Economie

IBM confirme la suppression de 1200 postes en France

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Lors du comité d’entreprise d'IBM, mercredi 24 avril, la direction a présenté officiellement son plan de réduction de 1200 postes d‘ici 2014. Tous les services sont concernés. Reste à savoir comment l'entreprise compte procéder.

IBM confirme la suppression de 1200 postes en France

Les syndicats d’IBM France le savaient. Cela a été confirmé lors du comité d’entreprise central qui s'est tenu ce mercredi 24 avril au siège de la société à Bois-Colombes (92). La direction a présenté son projet de suppression, d’ici 2014, de 1227 postes sur les 9700 que compte aujourd’hui l’entreprise. Le projet est décrit dans un document de 250 pages remis aux élus du CCE.

Conseil et support sont les plus touchés

Deux activités sont particulièrement touchées. D’abord celle du conseil, en forte baisse en 2012 et au premier trimestre 2013. Elle devrait perdre 400 postes, soit 25% de ses effectifs de consultants actuels. Ensuite celle du support (achat, secrétariat, gestion des contrats…). Elle pourrait être amputée de 250 postes sur les 800 actuels. "Les autres suppressions d’emplois seront réparties partout ailleurs à raison de 20 à 80 postes, décompte Jean-Michel Daire, délégué syndical central CGT. Aucun service, aucune activité ne serait épargné."

Après les réductions d’emploi en province, comme le plan social de 66 postes à Montpellier (34) en 2012, les sites d’Ile de France risquent cette fois-ci de payer le prix fort. L’un des deux bâtiments à Noisy-le-Grand (93) pourrait être fermé.

IBM attendrait la loi sur la flexi-sécurité

La direction n’a pas précisé encore les modalités de mise en œuvre de ce projet. Mais la CGT craint que la direction utilise l’accord interne GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et de compétences) conclu en 2005, et l’accord national interprofessionnel dit de flexi-sécurité, en cours de transposition en une loi, pour faire les choses en douce en poussant des salariés vers la porte. "IBM est coutumier de cette méthode, se plaint Jean-Michel Daire. Il en a beaucoup usé par le passé pour dégraisser les effectifs sans faire de PSE."

Les emplois supprimés en France vont-ils être transférés dans des pays à faible coût de main-d’œuvre ? La CGT s’interroge. "Chaque année, 100 à 200 emplois sont transférés en Europe de l’Est et en Inde, estime le délégué du syndicat. Le comble est que les personnes chargées de gérer ces transferts perdent ensuite leur emploi, car IBM n‘en a plus besoin."

Chute du chiffre d'affaires de 5%

Au cours du premier trimestre 2013, IBM accuse une chute de chiffre d’affaires de 5% à 23,4 milliards de dollars, principalement à cause de report de contrats. Le bénéfice recule de 1% à 3 milliards de dollars. La baisse touche toutes les activités, à l’exception de celle du logiciel restée stable à 5,6 milliards de dollars. L’activité de matériel a particulièrement souffert avec un plongeon de 17% des ventes. Ce qui expliquerait la volonté d’IBM de vendre ses serveurs x86 peut-être à Lenevo à qui il a déjà vendu ses PC en 2005.

Ridha Loukil

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte