"Il pourrait y avoir d'autres enquêtes" sur le Dieselgate, selon Ségolène Royal

Renault est visé par une enquête judiciaire en raison de taux d'émissions polluantes trop élevés sur certains de ses véhicules. La ministre de l'Envrionnement, Ségolène Royal, déclare, une interview donnée au Journal du dimanche, que d'autres enquêtes pourraient toucher d'autres constructeurs automobiles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Après Renault d’autres constructeurs automobiles pourraient être dans le viseur de la justice ? C’est ce que laisse entendre Ségolène Royal dans une interview accordée au Journal du dimanche en déclarant qu’il "pourrait y avoir d’autres enquêtes" sur des tests d’émissions polluantes trop élevées.

Renault est visé par une enquête judiciaire, a-t-on appris vendredi 13 janvier. Trois juges d'instruction sont chargés, selon l’agence Reuters, d'enquêter sur une éventuelle "tromperie sur les qualités substantielles et les contrôles effectués, avec cette circonstance que les faits ont eu pour conséquence de rendre les marchandises dangereuses pour la santé de l'homme ou de l'animal". Cette enquête fait suite à celle menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), ayant conclu à des anomalies et des "manquements présumés".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Lors de cette enquête de la DGCCRF, "un certain nombre d’anomalies avait été relevés sur des véhicules Renault. Les contrôles effectués dépassaient vraiment de beaucoup les normes autorisées", explique Ségolène Royal au JDD.

Toutefois, les dirigeants de Renault ont toujours fait preuve de transparence et de disponibilité durant l’enquête de la DGCCRF, précise la ministre de l’environnement au JDD. "Je n’ai aucune raison de penser que Renault a triché comme Volkswagen", a-t-elle ajouté."C’est à l’enquête de déterminer si Renault a utilisé un logiciel truqueur comme l’a fait Volkswagen. La justice dira s’ils ont juste utilisé les failles du système", conclu la ministre.

Léna Corot Journaliste à L'Usine Digitale

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS