Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Île-de-France : Ils recyclent au bord de la Seine

, , ,

Publié le

Sur l’axe entre Paris et Le Havre, le port de Limay-Porcheville, dans les Yvelines, s’est progressivement spécialisé dans les éco-activités.

(Magdeleine Bonnamour)

Premier port fluvio-maritime d’Île-de-France avec un trafic de 1 120 000 tonnes en 2014, la plate-forme de Limay-Porcheville (Yvelines) s’est diversifiée ces dix dernières années pour devenir un pôle important des éco-industries sur la Seine, entre Paris et Le Havre. Sarp Industries (Sarpi) a joué les pionniers en y construisant son centre de traitement des déchets spéciaux il y a déjà quarante ans. Un choix d’implantation pourtant involontaire. "Les autorités locales ont déterminé la localisation de l’usine à la place de l’entreprise avec pour impératif de placer l’établissement en aval de la dernière station de traitement d’eau de la Seine", explique Éric Périsse, le directeur du pôle Île-de-France, Normandie et Grand Ouest de cette filiale de Veolia. Sarpi est resté et son centre de Limay prend aujourd’hui en charge 270 000 tonnes de déchets. Avec ses 250 salariés, l’établissement contribue pour 25 % au total des 1 000 emplois directs revendiqué par Port autonome de Paris (PAP), le gestionnaire du site.

Ces autres écosystèmes

Villejuif (Val-de-Marne) Dans le proche voisinage de l’Institut Gustave Roussy, le Cancer Campus deviendra à court terme le principal parc de recherche et d’innovation spécialement dédié à la cancérologie.

Bruyères-le-Châtel (Essonne) À proximité du Très grand centre de calcul du CEA, le campus Teratec accueille grandes entreprises et start-up spécialisées dans la simulation et le calcul haute performance.

Plaine Commune (Seine-Saint-Denis) Au nord de Paris, les sept villes de la communauté d’agglomération représentent la première concentration européenne de data centers avec une quinzaine d’établissements.

Satory (Yvelines) Sur les terrains libérés par l’armée, déjà occupés par plusieurs industriels, est en train de se constituer un pôle de R & D dédié aux nouvelles mobilités. Il accueillera notamment l’institut VéDécom du pôle de compétitivité Mov’eo.

Orly-Rungis (Val-de-Marne) Après plus de quarante ans d’existence et de constantes rénovations, le parc Icade Paris-Orly-Rungis (18 000 salariés, 221 entreprises) connaît une nouvelle jeunesse avec l’arrivée du tramway T 7.

C’est donc assez logiquement que, trois décennies plus tard (en 2007), Sarpi a choisi Limay-Porcheville pour y créer une unité de transformation des huiles alimentaires usagées en biodiesel. Le carburant produit est livré aux clients par la voie fluviale qui n’est que l’un des trois modes de desserte de la plate-forme. Celle-ci est également connectée au réseau ferroviaire et facilement accessible par l’autoroute A 13. "L’existence d’une desserte trimodale a pesé dans notre décision d’implantation, reconnaît Éric Labigne de France Plastiques Recyclage (FPR), une entreprise spécialisée dans la valorisation des bouteilles en plastique usagées. Nous étions en particulier fortement intéressés par la desserte fluviale car Paprec et Sita, nos deux actionnaires, possèdent leurs propres péniches." FPR, qui a démarré son activité en 2007 et emploie une centaine de salariés, reçoit chaque année 40 000 tonnes de bouteille PET venant par la route. Mais c’est par barge que repartent les 30 000 tonnes de granulés issus du processus de valorisation.

Une extension du port est à l’étude

"Nous avons choisi Limay-Porcheville, car c’est une zone industrielle portée vers l’éco-industrie, explique pour sa part Franck Berrebi, le patron de Recyc-Matelas. Nous y avons vu la possibilité de valoriser une partie de nos métaux sur place. C’était important, parce que plus vous faites parcourir de distance aux matières obtenues après démantèlement du matelas, moins vous vous y retrouvez économiquement. En outre, le bassin d’emploi compte une main-d’œuvre peu qualifiée qui se prête à nos activités." Créée en 2010, l’usine, qui emploie 24 salariés, traite 4 000 tonnes par an pour une capacité de 9 000 tonnes (environ 500 000 matelas). « Cela ne fait que monter en charge. D’ailleurs, nous allons renouveler les équipements pour rendre plus efficace le process industriel de façon à améliorer les conditions de travail des salariés ainsi que la productivité », précise Franck Berrebi. Recyc-Matelas travaille avec deux de ses voisins : Epalia, un spécialiste de la gestion des palettes, et GDE, une entreprise de recyclage de métaux ferreux et non ferreux.

"Nous broyons des véhicules hors d’usage, de la ferraille issue de la construction ou de la ferraille ménagère en provenance des déchetteries", explique Julien Rapp, le responsable d’exploitation de GDE. Trois quarts de la production de l’établissement (45 salariés) repartent vers des fondeurs majoritairement par barge. Le port accueille également Ferinox, une autre entreprise spécialisée dans le recyclage des métaux ainsi qu’un centre de R & D de Veolia Recherche & Innovation. À long terme, la desserte du port bénéficiera du futur canal Seine-Nord, qui rejoint la Seine en passant par l’Oise. Une extension de la zone est également prévue. « Le site de 110 hectares est quasi saturé, assure Mariusz Wiecek, le directeur de l’agence Seine Aval. Nous envisageons une expansion d’une cinquantaine d’hectares, notamment pour donner la possibilité aux entreprises déjà implantées de se développer. Quelques-unes sont déjà demandeuses pour une dizaine d’hectares. » France Plastiques Recyclage, par exemple, n’exclut pas de s’agrandir. "Nous sommes certes un peu à l’étroit, reconnaît Éric Labigne. Mais avant de s’étendre il faut améliorer le modèle économique qui n’est pas encore totalement rentable."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle