"Il ne faudra pas se louper sur le modèle de la première mine qui ouvrira en France"

Combattue par les défenseurs de l’environnement en Bretagne, accusée de vouloir rouvrir une mine contenant de l’amiante en Ariège, délaissée par les investisseurs découragés par la chute des cours des métaux, Variscan se débat pour continuer à explorer le sous-sol français.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La junior française d’exploration minière Variscan, filiale de la minière australienne éponyme, rencontre bien des déboires dans sa tentative de participer au renouveau minier. En Bretagne, la minière affronte une opposition farouche, "y compris à la réalisation d’études d’impact environnemental", s’insurge Michel Bonnemaison, co-fondateur avec Jack Testard et directeur général de Variscan Mines France.

Variscan dément toute présence d'amiante à Salau
Variscan, qui a fait la demande d’un permis de recherche qui lui permettrait d’explorer l’ancienne mine de tungstène de Salau en Ariège en vue de sa potentielle réouverture, ne croit pas à la présence d’amiante dans la roche, mais soupçonne les infrastructures de l’ancienne mine.

"Comme toute polémique sur l'amiante, il faut prendre celle qui a émergé sur le gisement de Salau au sérieux; et c'est ce que nous avons fait", affirme Michel Bonnemaison.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Si amiante il y a, "ce pourrait être dans les infrastructures de l’ancienne mine. Les conduites de l’époque étaient toutes en Everite [un fibro-ciment amianté, ndlr], et je soupçonne qu’ils aient pu floquer pour éviter les incendies." Sans compter les disques de freinage et d’embrayage des engins, qui contenaient eux aussi de l’amiante.

Mais géologiquement, Michel Bonnemaison est "certain qu’il n’y a pas d’amiante" à Salau. Variscan a fait réaliser deux études géologiques indépendantes, qui confirment qu’il n’y a pas une trace d’amiante dans les rejets.

Selon lui, beaucoup des anciens mineurs ayant travaillé à Salau avaient travaillé précédemment dans des mines de roches ultrabasiques, qui en contiennent beaucoup. Ce qui pourrait contribuer à expliquer les quelques cas de maladies déclarées par ces mineurs en fin de carrière.

Croire à la mine vertueuse

La relance d’une activité minière en France pourrait se faire, selon Michel Bonnemaison, dans des conditions très différentes de celles observées dans le passé. La technologie a évolué, la connaissance des matériaux aussi. Variscan met en avant plusieurs arguments.

Sur le plan environnemental, la mine de Salau serait exploitée à partir du fond de la vallée pour économiser le coût énergétique de remontée du minerai au sommet (où se trouvent les entrées de puit actuelles). A l’intérieur, le backfilling permettrait de maintenir les rejets dans les puits plutôt que de les déposer dans l’environnement. Au stade de la transformation, de nouveaux procédés hydrométallurgiques permettent de traiter le minerai à l’acide nitrique en circuit fermé. Donc sans aucun effluent.

Sur le plan social, "on peut donner un regain vital à cette vallée qui crève doucement", ajoute Michel Bonnemaison, soulignant sa volonté de produire, a minima, un produit de première transformation (l’oxyde de tungstène), ce qui aura pour effet de créer des emplois.

D’ailleurs, "il ne faudra pas se louper sur le modèle de la première mine qui ouvrira en France", relève le DG de Variscan, conscient du défaut d’acceptabilité de la mine sur le sol français. Il semble que les Français préfèrent dépendre de pays dans lesquels les normes environnementales sont moins contraignantes.

Myrtille Delamarche

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS