Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Ile-de-France : Guerlain transfère son "tabernacle" à Orphin

Publié le

  La célèbre marque aux cent soixante-six ans d'existence concentre dans les Yvelines la totalité de sa production de parfumerie alcoolique. Avec des compromis uniques au monde.

 

Nouveau président du directoire de la prestigieuse maison Guerlain, Christian Lanis, 46ans dont vingt-six chez Unilever, va pouvoir disposer de l'outil industriel qui lui permettra, comme il le souhaite, de "dynamiser l'offre de la marque en accélérant le rythme de lancement des produits". Courbevoie, où ont été conçus et fabriqués "Vétiver", "Habit Rouge", "Chamade", "Nahéma", "Jardin de Bagatelle", "Samsara", "Héritage" ou le récent "Petit Guerlain" pour enfants, n'est plus le "tabernacle" de la firme (2,02milliards de francs de chiffre d'affaires en 1993, dont 63% dans les parfums et 73% hors de France, 2310salariés), passée depuis le printemps de cette année dans l'orbite de LVMH. Jean-Paul Guerlain, 56ans, le "nez" de la maison, a transporté son orgue à parfums, le gros livre où sont consignées les formules des 321parfums lancés par la marque depuis 1828 et les dossiers des futurs produits, dans la nouvelle usine d'Orphin, en bordure de la forêt de Rambouillet. Cette unité, dont la capacité de production a été augmentée de 20% par rapport à Courbevoie - pour compenser notamment la fermeture de l'usine américaine de Somers, dans la banlieue de New York - fabrique la totalité des 24senteurs de la marque aujourd'hui commercialisées sous quelque 700références.Décidée en 1991, après des années de forte croissance du chiffre d'affaires, Orphin se devait de ne pas déroger aux principes que la firme s'est fixés, depuis cinq générations, pour construire son image: des compositions conçues exclusivement en interne et par conséquent parfaitement maîtrisées, des concentrés fabriqués en totalité dans son usine, des parfums comportant en général 80% de matières premières naturelles et de surcroît achetées sans intermédiaire par Jean-Paul Guerlain, en Turquie, en Egypte ou à Mayotte. L'organisation de l'usine, mise en place avec le cabinet Ouroumoff Ingénierie pour l'architecture et les équipements techniques et APV France pour le process, dérive de ces choix: - Une salle de contrôle des matières premières. Aucun stockage n'est effectué sans le feu vert physico-chimique et olfactifdu laboratoire Guerlain de Chartres;

- Le stockage des matières premières sous pression d'azote dans trois salles différentes, l'une à température ambiante, la deuxième à -10°C et la dernière à +24°C;

- La fabrication par soutirage et pesage manuel des quantités souhaitées. Avec enregistrement automatique de chaque pesée pour permettre le contrôle et l'archivage.

- La salle de dilution avec un alcool pur à 95°, pilotée par ordinateur, comporte deux réacteurs de 1000 et

2 000litres reliés à deux cuves de stockage de 35000 litres chacune. L'agitation dans les réacteurs dure trente-cinq minutes;

- La macération, qui se produit ensuite dans 138cuves de 230000litres (le double de Courbevoie), où le "jus" est agité tous les jours pendant quatre à six semaines. La salle reste à la température constante de 10°C;

- Le glaçage-filtration, pour éliminer les éventuelles particules. La préparation purifiée traverse l'usine pour aller jusqu'aux douze lignes de conditionnement réparties en trois ateliers, où l'air est renouvelé cinq fois par heure afin d'éviter les odeurs d'alcool.

La gestion de la fabrication et de la cuverie comme l'alimentation des ateliers de remplissage ou des installations techniques sont entièrement pilotées par un automate "Accos", déjà utilisé en laiterie et en pharmacie. Aujourd'hui, Guerlain possède une usine ultra-moderne dont toutes les extensions des zones de stockage et de conditionnement ont été prévues sur dix ans.



Un homme de sérail

Yves Dunoyer de Segonzac avait 23ans quand, en 1972, diplômé de Centrale-Lille (l'ex-IDN), il est entré chez Guerlain pour prendre un poste d'ingénieur de production qui n'avait jamais existé dans la maison. Depuis juin 1994, il est membre du directoire, où il a la charge de tout superviser, sauf le marketing, le commercial et la finance. C'est lui qui a créé l'usine de Chartres en 1973. C'est lui qui, avec le concours de Bruno de Beaufort, un autre ancien de l'IDN, a travaillé en amont, à la conception de l'usine d'Orphin.



Un investissement de 100 millions de francs

Implantation : Orphin, dans les Yvelines, pour compléter le dispositif logistique mis en place depuis 1973 autour de la centrale de distribution de Guerlain à Belleville-le-Comte. Celle-ci centralise les expéditions des usines de Gallardon (la savonnerie et la sérigraphie de la société Sagal) et l'usine de cosmétiques de Chartres.

Investissements : 100millions de francs, financés pour moitié par un crédit-bail.

Production : 10millions d'unités commercialisées sous 25marques. Et 11 à 12millions d'échantillons et coffrets cadeaux.

Superficie : 10500mètres carrés sur un terrain de 7,5hectares.

Prix : du foncier 4,5millions de francs (viabilité comprise).

Effectifs : 160salariés permanents, dont cinq personnes en production, et une trentaine de contrats à durée déterminée (embauchés chaque année, à partir de novembre, pour faire face aux commandes de fin d'année). Sur les 200salariés de l'usine de Courbevoie, 90 ont suivi.

USINE NOUVELLE N°2480 -
 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle