'affaires en 1993 et de miser pour l'exercice en cours sur des ventes d'un montant de 250millions de francs. Car c'est bien dans le but de prendre une place de choix sur ce marché que Texton a décidé de réaliser sa nouvelle usine. Un investissement qui complète l'offre d'une autre unité industrielle du groupe, implantée à Lognes (Seine-et-Marne) où travaillent une centaine de salariés. "Cette usine est spécialisée dans la fabrication de pièces de seconde monte, alors qu'ici, en Bretagne, nous produisons exclusivement des premières montes", précise Eric Destobbeleir. Texton qui maîtrise déjà un tiers du marché français des alarmes (marque Tex Alarm) a des ambitions européennes. Pour y arriver, elle peut compter sur le soutien de Delco Electronics. Classé au premier rang mondial de l'électronique embarquée, l'américain dispose d'une réelle avance technologique. Sa filiale bretonne entend bien l'intégrer dans ses usines.





Un jeune manager

Agé de 31 ans, Eric Destobbeleir est entré dans le groupe Texton en 1988. Ingénieur diplômé en électronique, il assurait, jusqu'à sa nomination comme directeur de l'usine de Saint-Aubin-du-Cormier, la direction du service qualité de l'entreprise au siège social de Bagnolet.



Citröen attire ses fournisseurs

Citroèn Rennes, qui produit 1100véhicules par jour (1050 Xantia et 50 XM), développe une politique de rapprochement de ses principaux fournisseurs et équipementiers, flux tendu oblige. Pour y arriver, Trèves, Allibert, Bertrand Faure, Ecia, Plastic Omnium, Bundy et maintenant Texton ont créé de nouvelles usines, à moins d'une heure de route en camion du constructeur. Au total, ces établissements emploient 4000 personnes. Des postes tous créés et non transférés de Citroèn, qui assure la quasi-totalité du plan de charge des nouvelles usines grâce aux productions de ses établissements bretons, mais aussi de l'usine d'Aulnay, près de Paris. Ces équipementiers de proximité produisent presque exclusivement pour le site rennais, qui profite du développement des ventes de la Xantia. Et préparent la version break de ce véhicule dont le montage final sera assuré par Heuliez dès l'an prochain.



S'implanter en Bretagne

Investissements: 46millions de francs, dont 17 pour le bâtiment et le reste pour les équipements.

Implantation: sur la zone industrielle de Saint-Aubin-du-Cormier, à 20kilomètres de Rennes.

Activités: fabrication d'équipements électroniques pour l'automobile (alarmes, systèmes de condamnation des portes et de verrouillage à distance).

Effectifs: 56 personnes, 140 prévues d'ici à trois ans.

Aides obtenues: 30000francs par emploi créé au titre de la prime d'aménagement du territoire de la Datar, somme équivalente du conseil régional et du conseil général sous forme d'avances remboursables et de subventions.

Chiffres d'affaires: 124,7millions de francs en 1991, 170 en 1992, 220 en 1993 et 250 en 1994.

Capacité maximale de production: 9000 pièces par jour.

Superficie: 3700mètres carrés bâtis sur un terrain de 3 hectares.

Principaux concurrents: Valeo, Siemens, Robert Bosch.

Taxe professionnelle: 11%.

USINE NOUVELLE - N°2461 -
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte