Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

IL DÉCROCHE LE PRIX FRANÇAIS DE LA QUALITÉ

Publié le

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer



IL DÉCROCHE LE PRIX FRANÇAIS DE LA QUALITÉ



Le 9 mars 1995 restera un grand jour dans la vie de Patrick Gruau, le P-DG de Gruau Constructeur. Sa PMI centenaire, installée en Mayenne, vient de recevoir des mains du Premier ministre le Prix français de la qualité organisé tous les ans par le ministère de l'Industrie et le Mouvement français pour la qualité. Pour le leader européen de la transformation sur véhicules utilitaires légers, ce trophée couronne dix années d'une démarche de qualité totale lancée par Patrick Gruau. Car c'est bien de la conviction d'un patron dont il s'agit à l'origine. A 28ans, lorsqu'il accède à la direction de la PMI familiale, en 1984, dans des conditions tragiques - la mort de son père-, Patrick Gruau désire très vite remobiliser les salariés autour d'un projet commun. Et c'est un ami industriel qui lui met alors le pied à l'étrier pour entrer dans les cercles de qualité. "J'ai compris que les solutions ne venaient pas de la hiérarchie et que les hommes de terrain avaient leur mot à dire", s'enthousiasme dès lors Patrick Gruau. Suivent des voyages au Japon et aux Etats-Unis qui achèvent de le convaincre des vertus de la fertilisation croisée. En 1988, Gruau lance son premier projet d'entreprise, dont le management des 480salariés est l'un des pivots. Depuis, l'entreprise n'a pas cessé de vivre à l'heure de la qualité. Premier carossier certifié ISO 9002 en 1993, Gruau est dans l'attente des résultats finals de son examen de passage de l'ISO 9001. Le Trophée de la qualité rend son patron heureux à plus d'un titre: pour ses salariés, pour sa région et sa ville, Laval, mais aussi pour sa profession de carossier, qui, dit-il, "reste méconnue". "On commence là où s'arrête le travail du constructeur en rendant le véhicule de base plus fonctionnel", explique cet autodidacte. L'entreprise peut fabriquer aussi bien trente véhicules par an que trente par jour sur dix-huit lignes de produits. A 39ans, il avoue une ambition: pérenniser l'entreprise. Côté succession, rien ne presse cependant: son fils a 9ans.

USINE NOUVELLE N°2493

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle