" Il nous fallait trouver de nouveaux moyens de financement "

Publié le

Entretien Phenix Systems annonce son introduction en Bourse sur NYSE Alternex Paris. Cette société est la seule entreprise française à fournir des machines de frittage laser. Entretien avec son PDG, François Reymondet.

Il nous fallait trouver de nouveaux moyens de financement

L'Usine Nouvelle.- Quels sont les objectifs de cette opération boursière ?
François Raymondet.- Nous avons consacré la période 2000-2005 au développement de notre procédé original de fabrication rapide de pièces unitaires ou de séries et à la mise au point des machines dédiées. Rappelons que les pièces sont réalisées par frittage laser d’une poudre métallique ou céramique du commerce. Un processus assuré sans outillage, à partir d’un fichier numérique 3D de la pièce. Depuis deux ans, ce procédé suscite un intérêt de plus en plus grand et nos équipements sont devenus de véritables machines-outils.

Qui utilise vos machines ?
De nombreux donneurs d’ordres prestigieux utilisent nos systèmes clés en main. Nos 66 machines installées prouvent leurs atouts dans des applications aussi différentes que la fabrication des prothèses dentaires, celle de pneumatiques, l’énergie, l’aérospatial ou les produits de luxe. Réduction des délais de mise au point et de fabrication, gains de productivité, économies d’énergie, de matières et de coûts, qualité et flexibilité améliorées… les avantages sont importants. Pour accompagner l’évolution favorable du marché, il nous fallait cependant trouver de nouveaux moyens de financement. Ce qui explique notre entrée en Bourse.  

Comment compter-vous utiliser cet argent frais ?
Notre entreprise a connu depuis sa création en 2000 une croissance ininterrompue. Le chiffre d’affaires 2010 (5,8 millions d’euros, dont 38% à l’export) affiche une croissance de 36% par rapport à 2009, la marge d’exploitation progresse de 12,5%. La rentabilité nette est de 10%. Aujourd’hui, c’est une nouvelle étape qui s’ouvre. Nous allons tout d’abord, élargir notre offre grâce à de nouveaux investissements dans la R & D, une activité dans laquelle nous avons investi 5 millions d’euros ces dix dernières années. La présence aux Etats-Unis, où nous comptons une filiale depuis janvier 2011, sera renforcée. Nous allons ouvrir d’ici 2012 une filiale technico-commerciale en Asie. Nous sommes présents dans une quinzaine de pays et notre objectif c’est d’être le plus près possible des utilisateurs de nos machines.

Comment se matérialiseront ces efforts ?

La nouvelle machine de milieu de gamme PXM lancée début 2011, sera suivie à la rentrée prochaine par un nouvel équipement. Destiné à la fabrication rapide des prothèses dentaires amovibles, cet équipement couvrira 85% des applications de la production de prothèses dentaires. Il constituera une alternative intéressante aux processus classiques de fabrication, très compliqués, par micro fonderie. Notre logiciel de FAO (fabrication assistée par ordinateur) dédié aux applications dentaires s’enrichit lui aussi d’une nouvelle version. Et nous développons déjà les futures machines dont les premiers prototypes seront dévoilés en 2013. Phenix Systems participe également aux projets de la plateforme technologique " multimatériaux " du pôle de compétitivité ViaMéca.  

Quelle est la fourchette de prix indicative de vos actions ?
Les actions seront proposées entre 16,02 et 18,11 euros et l’offre sera clôturée le 7 juillet.



 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte