Hyundai taille dans ses motorisations essence pour investir dans l’électrique, selon des sources

par Gilles Guillaume et Heekyong Yang

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Hyundai taille dans ses motorisations essence pour investir dans l’électrique, selon des sources
Hyundai Motor Group a décidé de réduire de manière drastique le nombre de ses motorisations essence pour dégager des ressources à investir dans l'électrification de ses futurs modèles, ont déclaré à Reuters deux sources proches du constructeur automobile sud-coréen. /Photo d'archives/REUTERS/Kim Hong-Ji

PARIS/SEOUL (Reuters) - Hyundai Motor Group a décidé de réduire de manière drastique le nombre de ses motorisations essence pour dégager des ressources à investir dans l'électrification de ses futurs modèles, ont déclaré à Reuters deux sources proches du constructeur automobile sud-coréen.

Cette décision se traduira par une diminution de 50% de la diversité des groupes motopropulseurs du groupe, a indiqué une des sources.

"C'est un enjeu économique important, qui permet surtout un dégagement de ressources de R&D pour faire le reste: moteurs électriques, batteries, pile à combustible", a-t-elle dit, sans apporter de précision sur le calendrier.

Hyundai n'a pas souhaité faire de commentaire sur ces informations, mais un porte-parole a dit à Reuters dans une déclaration transmise par e-mail que le groupe était en train d'accélérer l'adoption de véhicules électriques plus écologiques, comme ceux à pile à combustible ou à batterie.

IL a ajouté que l'objectif était de développer progressivement les véhicules électriques à batterie sur les marchés stratégiques que sont les Etats-Unis, l'Europe et la Chine, avec pour cible 100% d'électrification d'ici 2040.

Tous les constructeurs automobiles accélèrent aujourd'hui leur mutation vers l'électrique face au durcissement des normes d'émission et doivent abandonner nombre de développements conventionnels, notamment sur les moteurs thermiques classiques et sur les boîtes de vitesse mécaniques, en prévision d'une baisse de la demande pour ces technologies et faute de pouvoir assumer des investissements sur tous les fronts.

Pour Hyundai, qui avec sa filiale Kia compte parmi les dix principaux groupes automobiles mondiaux, le saut est particulièrement important car le géant coréen est connu pour avoir en magasin l'une des panoplies de technologies moteurs et transmissions les plus larges de l'industrie.

La décision de réduire le nombre de groupes motopropulseurs a été validée en mars au plus haut niveau, a ajouté la source.

Le groupe doit maintenant finaliser sa stratégie hybride essence-électrique, puis purement électrique, dans les six prochains mois.

"Hyundai a arrêté de développer de nouveaux moteurs et transmissions pour les voitures essence", a indiqué l'autre source.

Hyundai Motor Group, qui regroupe Hyundai Motor Co et Kia Corp, vise un million de ventes de véhicules électriques d'ici 2025 pour devenir le numéro trois mondial.

Le groupe avait déjà donné un avant-goût de cette mutation en annonçant son intention de passer de 21 à 14 modèles de véhicules essence en Chine d'ici 2025, tout en lançant parallèlement des nouveaux véhicules électriques chaque année à compter de 2022.

Comme pour les autres constructeurs, confrontés à la plus importante révolution de l'histoire du secteur, la stratégie de Hyndai s'accompagne également d'hésitations.

En février, le groupe avait déclaré ne pas être en discussions avec Apple au sujet d'un véhicule autonome, un mois tout juste après avoir confirmé des pourparlers préliminaire.

Traditionnellement, Hyundai a toujours été réticent à collaborer avec des groupes étrangers. Selon des sources proches du dossier, l'idée que le groupe devienne un fabricant sous contrat pour Apple rencontrait une forte opposition en interne.

(Avec Nick Carey à Londres, édité par Jean-Michel Bélot)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS