"Il reste encore énormément à faire sur la formation professionnelle !" selon l’économiste Gilbert Cette

Gilbert Cette, professeur d’économie à l’université d’Aix-Marseille, a écrit il y a quelques mois un rapport sur la formation professionnelle pour l’Institut de l’entreprise. S’il salue le premier pas que représente l’accord du 14 décembre, il regrette qu’il ne prévoie pas les réformes à venir.

Partager

L'Usine Nouvelle - L’accord auquel sont parvenus les partenaires sociaux représente-t-il une réforme "en profondeur" de la formation professionnelle, comme le souhaitait le ministre du Travail ?

Gilbert Cette - L’accord va dans la bonne direction, mais il reste encore énormément à faire ! Il n’était pas possible, en trois mois de négociations, d’aboutir à une refondation complète de la formation professionnelle, comme il était souhaitable. Cet accord représente un premier pas, important, mais je regrette qu’il ne prévoie pas d’autres négociations, sur la durée, afin de poursuivre le processus de réforme. Il aurait fallu aller plus loin, poser les jalons d’un droit à l’employabilité.

Les droits à la formation pourraient être définis en fonction de la distance à l’emploi. Les 150 heures de formation prévues pour le compte personnel de formation peuvent suffire à certaines personnes, mais être totalement insuffisantes pour d’autres. Elles représentent un mois de formation tous les six ans, ce n’est pas énorme. On aurait pu poser les jalons d’une évolution future du CPF, en fonction des publics et de leurs besoins.

"L’accord va dans la bonne direction", dites-vous. Par exemple ? Quels sont les progrès significatifs ?

Créer un compte personnel transférable est une très bonne chose, tout comme les mesures qui faciliteront la formation des demandeurs d’emploi ou dans les petites entreprises. Tout le début de l’accord, le chapitre I sur le développement des compétences, est important.

L’entretien professionnel tous les deux ans, par exemple, où devra être abordée la formation, aura une réelle portée. D’autant que tous les six ans, il débouchera sur un accord écrit. Cela ne profitera pas aux salariés mobiles, mais c’est un pas vers une meilleure prise en compte de la formation dans une optique ascendante, de montée des qualifications. Dans le fond, l’accord repose sur une implication réciproque plus forte des entreprises et des salariés, quelle que soit la taille de l’entreprise. C’est très important !

L’accord va-t-il aboutir, comme souhaité, à plus de transparence et de simplicité de la formation professionnelle ?

On n’a pas réglé le problème de la contribution de la formation professionnelle au financement des organisations patronales et de salariés. Le ministre du Travail a annoncé la supression du preciput (NDLR : 1,5% de l’argent de la formation que les partenaires sociaux pouvaient prélever pour leurs besoins propres).

Reste deux soucis : les frais de gestion des OPCA, très élevés, et qui permettent aux partenaires sociaux de rémunérer des permanents, et la qualité des prestataires de formation, que l’accord n’aborde pas du tout. Il aurait été utile de continuer une réflexion systématique, pour assainir complètement le système. Un progrès tout de même : en fléchant l’origine et la destination des ressources des OPCA, on rend plus difficiles leurs usages inappropriés. Enfin, côté simplification, il est évident que le CPF sera très simple d’utilisation pour le salarié, même si la mécanique, derrière, restera complexe.

Pensez-vous, comme le dit la CGPME, que les salariés des petites entreprises sont les sacrifiés de la réforme qui se dessine ?

Certains éléments de l’accord, sur la mutualisation, donnent un peu plus qu’aujourd’hui aux petites entreprises… La bonne question, c’est de savoir s’il est logique de conserver deux OPCA interprofessionnels, Agefos-PME et Opcalia, l’un dans le giron de la CGPME, l’autre dans celui du Medef. Il y a une réelle déperdition de moyens dans cette juxtaposition !

Propos recueillis par Cécile Maillard

1 Commentaire

"Il reste encore énormément à faire sur la formation professionnelle !" selon l’économiste Gilbert Cette

condorcet
17/12/2013 12h:09

"l'entretien professionnel est une bonne chose" !!

Mais chère madame il était déjà prévu dans la Loi de mai 2004 et n'a quasiment pas été mis en oeuvre dans les entreprises (on a déjà l'entretien annuel d'évaluation, ça nous suffit).

On ne peut pas faire semblant de croire que les entreprises attendent impatiemment la réforme pour faire leur travail de développement des compétences.

Seules 10 % environ des entreprises développent les compétences de leurs salariés, c'est une étude conjointe de l'INSEE, DARES et CAS qui l'affirmait en 2010.
Avec la crise ce n'est pas prêt de changer et il faut être soi naïf soit aveugle pour ne pas comprendre que la formation ira de plus en plus mal, réforme ou pas.

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS