« Il n’y a pas de Yalta entre Renault et Nissan »

Pierre Loing, directeur de la stratégie produit et véhicules électriques de Nissan, revient pour L’Usine Nouvelle TV sur les commandes de son modèle électrique : la Leaf

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

« Il n’y a pas de Yalta entre Renault et Nissan »

Suivez toute l'actualité du Mondial en cliquant sur ce lien

« Nous avons ouvert les commandes de la Leaf aux Etats-Unis, au Japon et dans cinq pays d’Europe, explique-t-il. Mais aux Etats-Unis, face aux 20 000 pré-commandes déjà enregistrées, nous avons dû les stopper. La demande est trop importante pour l’instant »
.


Pierre Loing (Nissan) interviewé par L'Usine Nouvelle TV
envoyé par usinenouvelle.


En Europe, le groupe devrait commercialiser le véhicule « pour un prix proche de 30 000 euros après incitations fiscales ». Un prix comprenant la propriété du véhicule et des batteries, en ligne avec ses deux concurrents référents : la Prius de Toyota et la Volt de Chevrolet. « Sur ce point, notre stratégie diffère de celle de Renault, qui va louer les batteries », précise-t-il. Plus globalement, sur la coopération au sein de l’Alliance, il assure qu’il n’y a pas eu de Yalta entre les deux constructeurs en terme de partage de marchés. « Nous travaillons en commun sur les éléments qui ne se voient pas, souligne-t-il. Mais sur ce qui est du design et de l’apparence du véhicule, nous avons chacun notre savoir-faire ». Quant au marché chinois, sur lequel Renault est absent, « Nissan est prêt à lui donner accès au savoir-faire local et aux contacts utiles sur place ».


Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS