Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

IBM valorise son leadership dans les brevets

Aurélie Barbaux , ,

Publié le

17 ans qu’IBM est le numéro 1 des brevets aux États-Unis ! En 2009, il a encore obtenu 4914 brevets (4186 en 2008) devançant largement le coréen Samsung (3611 brevets validés), Microsoft (2906), Canon (2206), Panasonic (1829), Toshiba (1696), Sony (1680), Intel (1537), Seiko Epson (1330) et HP (1273). Une position de leader qui lui donne des droits et des devoirs.

Le droit, d’abord, de monnayer son expertise en matière de valorisation de gestion de brevets. La firme américaine vient en effet d’annoncer que, pour la première fois cette année, elle « proposera son savoir-faire et ses solutions logicielles spécifiques à la gestion de l’invention et des brevets aux clients qui souhaitent améliorer la gestion de leur propriété intellectuelle pour renforcer leur stratégie de croissance et d’innovation », précise le communiqué. Le service, porté par la direction de la recherche du groupe, n’a pas encore de nom et le mode de facturation n’est pas encore connu. En revanche on sait déjà que « ce sont les experts corp » qui se déplaceront eux-mêmes chez les clients, avec le support des opérationnels locaux », explique Nicolas Grollier, le directeur de la propriété intellectuelle d’IBM France. Pour mémoire, IBM a encore tiré 1,2 milliard de dollars de revenus de ses 45000 brevets en 2009. De quoi donner envie à d’autres industriels d’en faire autant.

Sa position de numéro 1  lui donne aussi le droit de jouer les grands seigneurs en valorisant de plus en plus ses inventions par des publications scientifiques - 4000 en 2009, soit le double qu’en 2008 – plutôt que par un brevet. Les inventions sont ainsi à la disposition de tous gratuitement.

Mais la position de leader implique aussi des devoirs. IBM s’est donc lancé dans la bataille contre les « patents trolls », ces acteurs « néfastes » qui rachètent des brevets à seule fin judiciaire. Le groupe a défendu, tant devant le Sénat américain qu’à la Commission européenne, une proposition de loi baptisée « Soft IP » pour bloquer ces pratiques.

IBM s’oblige aussi à promouvoir une approche plus ouverte de l’innovation et montre l’exemple en plaçant dans le domaine public certains de ses brevets liés à l’environnement. « Lancée il y a deux ans par IBM, Nokia, Pitney Bowes et Sony, l’initiative Eco-patent Commons a débuté avec vingt brevets et cinq partenaires. Plus de cents brevets, gérés par le World Business Council for Sustainable Development (WBCSD) en Suisse,  sont désormais exploitables librement », observe Nicolas Grollier. Bosch, Dow, DuPont, Fuji-Xerox, Ricoh, Taisei et Xerox ont en effet rejoint le programme. On attend un français.

Aurélie Barbaux
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle