Quotidien des Usines

Ile-de-france

, , , ,

Publié le

75 projets annoncés ou achevés entre mi-2002 et mi-2003, soit 7% du total de la France
8 685,29 millions d'euros engagés, soit 22% du total de la France
7 032 emplois envisagés à terme, soit 14% du total de la France

> 10 investissements marquants
> Les points noirs
> Les autres investissements

La recherche relève la tête

- L'automobile termine ses gros programmes et mobilise ses sous-traitants.
- Le traitement de l'eau et des déchets entraînent des investissements considérables.
- La pharmacie rationalise ses centres de recherche.
- Les groupes traditionnels (Alstom, Giat Industries, Alcatel...) poursuivent leur dégraissage.

« Les inaugurations d'usines ou d'entrepôts, les poses de première pierre, ne cessent pas dans le Val d'Oise. Pour moi, c'est un excellent thermomètre de la robustesse des investissements », expose Jean-François Benon, directeur du Ceevo 95, le comité d'expansion économique.
Le département vit toutefois une situation légèrement atypique au sein de la région capitale. Mais, à peine, car l'Ile-de-France résiste plutôt bien à la morosité ambiante. « En terme de décisions prises, le premier semestre de 2003 est meilleur que le premier semestre de 2002, constate Régis Baudoin, à l'Agence régionale de développement. Et, depuis deux mois, on discerne les prémices d'un redémarrage. Des projets internationaux écloront dès 2004, si la reprise ne se fait pas
trop attendre ».
Evident cette année, le sort de la recherche et développement, couvé par les acteurs privés ou publics. Comme si la région redécouvrait un de ses atouts majeurs : sa concentration de matière grise. Les firmes débloquent des enveloppes impressionnantes pour innover et garder ou attirer les cerveaux : Altis Semiconductor (nanotechnologies), Thales (optronique), Aventis et Sanofi-Synthélabo (pharmacie).
Côté public, le CEA re-propulse le projet Soleil, un synchrotron de troisième génération - le douzième au monde -, qui escompte des retombées considérables dans la recherche appliquée chez les industriels. Sans compter les autres projets qui bouillonnent et que le Commissariat fédère sur le Plateau de Saclay (91).
La préoccupation de l'environnement, très forte chez les huit millions de Franciliens, monopolise aussi une bonne part des investissements. La pollution est traquée dans les eaux de la Seine et de la Marne grâce à la rénovation des stations d'épuration : celles d'Achères et de Valenton absorbent plus de 1 milliard d'euros. Grâce aussi aux incinérateurs, qui s'agrandissent et respectent des normes drastiques, et aux travaux d'infrastructures du Port autonome de Paris, qui favorisent les transports des déchets ou l'installation de centres de tri et de recyclage.
Sur sa lancée 2002, l'automobile consolide ses positions. PSA Peugeot Citroën achève sa réorganisation, faisant de ses sites franciliens des plates-formes 1, dédiés aux voitures d'entrée de gamme des deux marques. Les deux usines de Poissy (78) et Aulnay-sous-Bois (93) accueillent de nouveaux modèles, boostant ainsi leurs sous-traitants (Recticel, CTC, Siemens VDO).
Revers de la médaille, les plans sociaux touchent tout le territoire. Au premier plan, la pharmacie. Et paradoxalement, sa recherche qui paie un lourd tribut aux opérations de fusions-acquisitions dans le secteur. L'obsession des laboratoires Aventis et Pfizer consistant à gagner de la productivité dans le développement des molécules. En arrière-plan, encore en 2003, les charrettes ne cessent de s'alourdir chez Alstom, Alcatel et Giat Industries, gros employeur des Yvelines. Les industries traditionnelles - PMI de la métallurgie, de la mécanique ou du cartonnage - ne sont pas épargnées non plus, notamment en Seine-et-Marne. La plus emblématique étant Mueller Industries, affaire cousine de Métaleurop avec abandon du propriétaire, américain ici, lâchant 188 salariés et un site pollué. Or, les liquidations ne trouvent pas toujours repreneurs. Ou alors, c'est l?outil et seulement l'outil qui intéresse, et il part à l'étranger.

Marie-Madeleine Sève

L'Ile de France ; Réalités présentes, questions d'avenir



10 INVESTISSEMENTS MARQUANTS
 
Daimler-Chrysler France Distribution (Allemagne/Etats-Unis)

Automobile
Le CTR désengorgera les concessionnaires

Le constructeur d'automobiles de haut de gamme implante à Stains (93) son centre de technologie et de réparation (CTR) pour toutes ses marques, pour 10 millions d'euros. Les véhicules utilitaires ou non viendront s'y refaire une beauté dès que les concessionnaires franciliens seront encombrés (intervention de plus de cinq heures, complexité technique). Les bâtiments de 2 700 mètres carrés au sol s'érigeront dés l'été 2003 pour ouvrir à l'automne 2004. Originalité : le stock de pièces de rechange jouxtera les ateliers (74 fosses pour les voitures, en tôlerie, mécanique, peinture, électronique...). Le centre pilote créé fin 2002 à Argenteuil (94) y sera rapatrié avec ses 30 salariés, et 170 postes très quali fiés seront créés, dont 20 d'ingénieurs.

SIAPP/Agence de l'eau Seine-Normandie (France)
Environnement
Alléger la Seine et la Marne de la pollution des eaux usées

La plus grande station d'épuration du monde, après celle de Chicago, se refait une santé. Dans le cadre du contrat de bassin signé avec la région en 2000 (avec avenant en juin 2003), l'usine d'Achères (78) se délestera en partie du traitement des eaux usées de 8 millions de Franciliens en les répartissant vers d'autres unités aval ou amont. Sa capacité se réduira de 2 à 1,7 million de mètres cubes en 2008 (1,5 million en 2015). Mais, d'ici à 2006, 450 millions d'euros permettront d'améliorer la qualité de l'eau, grâce notamment à une unité de nitrification et à l'extension de la clarifoculation (décantation, 23 millions d'euros). Véolia Water Systems, mandataire d'un groupe d'épurateurs et de génie-civilistes (groupe Vinci), a remporté le contrat de nitrification totale et de dénitrification partielle, pour 390 millions d'euros sur quatre ans.

PSA Peugeot Citroën (France)
Automobile
Poissy achève sa modernisation

Et de trois pour le second site industriel francilien qui bénéficie encore d'une enveloppe - la plus élevée depuis 2000 - pour achever sa mue. Soit 250 millions d'euros à dépenser en 2003 afin de soutenir le lancement d'un véhicule de milieu de gamme. Au programme, extension de l'atelier de ferrage, rénovation du montage et de l'habillage caisse, et création d'une troisième ligne de laques. Le tout, plus ergonomique et offrant davantage de polyvalence, sera opérationnel en 2004 faisant de Poissy, dans les Yvelines (7 900 salariés) une plate-forme 1, c'est-à-dire dédiée aux petits modèles, d'une capacité de 1 600 voitures par jour. 300 opérateurs et techniciens sont recrutés cette année.

Beiersdorf (Allemagne)
Cosmétiques
Produire pl us et distribuer mieux

La filiale du géant de la cosmétique rationalise sa production. Tentée par la délocalisation, la direction a finalement choisi de bâtir à quelques kilomètres de l'usine de Savigny-le-Temple (77), un nouvel outil de 20 000 mètres carrés. D'un coût de 19 millions d'euros, il sera dédié à une distribution désormais centralisée. Opérationnel mi-2004, il libérera de la place sur le site originel, qui regroupera, alors, le siège social et la production. Avec, en prévision, une hausse de volume de 30 à 40 %. Actuellement, 110 millions d'unités par an de la gamme Nivéa sortent de ses ateliers.

Altis Semiconductor (IBM/Infineon, Etats-Unis/Allemagne)
Electronique
Un centre de recherche pour les mémoires du futur

En mai, le spécialiste français des circuits intégrés logiques a décroché la création sur son site de Corbeil-Essonnes (91) d'un centre de recherche sur une nouvelle génération de mémoires, les MRAM (Magnetic Random Access Memory). Celles qui permettront de prolonger la vie des batteries de téléphones portables par exemple. A la clé, 170 millions d'euros d'investissement d'ici à 2007, dont 80 millions pour les salles spéciales et leurs équipements. Premiers échantillons en 2005 avant l'industrialisation en 2006. Corbeil-Essonnes a damé le pion aux sites concurrents allemands et américains du groupe. Mais, il accueillera 40 de leurs scientifiques. Il embauchera aussi 100 ingénieurs et techniciens français. En outre, une enveloppe de 85 millions d'euros prévue pour 2003 permettra au site de rester à jour sur les nouvelles technologies.

Siemens VDO Automotive (Allemagne)
Electronique embarquée
Des systèmes de navigation pour les constructeurs

A Rambouillet (78), le spécialiste des systèmes électroniques embarqués (tuners, radio, GPS) pour l'automobile, veut doubler sa production de calculateurs de na vigation (300 000 par an). Entre octobre 2002 et septembre 2003, il investit 14 millions d'euros. Le marché est « en pleine croissance ». Les composants se miniaturisant, l'usine s'équipe d'installations d'insertion automatique et de machines de tests optiques et électriques (ADI). Et pour les systèmes de navigation, de plus en plus complexes, d'outils d'assemblage et de tests en ligne.

CEA/CNRS (région Ile-de-France et conseil général de l'Essonne)
Energie
Le synchrotron « Soleil » relancé

Enfin, un synchrotron de troisième génération. Et, c'est le Plateau de Saclay à Saint-Aubin (91) qui l'accueille. Baptisé Soleil (Source Optimisée de Lumière d'Energie Intermédiaire de Lure), il sera capable de pénétrer la matière en profondeur et de l'analyser dans l'infiniment petit, à l'échelle du micron. Son coût : 385,4 millions d'euros jusqu'en 2009 (construction et exploitation). Le chantier a démarré mi-avril : un énorme anneau de 354 mètres de circonférence sur une épaisse dalle de béton. 12 lignes de lumière, sur 43 possibles, seront opérationnelles au printemps 2006, 12 autres le seront en 2009. A la clé, 230 emplois créés pour atteindre un effectif total de 350 salariés en 2009. Utilisées pour la recherche fondamentale, elles seront également accessibles aux industriels, grands groupes (L'Oréal, Sanofi, Thales, STMicroelectronics), ou PME, sensibilisées dès aujourd'hui.

Thales Recherche et Technologie (France)
Optronique
Innover au coeur du campus de Polytechnique

Un centre de recherche au beau milieu d'une grande école, une première ! Le groupe d'électronique de défense et d'aéronautique Thales a débloqué 40 millions d'euros (dont 10 millions pour des salles blanches) pour camper sa « matière grise » au cœur de Polytechnique, à Palaiseau (91). Le chantier démarrera cet été. Et d'ici un an, 400 collaborateurs déménageront du site v oisin d'Orsay (91) pour s'installer sur 16 000 mètres carrés, face au nouveau centre de recherche de Danone. Leur champ d'observation : les nanostructures, les systèmes et composants optiques et optroniques, les technologies pour les logiciels. Une chaire d'enseignement dédiée « ingénierie des systèmes complexes » sera intégrée dans le cursus de l'X. Un partenariat qui vise à réduire les délais de développement des projets de l'industriel.

Recticel/Woodbridge (Belgique/Canada)
Automobile
Le Canadien se rapproche de ses clients

En avril 2003, à Trilport (77) démarrait une ligne de produits moulés en mousse de polyuréthane. Destination : les ateliers du fabricant américain de sièges automobiles Lear, à Lagny-le-Sec (60) et à Cergy (95). Grâce à une joint-venture avec Recticel, sous-traitant de second rang, le canadien Woodbridge s'est rapproché de ses clients, qu'il livrait auparavant de ses sites anglais et allemands. En bout de chaîne, les usines de PSA Peugeot Citroën, à Aulnay (93), pour la C2 et la C3 et Poissy (206). Les deux associés ont investi 12 millions d'euros dès 2002 dans cette unité de 4 500 mètres carrés, d'une capacité de 10 000 à 15 000 pièces par jour. Le canadien apportant sa technologie unique, et le français son savoir-faire, puisque une autre usine côtoie la nouvelle. 110 postes sont créés, dont 20 reste à pourvoir.

Sanofi-Synthélabo (France)
Chimie-Pharmacie
Un « site majeur » distingué par la direction scientifique

Depuis la fusion des deux laboratoires en 1999, le pôle de recherche Sanofi de Chilly-Mazarin (91) a raflé la place de site majeur en région parisienne, attirant à lui les équipes de Gentilly (94), Bagneux (92) et Paris (75). Soit 250 personnes, plus 150 emplois créés depuis in situ (dont 60 en 2003). Axé sur le développement touchant le système nerveux central, l'oncologie, les maladies cardiovasculaires, le cent re bénéficie d'une enveloppe globale de 52 millions d'euros d'investissement d'ici à 2004. 35 millions servent à rénover et à étendre des bâtiments. La première tranche (7 200 mètres carrés) a permis d'abriter les affaires réglementaires venues de Gentilly, la seconde (5 300 mètres carrés), achevée en mars 2003, permet d'accueillir la pharmacovigilance transférée de Bagneux. Le chantier des services techniques (maintenance, métrologie, stockage sur 2 200 mètres carrés) est en cours, pour être livré au printemps 2004. A l'horizon 2008, des laboratoires sortiront de terre. Avec un autre investissement




LES POINTS NOIRS

Aventis Pharma, engagé dans un gain de productivité dans ses activités de recherche, réorganise ses trois sites franciliens. Romainville (93), focalisé sur les antibactériens et les antifongiques, prévoit 487 suppressions de postes sur 1 009 (dont 479 sur 873 en recherche). Le site se reconvertirait en parc biotechnologique « Biocitech » et externaliserait une partie de ses compétences sur les anti-infectieux (cancers, diabètes..) dans une entité de 80 salariés, dont 60 seraient repris d'Aventis. Ce projet, baptisé « Carmina », démarrerait au 1er semestre de 2004. Aventis veut aussi favoriser une société de fonctions support (86 salariés). Les syndicats font une contre-proposition avec leur projet « Neiris ». A Antony, 33 postes seraient supprimés sur 281 et à Vitry-sur-Seine (94), 146 sur 1016.

L'américain Mueller Industries ferme son usine de Longueville (77), laissant sur le carreau 188 salariés. En liquidation judiciaire depuis mars, le sit e a souffert de la chute de 30 % en deux ans du prix des tubes en cuivre, de la forte capacité de production en Europe, et de la concurrence du plastique. Son activité sera reportée sur l'unité britannique de Mueller à Bilston. Contrairement à ses engagements, l'américain refuse de dépolluer le site contaminé par les acides et solvants toxiques. Aucun repreneur ne se profile, sauf pour l'outil industriel.

Citation
« Les salariés de Mueller Industries réclament des indemnités supra-légales. Or, ils n'auront pas un centime de plus. Ils ne comprennent pas qu'on ne fait pas la même chose que pour Métaleurop Nord. L'Etat, qui a décroché un budget pour ce site nordiste, a montré le mauvais exemple ».
Maître Yves Coudray, liquidateur judiciaire à Melun (77), en charge du dossier.

Le groupe pharmaceutique américain Pfizer, qui a fusionné avec son compatriote Pharmacia, ferme son centre de recherche de Fresnes (77), axé sur les allergies et les maladies respiratoires, et qui devait déménager à Evry (91) avec ses 285 salariés, dont 130 chercheurs. Cette activité ira en Grande-Bretagne, dans le centre de Sandwich : 100 postes sont ouverts aux chercheurs français. Le siège social de l'ex-Pharmacia à Guyancourt (78) devrait aussi fermer d'ici fin 2003 : 390 salariés seront touchées, 230 retrouveraient un poste au siège de Pfizer à Paris (75).

Dolphin Télécom, offreur de services de radiocommunication mobile pour les professionnels à Meudon-la-Forêt (92) a été liquidé mi-juin avec ses 250 salariés. L'Etat a refusé d'amender sa licence d'opérateur avec un accès à la norme américaine CDMA, empêchant sa reprise par le britannique Inquam.

Alcatel Câble France sacrifiera, fin 2003, son usine de fibres optiques de Conflans-Sainte-Honorine (78), entraînant la suppression de 290 postes sur 380, et 90 mutations. La crise des télécommunications ont fait baisser les volumes de 60 % en deux ans. A N ozay (91), Alcatel Optronics, fabricant de composants optiques supprime 158 postes sur 490, 332 salariés seront repris par l'américain Avenex en joint-venture avec le français et un autre américain, Corning.

Danone a arrêté le 28 mars l'activité de son usine LU de Ris-Orangis (91) dans le cadre de la restructuration de sa branche biscuits. Quinze mois plus tôt que prévu. Le reclassement des 412 salariés se poursuit jusqu'en juin 2004. 223 ont retrouvé un emploi, dont 113 dans d'autres usines du groupe. Le site essonnien accueillera un complexe commercial de 60 000 mètres carrés, qui ouvrira en 2006 (1 000 emplois).

Alstom taille franchement dans ses effectifs en France. Cette année, dans la branche Transmission et Distribution, 105 salariés sur 425 sont touchés à Saint-Ouen (93), qui fabrique des transformateurs électriques ; dans la branche Power Environnement, 100 emplois sont menacés sur 592 sur les deux sites de Vélizy-Villacoublay (78), confrontés à la chute du marché de la chaudière et des centrales thermiques. A l'étude, la fermeture de l'usine de turbines à vapeur industrielles de La Courneuve (93), occupant 300 personnes. En outre, 171 suppression de postes sont envisagés dans les sièges sociaux à Levallois (92) et à Paris (75).

Les 3 Suisses, en quête d'économies, a abandonné ce printemps le centre d'appels de Bercy à Paris (75), où il supprime 100 postes. Le vépéciste nordiste proposerait 20 reclassements.

Béghin Say, racheté le 13 décembre 2002 par des coopératives de betteraviers et de sucriers Origny Naples a confirmé le 6 mars, la fermeture de la sucrerie de Villenoy (77), coincée dans le tissu urbain de Meaux. 70 des 115 salariés touchés sont d'ores et déjà mutés dans des départements voisins (Oise, Aisne et Marne). La nouvelle entité reconfigure ses fonctions centrales sur quatre sites. Le siège administratif de Neuilly-sur-Seine (92) fermera en septembre, entraînant 360 s uppressions de postes. Il sera en partie transféré à Lille (59) avec déjà 80 reclassés. D'autres propositions sont en cours.

Le papetier hollandais Kappa Packaging a annoncé, fin avril 2003, la fermeture de son usine trop vétuste et polluante de Mennecy (91). Les 91 salariés pourraient être reclassés dans le groupe (30 propositions en France).

Lir France, filiale de Techpack (groupe Pechiney), spécialiste des boîtiers en plastique pour les cosmétiques, réorganise sa production en se recentrant sur les sticks pour déodorants. Elle annonçait en avril supprimer 130 postes sur 285 et 70 emplois d'intérimaires dans son unité de Provins (77). 85 salariés sont partis fin mai 2003.

Marie Brizard a fermé, courant du 1er semestre 2003, l'usine d'embouteillage Berger de Lieusaint (77), dédiée aux sirops Sport et aux anisés (47 salariés). Le liquoriste bordelais l'avait rachetée en 1995.

Le groupe d'armement terrestre Giat Industries projette de supprimer 615 emplois sur les 1 241 que compte le site de Versailles-Satory (78). Il regroupe le siège, et des activités dédiées aux chars et blindés légers : bureau d'études, essais, gestion des contrats et soutien logistique. Le plan définitif devrait être annoncé en septembre.

Le logisticien Exel Textile a fermé, fin 2002, ses portes à Lisses (91), licenciant 156 personnes. Il n'a pas résisté à la disparition en France des magasins Marks & Spencer, son principal client. Il a toutefois réouvert un entrepôt pour Auchan à Villabé (91).




LES AUTRES INVESTISSEMENTS

AERO NAUTIQUE-ARMEMENT-CONSTRUCTION NAVALE

Air France Industries (Air France, France)
86 millions d'euros
Villeneuve-le-Roi (94)
Déménagement des activités sur 35 000 mètres carrés d'un seul tenant pour ce spécialiste de la maintenance aéronautique pour les appareils de la maison-mère et d'autres compagnies internationale de la plate-forme d'Orly (94), devenue obsolète. Objectif : réduire les temps de traitement de 50 %.
Mai 2003-juillet 2004
800 transferts

EADS Seca (EADS, Europe)
21 millions d'euros (projet arrêté mi-2003)

Bonneuil-en-France (95)
Ateliers de lavage et de contrôle des pièces moteurs (15 000 mètres carrés ) remplaçant les locaux devenus obsolètes du spécialiste de la maintenance des moteurs d'avions au Bourget (93). Il se rapproche en plus du bâtiment bancs d'essais moteurs.
Calendrier non déterminé
200 emplois d'ici à 2015

Dassault Aviation (France)
16 millions d'euros

Saint-Cloud (92)
Bureaux de 6 000 mètres carrés accueillant les 300 ingénieurs et techniciens de BE, transférés principalement des locaux voisins en location.
Avril 2003-fin 2004

Dassault Aviation (France)
6,7 millions d'euros

Argenteuil (95)
Extension sur 2 500 mètres carrés de l'atelier tôle de revêtement fuselage pour produire le Falcon 7X , et du magasin de maquettes (1,7 million pour le bâtiment, et 5 millions pour l'outillage).
2002-été 2003

Dassault Aviation (France)
4,5 millions d'euros

Le Bourget (93)
Extension sur 4 500 mètres carrés du magasin de pièces de rechange pour les Falcon.
Mai 2003-2ème trimestre 2004


AGROALIMENTAIRE

Coca-Cola (Etats-Unis)
6,86 millions d'euros

Clamart (92)
Centre logistique de 4 500 mètres carrés, adjacent au centre de production.
Octobre- fin 2003

Labrador (France)
3 millions d'euros

Stains (93)
Unité de production de 2 650 mètres carrés, plus 600 mètres carrés de locaux administratifs (terrain de 5 700 mètres carrés) pour ce spécialiste de la pâtisserie industrielle fraîche (marque Pari-Gourmet). Il transfère ses activités et 60 salariés des locaux obsolètes qu'il occupe à la Garenne-Colombes (95).
Mai à octobre 2003


AUTOMOBILE

PSA Peugeot-Citroën (France)
130 millions d'euros

Vélizy-Villacoublay (78)
Centre de design regroupant les activités des studios de style de Peugeot et de Citroën, la technique et le marketing dispersés à Vélizy-Villacoublay et à la Garenne-Colombes (92) avec outils technologiques dernier cri. Il accueillera 800 salariés.
Juillet 2002-avril 2004

PSA Peugeot-Citroën (France)
75 millions d'euros

Aulnay-sous-Bois, Saint-Ouen (93), et Asnières (92)
- A Aulnay, réorganisation des ateliers et amélioration des lignes de montage pour produire le nouveau véhicule C2 (début 2003-septembre 2003) ; optimisation de la logistique avec réintégration des magasins de stockage dans le bâtiment de montage (septembre 2003-début 2004).
- A Saint-Ouen (93, emboutissage) et à Asnières (92, décolletage) renouvellement d'outils pour 5 millions (en 2003).
Début 2003/2004
500 emplois à Aulnay-sous-Bois

PSA Peugeot-Citroën (France)
30 millions d'euros

La Garenne-Colombes (92)
Rénovation des bancs d'essai moteurs.
Année 2003

Renault (France)
22 millions d'euros (projet non confirmé par l'entreprise)

Boulogne-Billancourt (92)
Sur les quais, projet « square com », le nouveau centre de communication du groupe.
Septembre 2002-fin 1er semestre 2005

Delphi Systems (Etats-Unis)
15 millions d'euros

Tremblay-en-France (93)
Regroupement sur la zone de Paris Nord II de toutes les activités en région parisienne : achats, logistique, financ es, ressources humaines, recherche et développement et service clients. Ce déplacement concerne 800 salariés au total.
Mai 2003-2004
800 transferts

CFC (Fives-Lille, France)
7 millions d'euros

Montévrain (77)
Siège social (3 000 mètres carrés) avec extension d'un tiers de la surface du bureau d'études et unité de 4 200 mètres carrés, pour ce fabricant de convoyeurs de chaînes pour l'industrie automobile.
Avril-décembre 2003
175 transferts prévus en janvier 2004


CHIMIE-PHARMACIE

Aventis (France/Allemagne)
96 millions d'euros

Romainville (93), Villeneuve-la-Garenne (92) et Vitry-sur-Sein (94)
Modernisation de l'équipement industriel pour la production de principes actifs et mise en conformité du site aux nouvelles normes réglementaires (qualité, EHS).
2003-2005

Institut Gustave Roussy (France)
87,1 millions d'euros (dont 25,7 millions pour honoraires et TVA)

Villejuif (94)
Restructuration architecturale et extension sur 18 000 mètres carrés (43 millions d'euros) du premier centre européen anti-cancéreux, avec équipements bio-médicaux (18,6 millions), rénovation des installations logistiques - réseaux, énergie, sécurité - pour 25,5 millions d'euros.
Novembre 2002-mi 2006.

Aventis (France/Allemagne)
30 millions d'euros

Vitry-sur-Seine (94)
Extension et rénovation des laboratoires pour regrouper la recherche sur les maladies en oncologie.
2000-fin 2003

CIS BIO International (Schering/CEA Industrie, Allemagne/France)
18,3 millions d'euros

Saclay (91)
Modernisation de l'unité de recherche et de production de produits radio-pharmaceutiques pour faire du site un centre mondial dans les produits radio-marqués utilisés pour le diagnostic et la thérapie.
2001-opérationnel selon conjoncture

Aventis (France/Allemagne)
13 millions d'euros

Ma isons-Alfort (94)
Ligne de fabrication, augmentation de la capacité de mise sous forme pharmaceutique de produits stériles injectables (seringues) et mise en conformité aux nouvelles normes réglementaires.
2003-2004

Génopôle (région Ile-de-France, département de l'Essonne et ministère de la Recherche, France)
12,3 millions d'euros

Evry (91)
Infrastructures destinées aux équipes de recherche académique et industrielle (centre de ressources biologiques...) et équipements techniques, notamment robots de séquençage ADN.
2002-2003

Soproreal (L'Oréal, France)
11 millions d'euros

Aulnay (93)
Extension du site et nouveaux équipements pour ce fabricant de gels, de coloration, de soins cosmétiques et capillaires.
Janvier à juin 2003

Plastef (France)
10 millions d'euros

Attainville (95)
Unité de 5 000 mètres carrés sur un terrain de 10 000 mètres carrés pour ce spécialiste de dispositifs médicaux (inhalateurs de poudre ou de liquide, protection de seringue...) qui complète son dispositif en Ile-de-France avec Bezons (95), Rambouillet (78) et Saint-Soupplets (77).
D'ici à 2005 (calendrier à définir)
100 emplois d'ici à 2008 (dont 30 au démarrage)

CHR Hansen (Danemark)
5 millions d'euros

Saint-Germain-les-Arpajon (91)
Plate-forme logistique et de stockage sur 4 000 mètres carrés abritant la plus grande chambre froide du monde (- 55°C, 750 mètres carrés) sur le site francilien de ce fabriquant de ferments lactiques congelés.
Janvier 2002-mars 2003

SME/SNPE Matériaux Energétiques (SNPE, France)
3 millions d'euros

Vert-le-Petit (91)
Réaménagement du bâtiment et renouvellement des équipements pour ce spécialiste de la recherche dans les matériaux énergétiques pour la Défense (poudres, explosifs) et des applications civiles (générateur pyrotechnique pour la santé, l'énergie...).
Janvier-décembre 2003


ELE CTRIQUE-ELECTRONIQUE

Ela Medical (Snia, Italie)
4,18 millions d'euros

Montrouge (92)
Augmentation de la capacité de production, de matériels médicaux (stimulateurs, défibrillateurs cardiaques) et lancement de nouveaux produits avec modernisation des process.
Janvier-décembre 2003

Mot Labs (Motorola, Etats-Unis)
4 millions d'euros

Saint-Aubin (91)
Centre de recherche de 6 200 mètres carrés sur la troisième génération de télécommunications sans fil (GPRS, UMTS), consolidant le centre actuel de Gif-sur-Yvette (91) et les activités de marketing et de vente de tous les sites parisiens : Les Ulis (91), Cachan (94) et Vélizy-Villacoublay (78).
Février 2002-juillet 2003
160 transferts


ENERGIE

CEA/Commissariat à l'énergie atomique/Région Ile-de-France/les collectivités locales/Etat (France)
275 millions d'euros
Saclay (91)
Projet Numatech : plate-forme d'innovation pluridisciplinaire pour les technologies numériques, avec un pôle européen de recherche (15 000 mètres carrés), un incubateur (1 000 mètres carrés), un accueil partagé de projets de recherche (2 000 mètres carrés). Les laboratoires des industriels installés sur le plateau seraient à terme partenaires.
Démarrage mars 2004 (calendrier reste à établir)
700 emplois

CEA (France)
152 millions d'euros

France
Assainissement et démantèlement de la totalité des locaux de recherche nucléaire du centre.
1999-2010

CEA (France)
72,4 millions d'euros

Fontenay-aux-Roses (92) et Saclay (91)
Spécialisation des centres de recherche :
1/ Plate-forme technique sur les prions à Fontenay-aux-Roses (92) avec plusieurs laboratoires, dont un labo L3 (hautement sécurisé), pour 9,7 millions d'euros.
2/ Plate-forme technique pré-clinique « Imagène » pour les thérapies gé niques et cellulaires à Fontenay-aux-Roses, pour 11,7 millions d'euros.
3/ Plate-forme de neuro-imagerie« NeuroSpin » à Saclay (91) pour comprendre le cerveau par l'image, pour 51 millions d'euros.
1/ septembre 2002/mai 2004.
2/ septembre 2003/2005.
3/ mi-2004/fin 2006.
1/ 60 emplois
2/ 100 emplois


ENVIRONNEMENT

SIAPP, conseil régional d'Ile de France et Agence de l'eau Seine-Normandie (France)
1 225 millions d'euros

Valenton (94), Noisy-le-Grand (93), Triel-sur-Seine (78), Blanc-Mesnil (93)
Programme de rénovation et de création de stations d'épuration des eaux usées franciliennes. Avec le doublement des capacités de Valenton (94), qui traitera 600 000 mètres cubes d'eau par jour dès 2005 (525 millions d'euros), de Noisy-le-Grand (93), passant à 75 000 mètres cubes dès 2007 (125 millions), et la réalisation de deux usines : Les Grésillons (170 millions) à Triel-sur-Seine (78) et La Morée (105 millions) au Blanc-Mesnil (93). Des infrastructures souterraines seront réalisées d'ici à fin 2006 (300 millions).
Opérationnel en 2008

Syctom/Syndicat mixte central de traitement des ordures ménagères de l'agglomération parisienne (France)
500 millions d'euros

Issy-les-Moulineaux (92)
Projet Isséane : centre de tri enterré de déchets de 1,1 million d'habitants (55 000 tonnes par an) et reconstruction de l'incinérateur (enterré aux deux-tiers) permettant d'abaisser de 20 % sa capacité (460 000 tonnes par an au lieu de 560 000 aujourd'hui) sur 4 hectares avec espaces verts.
Juillet 2003-décembre 2007

Région Ile-de-France/Ademe/Syctom (France)
65 millions d'euros

Neuilly-sur-Marne (93)
Centre de traitement biologique (méthanisation), d'une capacité de 100 000 tonnes par an, déchetterie, deux centres de tri de collectes sélectives multimatériaux, d'une capacité annuelle respective de 10 000 à 20 000 tonnes, et de 100 000 à 200 000 tonnes
Calendrier encore à définir

Smitom/région Ile-de-France/département de Seine-et-Marne/Ademe (France)
52,2 millions d'euros

Vaux-le-Pénil (77)
Unité de valorisation énergétique d'une capacité de retraitement de 125 000 à 135 000 tonnes d'ordures ménagères par an, et issues des 67 communes autour de Melun et Fontainebleau (77).
Mai 2000-juin 2003
125 emplois

Syctom/Syndicat mixte central de traitement des ordure ménagères de l'agglomération parisienne (France)
29,7 millions d'euros

Saint-Ouen (93) et Ivry-sur-Seine (94)
Ajout de systèmes de traitement des fumées.

Syctom/Syndicat mixte central de traitement des ordures ménagères de l'agglomération parisienne (France)
17 millions d'euros

Nanterre (92)
Centre de tri de déchets ménagers d'une capacité annuelle de 40 000 tonnes
Novembre 2002-mars 2004
Plus de 80 emplois

Cereco (France)
4,5 millions d'euros

Bobigny (93)
Centre pour le laboratoire d'analyse des eaux usées, des déchets, de la qualité de l'air, des sols pollués et denrées alimentaires au service des entreprises. Il transfère ainsi des activités du site de Saint-Denis (93) devenu trop exigu.
Février 2002-janvier 2003
30 emplois d'ici à 2005



LOISIRS

Bleecker/EPA de Sénart (France/Etats-Unis)
78 millions d'euros

Lieusaint (77) et Saint-Pierre-du-Perray (91)
Parc sur le thème de l'eau avec 45 000 mètres carrés de bâtiment et des équipements aquariologiques (bassins, décors, animaux...pour le tiers de l'investissement). 1,2 million de visiteurs sont attendus.
Mi 2004-fin 2005
200 emplois


MATERIAUX-BOIS-PAPIER

BPB Placo (Royaume-Un i)
122 millions d'euros

Vaujours (93)
Renouvellement des équipements de construction de plaques de construction, dont la plâtrière et l'activité « poudre » en cours de réalisation (23 millions d'euros, livraison en 2004), et de plaques de plâtre, avec réaménagement du site (logistique avec route à 4 voies pour les camions, etc.).
Début 2002-2006 (calendrier à confirmer)

LGR Emballage-Nortier (France)
9 millions d'euros

Saint-Ouen-l'Aumône (95)
Unité de 9 000 mètres carrés sur un terrain de 20 000 mètres carrés pour ce fabricant d'étuis de luxe en carton destinés à la parfumerie, et renouvellement du parc machines, notamment offset, (pour 4 millions). L'industriel était à l'étroit sur son site actuel, voisin de 3 kilomètres sur la même commune.
Janvier à décembre 2003
140 transferts

Sylinart (Belgique)
8 millions d'euros

Saint-Witz (95)
Entrepôt logistique de 7 000 mètres carrés sur 30 000 mètres carrés de terrain pour ce fabricant de panneaux de contreplaques mélaminés ou stratéfiés. La société implantée près d'Anvers cherche ainsi à pénétrer la marché francilien des fabricants de meubles.
Mars 2003-mars 2004
12 emplois

Lalique (Pochet, France)
4,5 millions d'euros (projet non confirmé par l'entreprise)

Combs-la-ville (77)
Centre de distribution de l'ensemble de sa production sur 5 500 mètres carrés.
2003-2004


MECANIQUE-EQUIPEMENT DE PRODUCTION

Mori Seiki (Japon)
30 millions d'euros

Roissy (95)
Centre de formation et show-room européen pour ce spécialiste de la machine-outil.
Eté 2003-mi 2004
60 emplois

Facom (Fimalac, France)
12 millions d'euros (montant non confirmé par l'entreprise)

Lieusaint (77)
Transfert d'activités de stockage et de préparation des commandes de Morangis (Essonne) dans ce centre de 27 000 mètres ca rrés achevé début 2003, en cours d'équipement et d'automatisation.
2001-fin 2003

BT Industries (BT/Toyota, Japon)
10,65 millions d'euros (dont 10 millions financés par SGI)

Bussy-Saint-Georges (77)
Transfert d'activités sur 14 000 mètres carrés, don 4 000 mètres carrés de bureaux (siège social) et 2 000 mètres carrés d'ateliers avec équipement spécifique (ponts roulants, cabines de peinture...) et locaux de stockage pour ce spécialiste de la vente, de la location et de la maintenance de chariots élévateurs trop à l'étroit dans ses anciens locaux de Courtry (77).
Janvier 2002-juin 2003.
20 emplois

Le Joint Français (Total, France)
5 millions d'euros

Bezons (95)
Renouvellement des équipements et ligne supplémentaire pour lancer d'autres produits et augmenter les capacités de production totale de 20 % de ce fabricant de mastics adhésifs (25 000 tonnes par an actuellement).
Janvier à décembre 2003
20 emplois

Epsitech (France)
4,5 millions d'euros

Taverny (95)
Regroupement des quatre unités de production franciliennes dans une unité de 6 000 mètres carrés (sur un terrain de 12 000 mètres carrés ) et comprenant un parc de 180 machines ( taillage, rectification de denture), un parc d'outils et de nouveaux moyens de contrôle et d'expertise pour ce fabricant d'engrenages sur plan (110 salariés regroupés).
Janvier à septembre 2003
10 emplois

Trilogiq (France)
2,5 millions d'euros

Saint-Ouen-l'Aumône (95)
Transfert d'activité dans une unité de 2 800 mètres carrés sur un terrain de 8 000 mètres carrés pour ce fabricant de systèmes logistiques flexibles pour ligne de montage, trop à l'étroit dans ses locaux de Ondilly (95).
Juin 2002-janvier 2003
5 emplois et 33 transferts


TELECOMMUNICATIONS

Alcatel CIT (France)
4,7 millions d'euros

Vél izy-Villaoubaly (78)
Aménagement. du siège social dans un bâtiment locatif. 2 700 salariés seront transférés, dont les équipes de R&D et ceux des services supports à la production (achat, marketing...).
Eté 2002-février 2004


TRANSPORT-DISTRIBUTION-LOGISTIQUE

Aéroports de Paris (ADP, France)
3 000 millions d'euros

Roissy (95)
- Terminal 2 E : 650 millions d'euros (1999-avril 2007).
- Réhabilitation du terminal 1 : 225 millions (2002-2008).
- Système automatique de transport : 140 millions (avril 2003-décembre 2006).
- Matériel de sécurité (scanners, caméras vidéo...) : 102 millions (2003).
- Troisième tour de contrôle : 46 millions (octobre 2002-avril 2004).
- Rénovation de la piste 1 : 45 millions (été 2003).
2003-2008

Port Autonome de Paris (France)
150 millions d'euros

Gennevilliers (92), Bonneuil-sur-Marne (94) Limay (78), Melun et Précy-sur-Marne (77), Clichy (92), Paris (75)
Développement des activités fluviales, construction de quais pour augmenter le trafic, et faire de la région l'hinterland du port du Havre (76) jusqu'à l'Est de la France, avec rénovations et équipements d'infrastructures pour des « clients » (logisticiens, coopératives, enfouissement et valorisation des déchets).
2003-2007

Prologis (Etats-Unis)
150 millions d'euros

Moissy-Cramayel (77)
Entrepôts de stockage de 200 000 mètres carrés.
Septembre 2003-début 2006

Semmaris/SEM d'aménagement et d'exploitation du MIN de Rungis (France)
140 millions d'euros

Rungis (95)
Aménagement de diverses halles (fleurs coupées, volailles...) et amélioration des infrastructures. La halle aux poissons est en cours de rénovation et de remise aux normes du froid avec extension sur 6 000 mètres carrés de quai (40 millions d'euros). Elle sera opérationnelle en décembre, comme la première tranche pour les fruits et légumes (15 millions d'euros)
2003-2008
400 emp lois

EMGP/Entrepôts et magasins généraux de Paris (France)
122 millions d'euros

Paris (75)
Extension du parc d'activité high-tech (parc du Millénaire) sur une première tranche de 60 000 mètres carrés de bâtiments.
2002-fin 2004
2 500 emplois

FL Développement/Standard Life (France-Royaume Uni)
78 millions d'euros

Bruyères-sur-Oise (95)
2ème tranche du parc Eurologistic Paris Nord-Val d'Oise, embranché fer. Un premier bâtiment de 45 000 mètres carrés est lancé fin 2003, pour une livraison fin 2004 (20 millions d'euros).
Fin 2003-2006
800 emplois

Semmaris/SEM d'aménagement et d'exploitation du MIN de Rungis (France)
41 millions d'euros

Chevillly-Larue (94)
Extension du marché international sur la zone Eurodelta avec 45 000 mètres carrés d'entrepôts sur 12 hectares (livraison faite en juin de 10 000 mètres carrés pour 10 millions d'euros).
2003-2005

Bleecker (France/Etats-Unis)
23 millions d'euros

Combs-la-Ville (77)
Plate-forme logistique de 40 000 mètres carrés, avec embranchement fer, et acceptant le stockage de produits « dangereux ».
Fin 2003-fin 2004

Schenker (Allemagne)
15 millions d'euros

Gennevilliers (92)
Entrepôt de 17 800 mètres carrés, bureaux de 2 600 mètres carrés et parkings.
Janvier à décembre 2003

Dépôts Généraux Pharma (Géhé, Allemagne)
14 millions (dont 10 millions par le promoteur immobilier Etoile
Développement)
Gonesse (95)
Siège social et locaux logistiques de 23 000 mètres carrés, sur la ZAC des Tulipes Sud pour ce distributeur et conditionneur de produits pharmaceutiques qui quitte Garonor, à Aulnay (93).
Juin 2003-juin 2004
100 transferts

Giraud Logistics (France)
13 millions d'euros (dont 12 par le promoteur Prologis)

Pierrelaye (95)
Cergy 8 : entrepôts de 19 788 mètres carrés et équipement in térieur en partie neuf pour le stockage de pièces détachées automobile pour Renault.
Septembre à mai 2003

BMW (Allemagne)
10 millions d'euros

Tigery (91)
Centre logistique de pièces de rechange et d'accessoires afin d'approvisionner le réseau de concessionnaires franciliens et de l'Ouest de la France.
Novembre 2002-novembre 2003
50 emplois

La Plate-Forme du Bâtiment Français (Saint-Gobain, France)
10 millions d'euros

Pierrelaye et Saint-Brice-sous-Forêt (95)
- 6 000 mètres carrés de bâtiment de stockage et de vente sur un terrain de 118 500 mètres carrés à Pierrelaye, pour ce négociant en matériaux de construction tous corps de métiers.
- 5 500 mètres carrés de bâtiment sur un terrain de 218 000 mètres carrés, à Saint-Brice-sous-Forêt.
juillet 2002/mars 2003 (1).
fin 2003, automne-hiver 2004 (2)
60 emplois au démarrage (sur les deux sites)

Prologis (Etats-Unis)
10 millions d'euros

Eragny (95)
Cergy 7 : entrepôt de 13 139 mètres carrés
Mai à novembre 2003

Sodis (Gallimard, France)
8 millions d'euros

Lagny-sur-Marne (77)
Refonte totale du système d'information, basée principalement sur la e.business-suite d'Oracle, pour ce spécialiste du stockage et de la distribution de livres.
Début 2003-fin 2004

Stef-TFE (France)
7 à 8 millions d'euros

Saint-Ouen-l'Aumône (95)
Plate-forme logistique réfrigérée de 6 000 mètres carrés sur la ZAC de Béthune (34 000 mètres carrés de terrain) pour ce transporteur-logisticien, spécialiste des produits frais agroalimentaires. Ce sera une seconde unité car il compte encore ouvrir une troisième tranche sur la zone, où il possède déjà une centrale de froid pour produits surgelés.
Juillet 2003-été 2004
100 emplois

Capal (France)
3,5 millions d'euros

Louvres (95)
Réaménagement de l'entrepôt existant sur 600 mètres carr és en froid négatif, agrandissement d'un bâtiment sur 9 000 mètres carrés en froid positif, et local technique (250 mètres carrés) pour ce distributeur de produits agroalimentaires.
Septembre 2002-juillet 2003

DFA/Duty Free Associates (Hachette Distribution Services, France)
2,8 millions d'euros

Compans (77)
Aménagement de 10 000 mètres carrés regroupant les activités et le personnel de ses deux entrepôts franciliens, pour stocker et livrer cosmétiques, alcool et tabac à ses 100 points de vente.
Juillet 2002-février 2003
20 emplois




Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte