Il faut agir vite face au risque de récession, dit Lagarde (FMI)

JACKSON HOLE, Wyoming (Reuters) - La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a mis en garde samedi contre le risque de voir l'économie mondiale plonger dans la récession et a plaidé pour une action politique rapide et coordonnée, notamment en vue d'une restructuration des banques européennes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Il faut agir vite face au risque de récession, dit Lagarde (FMI)

"Les événements de cet été ont montré que nous étions dans une nouvelle phase dangereuse", a-t-elle dit lors des rencontres annuelles de la Fed à Jackson Hole, dans le Wyoming.

"Les enjeux sont clairs: nous risquons de voir compromise une reprise encore fragile. Il faut donc agir sans attendre."

Les économies avancées doivent mettre au point des plans à long terme pour contrôler leur dette publique, tout en faisant en sorte que les mesures d'économies nécessaires ne mettent pas en péril la reprise, a-t-elle ajouté.

"La politique macroéconomique doit soutenir la croissance", a souligné l'ancienne ministre française des Finances dans son premier grand discours depuis sa prise de fonction à la tête du FMI en juillet.

"La politique monétaire doit aussi rester extrêmement souple parce que le risque d'une récession est plus élevé que celui de l'inflation."

Elle a souligné la nécessité de restructurer les banques européennes. Pour elle, le moyen le plus efficace serait d'opérer une recapitalisation "substantielle", si possible par des canaux privés ou alors par l'intermédiaire d'une forme de financement public européen.

Elle a exhorté les pays européens à mettre en place des programmes de réduction "crédibles" de leurs déficits publics, en s'appuyant notamment sur la Banque centrale européenne.

A propos de la situation aux Etats-Unis, elle a rappelé que la nécessité d'assurer sur le long terme la consolidation budgétaire ne devait pas faire oublier l'importance du soutien à la croissance à court terme.

"Qui peut croire que les engagements à réduire les dépenses pourraient survivre à une longue stagnation, avec un chômage toujours élevé et face à la grogne sociale ?"

Mark Felsenthal et Ann Saphir; Guy Kerivel pour le service français

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS