Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

"Il ne faut pas que la COP22 de Marrakech devienne une COP de transition" selon Nizar Baraka

, , ,

Publié le

Pendant les deux jours des 18 et 19 juillet, Tanger accueille la MedCop Climat. Un évènement qui rassemble plus de 2000 délégués venus du Maroc et d'une vingtaine de pays méditerranéens. Membre du comité de pilotage de la COP22, Nizar Baraka revient pour L'Usine Nouvelle sur les enjeux du sommet de Marrakech.

Il ne faut pas que la COP22 de Marrakech devienne une COP de transition selon Nizar Baraka
Nizar Baraka, président du comité scientifique de la COP22
© World Economic Forum

Nizar Baraka est président au Maroc du Conseil économique, social et environnemental (CESE). Il est aussi membre du comité de pilotage de la COP22, comme président du comité scientifique. Interrogé par L'Usine Nouvelle à Tanger en marge de la conférence pour le climat Medcop22, les 18 et 19 juillet, Nizar Baraka explique la mobilisation et la confiance du Maroc pour réussir à transformer en novembre les décisions de la COP21 française en une COP22 marocaine d'action.

L'Usine Nouvelle : plusieurs personnalités prévues ne se sont pas déplacées pour cette Medcop de Tanger. Est-ce une déception ?
Nizar Baraka : Après les événements de Nice, nous traversons une phase de tristesse qui reste malgré tout une phase de mobilisation. Le fait que cette manifestation ait pu se tenir, qu'elle enregistre une forte mobilisation des acteurs non étatiques qui constituent l'ossature de base de la Medcop, est déjà une réussite en soi. Il nous reste à sortir à l'issue de cette rencontre avec une feuille de route et un plan d'action. Il y a eu déjà à Marseille, 29 propositions qui ont été retenues sur un certain nombre. Il s'agit maintenant de les mettre en œuvre et de les exécuter.

Y aura-t-il du concret sur lequel va déboucher cette Medcop ?
Je l'espère. Les membres du comité de pilotage de la COP22 auxquels j'appartiens veillons à ce que nous puissions sortir avec des résultats concrets. A ma connaissance, je peux déjà vous dire qu'il y a un certain nombre de projets qui sont prévus. Et, nous allons pouvoir les valoriser pour les présenter à Marrakech.

Justement, à un peu plus de 100 jours de la COP22, comment voyez-vous l'action du Maroc ?
Ecoutez, franchement, nous sommes en pleine mobilisation. On peut dire que nous sommes dans une logique d'appropriation de cette COP22 aussi bien par la société civile, le patronat, les syndicats que bien sûr par le gouvernement. La mobilisation commence d'abord par la négociation. Nous tenons à ce que la COP de Marrakech ne devienne pas une COP de transition. Elle doit aboutir à des résultats concrets!

Etes-vous confiants sur cela?

Nous faisons de notre mieux pour y arriver. Nous avons certains sujets sur lesquels nous parvenons à avancer assez bien notamment ceux relatifs à la problématique du genre. Nous prenons le sujet à bras le corps et nous espérons voir Marrakech sortir avec un "statement général" en la matière. Il y a aussi d'autres sujets sur lesquels nous travaillons. Je peux vous énumérer la finance, le climat, la mobilisation, la problématique de l'adaptation...

Quelle est la priorité des priorités pour le Maroc ?
Sans doute la confiance. Celle issue de l'accord de Paris et qu'il faut conforter. Elle doit nous aider à prendre des initiatives concrètes à Marrakech. Nous faisons tout ce qu'il faut pour y aboutir car il faut des avancées certaines sur l'implémentation des accords de Paris.

L'Accord de Paris sera-t-il ratifié avant la tenue de la conférence de Marrakech?
Dans tous les cas, la ratificaiotn, si elle ne se fait pas en novembre à Marrakech, le sera sous présidence marocaine.

Faut-il un agenda 21 c’est-à-dire une politique environnementale intégrée au Maroc ?
Nous veillons au niveau du comité de pilotage à mettre plus de cohérence dans les nombreuses  thématiques soulevées et à ce qu'il puisse y avoir une logique globale partagée entre les différents acteurs.

Propos recueillis à Tanger par Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle