Ille-et-vilaine : Automaxi monte en puissance

Leader européen des accessoires pour l'automobile, l'entreprise malouine s'agrandit pour répondre à la demande étrangère.

Partager

"Très disputé, le marché français n'est pas notre cible prioritaire. En revanche, l'Allemagne, le Japon ou l'Amérique du Nord nous intéressent, car les accessoires d'automobiles y bénéficient d'un important développement, avec de meilleurs prix qu'en France." Jean-Marie Ravier, P-DG d'Automaxi, PMI de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) qui réalise 92millions de francs de chiffre d'affaires, donne ainsi les raisons qui l'ont conduit à agrandir son usine de 4500mètres carrés couverts. "Nous avons bénéficié de l'opportunité de la reprise d'un bâtiment existant, ce qui a limité le montant de nos investissements", précise Jean-Marie Ravier; 10millions de francs viennent d'être injectés dans cette extension, qui sera complétée l'an prochain par un programme d'achat de machines de 10millions de francs supplémentaires. Ce nouvel atelier, qui s'ajoute aux 12000 mètres carrés couverts existants, permet de passer de cinq à huit lignes de production. "A cet accroissement de nos capacités industrielles correspond une plus grande souplesse d'exécution", explique le P-DG. Mais la force de ce fabricant de toits ouvrants, de porte-bagages (700000paires de barres par an) et de coffres de toit est d'être totalement autonome. "En réalisant nous-mêmes les ensembles en plastique, les éléments en acier et les cordages composant nos équipements, nous évitons la dépendance vis-à-vis de fournisseurs qui pourraient avoir tendance à imposer leurs prix." Cette politique nécessite cependant une multiplicité de machines spéciales, conçues et réalisées en interne grâce au bureau d'études de la PMI et à son service d'outillages. Une équipe composée de 20ingénieurs et techniciens, sur un effectif total de 170 personnes. D'autre part, l'extension de la surface industrielle vient de générer la création de douze emplois. Et d'autres postes pourraient être créés à court terme. Consciente de sa modeste taille, Automaxi, qui travaille avec la grande distribution spécialisée (Norauto) et avec les marques Toyota, Mitsubishi, Rover, Renault et Jaguar - où elle est référencée comme fournisseur exclusif d'accessoires- s'est lancée dans la course aux innovations. Seul moyen pour elle de rester maître du marché. "Cette année, nous venons de créer un système de portage. Il s'agit d'une galerie fixe pouvant s'adapter à tous les types de voitures", commente le P-DG. L'objectif de ce dirigeant, dont l'entreprise fabrique chaque année plus de 1million de produits, est d'atteindre rapidement les 200millions de francs de chiffre d'affaires grâce à l'exportation, qui représente déjà 60% de son activité (contre 40% en 1989). Pour respecter ses objectifs, Automaxi met un maximum d'atouts de son côté. Obtenue en décembre 1993, la certification ISO 9002 lui offre une référence qualitative européenne lui ouvrant la voie de la diversification. Car cette PMI veut aborder de nouveaux créneaux et se placer en véritable équipementier des constructeurs d'automobiles et devenir un fournisseur de première monte. Elle s'appuie notamment sur son savoir-faire en matière de magnésium. "Un matériau dont nous maîtrisons parfaitement l'utilisation. Il offre l'avantage d'être moins cher que l'acier tout en procurant de meilleures performances industrielles. Mais les voitures françaises n'utilisent pas encore ce produit", conclut Jean-Marie Ravier. Stanislas DU GUERNY



L'entreprise en chiffres

Chiffre d'affaires : 92millions de francs en 1994, contre 83millions en 1993. Pour 1995, l'objectif de croissance est de 10%. L'entreprise a toujours été bénéficiaire.

Export : 60% de l'activité répartie entre trente pays. Premier client: l'Allemagne, qui représente 30% des marchés à l'export. Mais aussi les Etats-Unis, le Japon et la plupart des pays européens. Pas de filiale commerciale étrangère pour Automaxi, qui assure ses ventes en s'appuyant sur des industriels et des distributeurs complétant leurs gammes avec ses accessoires.

Maison mère : Créée en 1962 par deux ingénieurs mécaniciens, Automaxi est entrée dans le groupe Crométal en juillet 1989. Ce groupe industriel parisien, coté au second marché, réalise 1,3milliard de francs de chiffre d'affaires réparti entre dix entreprises industrielles.

Activités : Les barres de toit représentent 60% de l'activité (produits protégés par un brevet universel). Les porte-vélos et les coffres de toit regroupent 20% du total des productions de cette PMI. Les 20% restants se partagent entre les toits ouvrants et les porte-skis.

Diversification : Automaxi va prochainement lancer la fabrication de remorques de voiture. Elle vise principalement le marché français.

Concurrence : Les principaux concurrents d'Automaxi se trouvent en Italie et en Suède, où l'entreprise Thulé se place en véritable challenger.



Un professionnel discret

Jean-Marie Ravier P-DG d'Automaxi

Formé au sein du groupe Renault, où il a passé la majeure partie de sa carrière avant de devenir P-DG d'Automaxi en 1989, Jean-Marie Ravier cultive le goût du secret, estimant "se situer dans un secteur industriel très convoité". Si Crométal, son groupe de tutelle, peut l'aider dans la mise au point de nouveaux produits, cet homme de 44ans s'est toujours efforcé de développer son entreprise sans faire appel aux capitaux de son principal actionnaire, "même en 1993, lorsque nous avons subi la crise de l'automobile", note cet ingénieur. Il y a deux ans, l'entreprise avait néanmoins dû se séparer d'une dizaine de collaborateurs. Aujourd'hui, la croissance revenue, Jean-Marie Ravier partage son emploi

du temps entre l'usine malouine et les fréquentes visites à ses distributeurs étrangers.

USINE NOUVELLE N°2494

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS