Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Il s’agit moins d’une bataille de prises que d’une question de sécurité", selon Claude Ricaud

Manuel Moragues ,

Publié le

Claude Ricaud, directeur de l’innovation de l’activité basse tension de Schneider, revient sur la volonté de la Commission européenne de faire de la prise allemande le standard des bornes de recharge. Claude Ricaud est aussi président de l’EV Plug Alliance, un regroupement de 19 industriels européens mobilisés pour défendre leur prise, dite de type 3, face à la prise de type 2 proposée par le fabricant allemand Mennekes. Pour lui, l’harmonisation européenne ne pourra se faire au détriment de la sécurité.

Il s’agit moins d’une bataille de prises que d’une question de sécurité, selon Claude Ricaud © Frank Ossenbrink

L'Usine Nouvelle - La Commission européenne a tranché la semaine dernière. Ce sera la prise de type 2 et non de type 3 qui équipera les bornes de recharge. La France a perdu face à l’Allemagne ?

Claude Ricaud - Le sujet n’est pas clos : il s’agit seulement d’un projet de directive, qui sera discuté et amendé par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne avant son adoption progressive par les pays membres sur une période de 12 à 18 mois. Mais je suis surpris. La Commission a recommandé une solution technique pour la prise alors que les résultats de l’étude d’impact qu’elle a lancée sur le sujet ne sont pas encore publiés. Il me semble un peu précipité de trancher aujourd’hui.

Cela fait pourtant trois ans que ces deux types de prise s’affrontent…

Il s’agit moins d’une bataille de prises que d’une question de sécurité. La prise de type 3 intègre des obturateurs isolants qui empêchent tout contact direct avec les parties métalliques sous tension. Pour la prise de type 2, il n’y a pas d’obturateurs. La sécurité est à la charge d’un dispositif électronique. Or on parle ici d’installations appelées à durer en moyenne 25 ans, bien au-delà de la durée de vie moyenne d’un dispositif électronique ! Le système mécanique du type 3 est plus simple et a prouvé sa robustesse sur des durées extrêmement longues dans des milliards de prises installées.

La France paraît bien isolée. Selon la Commission, c’est le seul pays européen à ne pas avoir adopté le type 2. Comment l’expliquez-vous ?

C’est une question d’interprétation. Des prises de type 2 ont certes été installées dans tous les pays sauf la France, mais il s’agit dans la plupart des cas d’expérimentations à petite échelle. Si l’on regarde le nombre total de prises installées en Europe, c’est au contraire le type 3 qui est majoritaire ! Et du point de vue réglementaire, ce sont 12 pays représentant plus de la moitié de la population européenne qui imposent des obturateurs aux prises. En général dans les bâtiments, comme en France, mais parfois aussi sur la voie publique, comme en Italie, où l’expérimentation des prises de type 2 a nécessité une dérogation.

La prise de type 2 ne pourrait donc être la prise unique de l’Europe ?

Si on veut une prise unique, il faut qu’elle intègre des obturateurs. Ce peut être le type 3 ou une évolution du type 2 intégrant ces obturateurs. Il va falloir aller de l’avant et trouver des solutions techniques. Nous allons nous battre pour que la directive évolue. En l’état, ce texte ne nous paraît pas applicable.

L’incertitude sur l’avenir de la prise de type 3 ne risque-t-il pas de freiner le déploiement des bornes de recharge en France ?

C’est bien là le risque. Il faut éviter que l’essor du véhicule électrique pâtisse de cette position de la Commission. Il s’agit pour cela d’être clair : le projet de directive ne prévoit en aucun cas de rétroactivité. Personne ne sera obligé de remplacer sa borne ou sa box ni d’en changer la prise. Au pire, si les futures bornes n’ont pas de prise de type 3, les possesseurs de véhicule électrique devront acheter un second cordon pour s’y brancher… On peut continuer le déploiement des bornes de recharge en France. Le pays est en avance de ce point de vue, comme du côté des constructeurs automobiles. Ce serait vraiment regrettable de perdre cette avance.

Propos recueillis par Manuel Moragues

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

02/02/2013 - 09h51 -

Tout cela est bien Français. Et c'est reparti de plus belle, la bataille continue ! Au lieu de se mettre en ordre de marche pour faire avancer les choses...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle