Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

"Il faut un sursaut des industriels français", annonce Richard Girardot, patron du syndicat de l'agroalimentaire

,

Publié le

Entretien Pour Richard Girardot, le président de l’Ania – l’Association nationale des industries agroalimentaires –, l’esprit d’équipe fait défaut aux entreprises pour s’imposer à l’export.

Il faut un sursaut des industriels français, annonce Richard Girardot, patron du syndicat de l'agroalimentaire
"Pour répondre à la demande de transparence du consommateur, nous allons lancer Nuvalim, une base de données universelle remplie par les fabricants et contrôlée par les pouvoirs publics" Richard Girardot, président de l'Ania.

L'Usine Nouvelle - La loi Alimentation a été votée le 2 octobre. Quel bilan tirez-vous de ce texte ?

Richard Girardot - Les états généraux de l’alimentation ont représenté une opportunité pour tous les acteurs. C’est la première fois qu’industriels, producteurs, distributeurs et même consommateurs se retrouvaient autour d’une même table. Toutes les parties prenantes ont mis beaucoup de ressources et d’énergie à disposition. Reste maintenant à savoir si l’on arrivera à se saisir collectivement de cet outil pour faire évoluer l’agroalimentaire français. Le résultat dépendra de l’application du texte. Cette loi était indispensable, mais tant que les ordonnances n’ont pas été adoptées, il est trop tôt pour faire un bilan. Pour résumer, aujourd’hui, tous les acteurs de l’agroalimentaire sont sur un plongeoir et attendent pour se jeter à l’eau. Malheureusement, nous sentons des hésitations de toutes parts. Il faut pourtant un changement d’état d’esprit.

Quelles sont les hésitations des industriels ?

À l’Ania, nous disposons d’un observatoire des négociations commerciales qui nous donne des indications sur les questions et les craintes de nos membres. Les premiers signaux indiquent que le climat de confiance est fragile. La loi ne sera probablement pas promulguée avant le début des prochaines négociations commerciales, en novembre. On aurait pu espérer que l’esprit collectif, qui a animé les états généraux de l’alimentation, prévale lors cette prochaine étape. Pourtant, la question qui préoccupe les industriels est de savoir comment les distributeurs vont réussir à contourner la loi.

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle