IL TRAVAILLE ENFIN POUR LUILa société que Henri Chibret a fondée lui permet de sortir de l'ombre des grands de l'ophtalmologie auxquels il a apporté durant vingt-cinq ans ses innovations.

Partager



IL TRAVAILLE ENFIN POUR LUI

La société que Henri Chibret a fondée lui permet de sortir de l'ombre des grands de l'ophtalmologie auxquels il a apporté durant vingt-cinq ans ses innovations.



Fini la cession de valeur ajoutée, la coupure avec le monde médical et la discrétion obligée! Pendant plus d'un quart de siècle, Henri Chibret, 54ans, qui dirige depuis sa création en 1977 le groupe Transphyto (140millions de francs de chiffre d'affaires), a travaillé dans l'ombre pour les plus grands mondiaux de l'ophtalmologie, Ciba Vision, Allergan, Merck & Co, Cusi, entre autres. Il leur a apporté, pour qu'ils les exploitent sous licence, les innovations de sa performante équipe de 50scientifiques. En connaissant toutes les contreparties de cette dépendance -dont il aimerait faire un livre-, lorsque les brevets tombaient dans le domaine public ou lorsqu'un patron de recherche manifestait ses préventions à l'égard d'un produit "not invented here". Epoque révolue: la société Théa, qu'il a constituée au début de l'an dernier et qu'il contrôle entièrement, a réalisé pour sa première année d'existence, avec ses 14visiteurs médicaux, 48millions de francs de chiffre d'affaires. En conquérant quelque 5% du marché français. Ces débuts prometteurs, assure-t-il, devraient s'amplifier après l'arrivée, "dans les deux ans", d'une dizaine de produits ophtalmiques pour lesquels ce pharmacien de formation et fils du fondateur des laboratoires Chibret (cédés en 1970 au groupe américain Merck & Co) termine avec le ministère de la Santé les négociations d'AMM (autorisation de mise sur le marché) et de prix. Et, dans le même temps, Théa devrait étendre, via des sociétés communes, son réseau commercial à d'autres pays européens. L'Allemagne au premier chef. Adepte des structures légères, Henri Chibret continuera systématiquement de faire sous-traiter la fabrication de ces produits comme, déjà, il fait réaliser par des sociétés spécialisées ses études de pharmacologie, de toxicologie, ou ses dossiers analytiques. Ses scientifiques, dit-il, sont "des chercheurs d'idées de molécules ouverts à toutes les propositions, même parfois farfelues en apparence ou trop risquées". Mais, par principe, il testera sur lui, comme il l'a toujours fait, ses nouvelles molécules avant leur commercialisation.

USINE NOUVELLE N°2506

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS