Humeur : World Forum de Lille. 10 Octobre 2008.

Partager


A 14h30, dans l'auditorium du Nouveau Siècle, le slogan du forum, « Think is good, act is better », est projeté sur l'écran géant devant lequel quelques centaines d'étudiants, professionnels, membres d'associations et d'ONG, universitaires, journalistes et citoyens curieux attendent pour assister à la conférence intitulée « L'entreprise responsable ».
« Sous la critique constructive de l'expert universitaire, deux entrepreneurs, Etienne Davignon et Marc Roquette nous racontent leurs parcours, comment la RSE [Responsabilité sociale et environnementale] s'est imposée dans les entreprises où les ressources naturelles sont au cœur de leur métier. Mais aussi ce qu'elle a changé et quelles nouvelles perspectives elle ouvre pour le xxième siècle. » Programme ambitieux, à l'image de ces deuxièmes rencontres internationales de Lille consacrées à la thématique « Nourrir et protéger la planète ». On nous annonce d'emblée que M.Davignon ne pourra être présent. Qu'à cela ne tienne, reste le PDG de Roquette Frères et Deon Rossouw, Président de l'International society of Business, Ethics and Economics. L'amidonnier est le premier à prendre la parole pour une intervention d'une quarantaine de minutes. Rappel, nous sommes ici pour parler de RSE. Les vingt premières minutes du discours sont consacrés à la présentation de l'activité de l'entreprise Roquette Frères ainsi qu'à une rétrospective de l'amidonnerie/féculerie au xxème siècle. Ces éléments peuvent (encore) paraitre nécessaires à la compréhension du « parcours, comment la RSE s'est imposée dans des entreprises où les ressources naturelles sont au cœur de leur métier .» M. Roquette présente ensuite différents aménagements, s'inscrivant dans une démarche responsable, mis en place et en cours de réalisation dans l'usine principale de la société, située à Lestrem. Nous touchions au sujet et là, le système s'emballe. La deuxième partie de la présentation sera consacrée à une expérience de pensée que l'industriel met à notre portée. Se prenant pour un Platon, il imagine, dans un futur plus ou moins proche, pallier la raréfaction des ressources d'énergie fossile à venir et faire tourner ses usines en utilisant des microalgues dont la croissance serait optimiser grâce à la fusion nucléaire... Enchainée à mon siège, je commençais à chercher la lumière verte de l'issue de secours, pour sortir de cet auditorium devenu caverne...

Le problème est loin d'être l'utilisation de la puissance de l'imagination pour envisager des solutions permettant une croissance (positive, celle-ci) dans un monde en mutations où des alternatives énergétiques doivent être trouvées voire même inventées. L'ennui réside dans le fait que M. Roquette, avec cette expérience de pensée, a tenté de convaincre sont auditoire que les avancées technologiques, en un mot (galvaudé) le progrès, nous permettront au moment venu (ie : quand il n'y aura plus le choix) de résoudre les problématiques énergétiques de demain, sans remettre en question nos comportements d'aujourd'hui. Cerise sur l'amidon, cette démonstration était brillamment appuyée, entre autres, par une courbe (c'est scientifique donc sérieux...) du Medef traduisant l'évolution du PIB (de quoi, où ?) de Jésus-Christ à nos jours, courbe censée mettre en évidence le lien entre progrès technique et progression de la croissance à travers les âges... (NB : à ce jour, la documentation du Medef n'a toujours pas retrouvé trace de la dite courbe). Après ce morceau de bravoure, la présentation académique de M. Rossouw n'aura rien pu faire pour sauver cette conférence de laquelle on ressortait bien trop énervé pour un vendredi en fin d'après midi.
Hélène Bustos

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    ROQUETTE FRERES
ARTICLES LES PLUS LUS