IBM rachète pour 34 milliards de dollars Red Hat, le numéro un du logiciel libre

IBM a annoncé le rachat de Red Hat pour 34 milliards de dollars le 28 octobre. Ce rachat record pour le groupe informatique accélère sa diversification et sa présence dans le cloud. Premier distributeur du système d'exploitation GNU/Linux, Red Hat est un leader des logiciels libres (open source). Avec cette opération, IBM souhaite devenir le premier fournisseur mondial de cloud hybride.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

IBM rachète pour 34 milliards de dollars Red Hat, le numéro un du logiciel libre
IBM a annoncé le rachat de Red Hat pour 34 milliards de dollars le 28 octobre.

Le dimanche 28 octobre, IBM a annoncé le rachat de Red Hat, éditeur de logiciels open source et distributeur de systèmes d’exploitation Linux. Le groupe informatique américain va débourser 34 milliards de dollars pour compléter l’opération. Il s’agirait de la plus grosse acquisition en 2018 dans le secteur des technologies.

L'opération est aussi la plus importante acquisition jamais réalisée par IBM. Elle témoigne des efforts de la PDG Virginia Rometty pour diversifier le groupe américain au-delà des domaines du matériel informatique, du logiciel et des services informatiques, qui ont ralenti sa croissance. Avec ce rachat, IBM va ainsi élargir son offre dans la cloud et la cybersécurité.

"L'acquisition de Red Hat est de nature à changer la donne", déclare Virginia Rometty dans un communiqué. "IBM va devenir le premier fournisseur mondial de 'cloud' hybride, offrant aux entreprises la seule solution de 'cloud' ouvert qui débloquera toute sa valeur pour leurs activités."

Red Hat, premier distributeur mondial de GNU/Linux

Fondé en 1993, Red Hat édite des logiciels libres (open source) et est le premier distributeur mondial du système d'exploitation GNU/Linux, mis au point comme alternative aux logiciels de Microsoft. L’entreprise est présente dans 35 pays avec environ 12 000 employés. La capitalisation boursière de Red Hat est de 20,5 milliards de dollars tandis que celle d'IBM atteint 114 milliards.

Red Hat, qui fonctionne par abonnements, va permettre à IBM de récupérer une source lucrative de revenus réguliers. La multinationale informatique espère que cet accord l'aidera à concurrencer Amazon, Alphabet et Microsoft dans le secteur à forte croissance du "cloud", ou informatique "en nuage", qui permet le stockage et la consultation à distance de données.

L’éditeur de logiciels restera dirigé par Jim Whitehurst et l'équipe actuelle de direction, précise IBM qui entend aussi maintenir le siège, les sites, les marques et les pratiques de l'entreprise qu'elle rachète.

Troisième plus grosse acquisition technologique aux États-Unis

La transaction IBM-Red Hat devrait être bouclée dans le second semestre 2019. Pour financer ce rachat, IBM envisage de suspendre tous ses programmes de rachat d'action prévus en 2020 et 2021.

IBM financera l'opération sur ses fonds propres et par endettement. L'accord, validé par les conseils d'administration des deux entreprises, prévoit qu'IBM va acquérir la totalité des actions ordinaires de Red Hat au prix de 190 dollars par action, soit une prime de 62% par rapport au cours de clôture du titre Red Hat le vendredi 26 octobre.

Selon la chaîne financière CNBC, il s’agirait du troisième accord le plus important aux États-Unis dans le secteur technologique. Le premier remonte à 2016 avec la prise d’EMC par Dell pour 67 milliards de dollars. En 2000, l’équipementier de télécoms JDS Uniphase rachetait quant à lui le constructeur d’amplificateurs optiques SDL pour 41 milliards de dollars. Avec Reuters

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS