Hydrogène décarboné : le CNRS fédère scientifiques et industriels pour accélérer les recherches

Le CNRS a officiellement lancé sa Fédération hydrogène, mardi 9 mars, à l'occasion d'un événement en ligne. L'initiative vise notamment à favoriser les collaborations entre les équipes du CNRS et le monde industriel de l'ensemble de la filière hydrogène.

Partager
Hydrogène décarboné : le CNRS fédère scientifiques et industriels pour accélérer les recherches
Projet collaboratif européen dans lequel le CNRS et des industriels comme Bosch étaient impliqués. GIANTLEAF a abouti au développement d'une pile à combustible comme prolongateur d'autonomie pour bus électrique, prenant la forme d'une remorque.

Science fondamentale, industrie, hydrogène. La Fédération hydrogène du CNRS, mise sur pied le 1er janvier 2020, a officiellement été lancée mardi 9 mars au cours d'un événement en ligne, retardé d’un an à cause de la crise sanitaire. La Fédération regroupe plus de 270 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs qui travaillent au sein de 28 laboratoires estampillés CNRS engagés dans le domaine de l’hydrogène.

Coordonner les efforts

Objectif affiché : « coordonner les efforts de ces équipes pour produire de l’hydrogène décarboné, le purifier, le stocker et l’utiliser via des piles à combustibles pour des applications mobiles ou stationnaires », d’après les termes du communiqué. « L’idée est également de nous rendre visible auprès des industriels, notamment nationaux », a précisé Antoine Petit, le président du CNRS, lors de l’événement de lancement en ligne.

Car si « la mission première du CNRS consiste à faire de la recherche fondamentale », a souligné Antoine Petit en guise d’introduction, « il s’agit aussi d’appliquer ces recherches aux grandes questions sociales et économiques, parmi lesquelles la transition énergétique et l’hydrogène ». Pour y parvenir, « la collaboration entre les académiques et les industriels est essentielle », a insisté Antoine Petit.

Travaux sur toute la chaîne de valeur

La Fédération se structure en quatre axes scientifiques et technologiques, en phase avec les besoins des industriels : la production d’hydrogène décarboné, son stockage, le marché stationnaire (comme les piles à combustibles pour maisons individuels) et la mobilité. « Les challenges se répartissent sur l’ensemble de la chaîne de valeur de la filière », a commenté le président du CNRS.

Sur ces différents aspects, les équipes du CNRS n’en sont pas à leurs galops d’essai. « La communauté de la recherche sur l’hydrogène a commencé à se structurer il y a plus de vingt ans dans le cadre de groupements de recherche », a contextualisé Antoine Petit, qui ajoute que la naissance de la Fédération est due à un « alignement des planètes » entre le CNRS et plusieurs gros industriels qui souhaitent s’engager sur l’hydrogène, comme Michelin, Air Liquide ou EDF.

Poursuite de l'engagement hydrogène

Le CNRS est déjà bien implanté dans le domaine de l’hydrogène : le gouvernement lui a confié, en partenariat avec le CEA, le pilotage scientifique du Programme et équipement prioritaire de la recherche (PEPR) dédié à l'hydrogène décarboné. Ce projet, doté d’une enveloppe de 80 millions d’euros sur 7 à 8 ans, consiste notamment à déterminer « de grands axes de travail pour des projets ciblés à maturité élevé, des appels à projet sur des thématiques fortement émergentes et des appels à manifestation d’intérêt pour structurer la communauté sur des thématiques transverses », d’après Abdelilah Slaoui, pilote scientifique du PEPR et responsable de la cellule énergie du CNRS, cité dans un communiqué.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS