Il est l’or ...

Partager

A 1047 dollar l’once, l’or multiplie les records. Dans la foulée, les bourses européennes ont vécu embellies en fin de semaine. Ce dynamisme s’explique en partie par le secteur minier et la décision de BCE et de la FED de ne pas modifier ses taux directeurs.

Sur les minières, jeudi toutes finissaient à la hausse de 4% en moyenne, Anglo American Antofagasta, BHP Billiton, Rio Tinto, et Xstrata entre autres. Sans compter les bénéfices surprises d’Alcoa annoncés dans la nuit de mercredi à jeudi. Vendredi matin, les bourses asiatiques finissaient elles aussi en hausses, dopées par les minières.

Deux raisons peuvent expliquer cette flambée de l’or, et la hausse des autres métaux dans la foulée. La première est liée à cette faiblesse des taux directeurs des Banques centrales. L’abondance de liquidité couplée aux déficits record des Etats-Unis laisse augurer de risques majeurs pour l’économie américaine. Laisser filer le dollar pour dynamiser les exportations et contrer l’inflation est une solution court terme, mais largement préjudiciable à l’euro qui assume une partie de l’ajustement monétaire.

La seconde, plus discrète mais cohérent avec la dépréciation du dollar, est la décision prise (selon The Independent) par les pays du Golfe, la Chine, la Russie, le Japon et la France, de ne plus utiliser le dollar pour payer le pétrole, mais un panier incluant le yuan, le yen, l’euro, la future monnaie du Golfe…et l’or. Les Etats ont dénié l’un après l’autre cette information, mais sans effet sur le marché.

L’abandon du dollar comme monnaie de référence est un serpent de mer, mais dont l’apparition pourrait être avérée. Concernant l’or, si certains prédisent une once à 1500 dollars, la Deutsche Bank spécule pour sa part sur une once à 1200 dollars en 2011. Sa variation comme toujours est liée à la fois aux craintes sur les marchés spéculatifs et sur les risques de déflation.

Dans cette euphorie, les valeurs cycliques retrouvent un bon teint. A commencer par Michelin, qui après le dévissage de la semaine dernière, suite aux déclarations de son directeur financier, retrouve le vert en prenant 4,42%. PSA Peugeot est aussi en hausse tout comme Renault boosté par ses prévisions d’investissements dans Avtovaz. Investissement sous pression pour ne pas voir sa part dans le capital se diluer.

Toujours dans l’automobile, le cours de Valeo est en hausse, soutenu par une note de Cheuvreux spéculant sur un objectif de cours de 17€ à 24€. Pour Cheuvreux, ce bons se justifier par une reprise mécanique de la demande suite au déstockage de 2009.

Pour conforter cette analyse, le rebond la production industrielle à 1,8% au mois d’août a surpassé les prévisions des analystes qui attendaient 0,5%. Des chiffres qui atténuent la chute sur les douze derniers mois à 11,8% pour l’industrie et 12,9% pour le secteur manufacturier.

La valeur de la semaine

EDF encore. A la grande surprise des observateurs, Goldman Sachs a mis EDF dans sa liste des valeurs préférées en Europe, sa « conviction buy list » avec un objectif de cours à 75€."Selon nous, le cours de l'action n'intègre pas l'amélioration des tarifs dans le nucléaire français, ni le contrôle des coûts ou une prime méritée pour un portefeuille de production propre et d'une grande longévité", écrit l'analyste. EDF progresse de 2,82% à 39,6 euros.


RECEVEZ GRATUITEMENT TOUS LES VENDREDIS LA NEWSLETTER « LA SEMAINE EN BOURSE »

CAC 40, SBF 120, NASDAQ, NYSE, ALTERNEXT, WALL-STREET, lisez la synthèse boursière et suivez les mouvements capitalistiques des entreprises industrielles. EDF, AREVA, AIR LIQUIDE, TOTAL, LAFARGE, mais aussi toutes les PME cotées sont suivies quotidiennement par nos journalistes. Chaque semaine retrouvez la synthèse de l'actualité des industriels cotés.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS