Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Hyundai-Kia prend le train du véhicule autonome

Pauline Ducamp , , ,

Publié le

Très discret sur le véhicule autonome, le constructeur coréen a présenté, la semaine dernière, plusieurs prototypes. Les premières applications arriveront sur le marché l'année prochaine.


Crédits Pauline Ducamp

 

Trublion sur de nombreux marchés, Hyundai-Kia s'était en revanche jusqu'à présent montré très discret sur le sujet "voiture autonome". Le groupe s'est rattrapé la semaine dernière, en dévoilant des prototypes et sa vision stratégique.

Sur une piste d'essai, un Kia Soul bleu et blanc roule sur quelques mètres sans personne à bord. Le SUV dépasse une place vide, s'arrête quelques instants puis met son clignotant, enclenche la marche arrière et se gare tout seul.

Le petit groupe d'ingénieurs qui encadrent le test surveille en parallèle un autre Soul, rouge flamboyant, comme les arbres aux couleurs d'automne bordant le centre de R&D de Hyundai-Kia à Namyang (Corée du Sud). Le Soul rouge est encore plus indépendant que son copain bleu. Il sait suivre un véhicule, même hors d'une voie matérialisée, se déplacer dans les embouteillages ou encore doubler seul un véhicule sur autoroute. Le tout en douceur. C'est cette fonction de conduite autonome sur autoroute qui sera lancée en premier sur le marché, en 2016 sur une grande berline, probablement de la marque de luxe du groupe, baptisée Genesis.

Internaliser les développements

Les mauvaises langues diront qu'il n'y a rien de révolutionnaire, un classique chez les Coréens qui n'inventeraient pas, mais reproduiraient uniquement les innovations des autres. Il n'y a certes rien de nouveau : Valeo présente son "Valet parking" depuis plus de deux ans, Daimler, Audi ou BMW commercialisent déjà des options de conduite autonome sur autoroute sur leurs modèles haut de gamme.

La stratégie proposée par Kia se montre cependant intéressante. Dans sa communication, le groupe met l'accent sur le savoir interne et les développements 100% maison. Vu le secret et le taux d'intégration élevé, on est tenté de croire Hyundai-Kia. "Développer ce type de produit est impossible sans un savoir-faire maison", affirme Seoho Choi, directeur général de la recherche et du développement. Hyundai-Kia a ainsi créé une filiale, HMN Soft, dédiée aux logiciels et algorithmes. "On embauche beaucoup d'ingénieurs électroniques ces temps-ci", reconnaît Jeong Woo Lee, chef de projet véhicule autonome.

La cartographie augmentée nécessaire aux véhicules est aussi traitée en interne, du moins en Corée. Même certains composants spécifiques, comme une caméra située à l'avant du véhicule pour la détection piéton, est mise au point en interne. "Nous achetons cependant des capteurs à des équipementiers, comme Hyundai Mobis", souligne Seoho Choi. Hyundai Mobis fait partie intégrante de l'empire Hyundai Motor Group, l'externalisation est donc minime. Le groupe compte sur un croisement entre éléments de sécurité et systèmes d'aide à la conduite pour en tirer les briques de l'autonomie du véhicule. Hyundai-Kia compte aussi se rapprocher de l'industrie du semi-conducteur pour monter en compétences.

Berline luxueuse

Ce développement en interne explique peut-être le léger retard de Hyundai-Kia dans le domaine. Il montre aussi une manière de se préserver des grands de l'électronique grand public. "Je ne pense pas que Google produira demain des voitures, constate Jeong Woo Lee. En revanche, il vendra des services liés à la voiture autonome, comme la cartographie ou du big data".

Hyundai-Kia ne donne aucun chiffre des investissements dans ces projets, mais admet que Hyundai, et notamment sa marque de luxe Genesis, sont tout désignées pour proposer en premier l'autonomisation du véhicule. Le surcoût pour l'autonomie sur autoroute tournerait autour de mille dollars (environ 930 euros). En 2018, c'est un modèle respectueux de l'environnement qui en bénéficiera. Pourquoi pas la version électrique du Soul ? Le prototype continue lui de se garer et de sortie de sa place sur la piste d'essai de Namyang.

Pauline Ducamp, à Namyang (Corée du Sud)

galerie photo Renault

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle