Ils investissent Loir-et-Cher : Airsec Industries repense son process

Spécialisée dans la transformation de matières plastiques et le conditionnement pour la pharmacie, la cosmétique et l'agro-alimentaire, Airsec Industries vient de se doter d'un nouvel outil de production à Romorantin.

Partager

Airsec Industries (200millions de francs de chiffre d'affaires en 1993, environ 750salariés) vient de prendre ses nouveaux quartiers. Installée depuis le début des années60 à Romorantin, l'entreprise familiale, dirigée par Didier Lancesseur, P-DG et fils de l'un des deux fondateurs de l'entreprise, s'apprête à inaugurer une nouvelle usine de 12000mètres carrés sur la zone d'aménagement concerté de la Grange, en sortie de l'agglomération.Pour l'entreprise, spécialisée dans la transformation de matières plastiques et la fabrication de conditionnements pour les industries de la pharmacie, de la cosmétique et de l'agro-alimentaire, cet investissement de 43millions de francs correspond à la nécessité de rationaliser le process. "Nos anciens locaux étaient trop dispersés et ne répondaient plus aux exigences de plus en plus draconiennes de nos clients en matière de qualité, notamment les grands laboratoires pharmaceutiques. Il nous fallait un espace de production disposant d'ateliers contigus", explique Didier Lancesseur.

S'ouvrir la possibilité de fabriquer en flux tendu

La nouvelle usine, qui emploie 260salariés et accueillera 30personnes supplémentaires d'ici à trois ans, a donc été entièrement conçue pour mieux gérer les flux de matières premières (essentiellement du polyéthylène) et de produits semi-ouvrés utilisés lors de la production. "Près de la moitié de cet investissement a été consacrée à l'ingénierie du process, ce qui devrait nous autoriser à réduire nos stocks", confirme d'ailleurs Pierre Rousseau, directeur du site. Cet effort, qui permet d'envisager rapidement une production en ligne, ouvre également la possibilité de fabriquer en flux tendu "si cela est nécessaire", précise cette fois le P-DG. La maîtrise du milieu ambiant a fait également l'objet d'une attention particulière, notamment sur le plan du contrôle de l'hygrométrie.

En cohérence avec la volonté affichée de spécialiser ses unités de production, le site de Romorantin sera entièrement consacré aux marchés de l'industrie pharmaceutique, qui représentent aujourd'hui 60% du chiffre d'affaires du groupe. Airsec Industries, réputé pour sa production de bouchons déshydratants (la famille Lancesseur a détenu le brevet de ce produit avant qu'il tombe dans le domaine public) produira également sur place des tubes rigides et du matériel de diagnostic (notamment les tests de grossesse).

Une deuxième usine, à Ardon, dans le Loiret (60salariés), travaille pour l'industrie cosmétique (25% du chiffre d'affaires) et une troisième unité, à Coulommiers, en région parisienne (95personnes) a gardé une vocation plus généraliste et fait office de "soupape" en cas de surchauffe de l'activité.

Aujourd'hui, Didier Lancesseur table sur un retour à une croissance modérée du chiffre d'affaires de l'ordre de 10% au cours des prochaines années. Depuis plusieurs exercices, celui-ci n'avait guère évolué en raison d'un abandon de certaines activités jugées non stratégiques, notamment dans le secteur de l'agro-alimentaire.Airsec Industries compte également poursuivre l'étude avec ses clients de nouveaux concepts de conditionnement: "Une politique que nous menons en nous appuyant sur notre service de recherche et développement. Ce dernier, qui emploie près de huit personnes, dispose d'un budget de 8millions de francs", souligne Didier Lancesseur.





Un spécialiste de l'organisation

Ingénieur en organisation, diplômé du Cnam, Pierre Rousseau, 45ans, s'est "totalement investi" dans le projet de création de cette usine. Entré dans le groupe comme responsable de la maintenance en 1976 avant d'occuper le poste de directeur technique dès 1985, Pierre Rousseau est devenu le directeur de l'unité deproduction en 1990: "J'ai été le maître d'ouvrage délégué de ce projet, mais j'ai également eu pour mission, en collaboration étroite avec un responsable technique, de définir le cahier des charges, puis de convevoir l'aménagement de l'usine." Pierre Rousseau, qui s'est donné deux objectifs principaux, "redorer le blason du groupe et transformer Airsec en une entreprise moderne", estime avoir réussi la première partie de ce double défi.



Les chiffres clés de l'usine de Romorantin

Investissement 43millions de francs au total, dont près de la moitié consacrée à l'ingénierie du process.

Aides 1,5million de francs de la région Centre, 1million de francs de subventions, plus un prêt de 2millions de francs du département du Loir-et-Cher.

Implantation Sur la zone industrielle de la Grange, à la sortie de Romorantin.

Superficie Un bâtiment unique de 12000mètres carrés sur un terrain de 4,5hectares.

Chiffre d'affaires 200millions de francs, dont 60% en pharmacie (clients : Astra Calvé, Laboratoires Glaxo, Upsa et Roche), 25% en cosmétiques (clients: L'Oréal, Laboratoires Yves Rocher,Parfums Christian Dior) et15% en agro-alimentaire

Effectifs Environ 260salariés, une trentaine de plus d'ici à trois ans.

Export 20% du chiffre d'affaires global.

USINE NOUVELLE - N°2472 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS