Huit réacteurs nucléaires pourraient fermer d'ici 2028

La Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui sera rendue publique par le gouvernement fin octobre, prévoirait la fermeture de huit réacteurs nucléaires d'ici 2028, annonce le média spécialisé dans l'énergie Montel. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Huit réacteurs nucléaires pourraient fermer d'ici 2028
Les deux unités de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) seront les premières à être fermées.

Selon le média spécialisé dans l’énergie Montel, "le gouvernement s’oriente vers une fermeture de huit réacteurs, en plus des deux unités de la centrale de Fessenheim (1,8 GW), dans le cadre de sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE)". L’article publié ce mercredi 26 septembre cite plusieurs sources proches du dossier. "La fermeture de huit réacteurs est la position prônée par Bercy et soit elle a déjà été arbitrée, soit elle est en cours d’arbitrage", indique l’une d’entre elles.

Les huit réacteurs devraient fermer au cours des dix prochaines années, ajoute le média, s'appuyant sur trois autres sources, sans donner plus de détails. Une décision qu’Anne Bringault, coordinatrice pour la transition énergétique de l'association Cler et du Réseau Action Climat, juge "irréaliste" auprès de Montel: "Ce que nous souhaitons, c’est d’avoir des actions qui se passent dans ce quinquennat. S’il n’y a que la fermeture de Fessenheim d’ici 2022, c’est le point le plus grave […] Moins l’on ferme de réacteurs moins l’on crée des possibilités de choisir à la fin."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

A part les deux réacteurs de Fessenheim (Haut-Rhin), les réacteurs des centrales les plus anciennes, susceptibles d'êtres les premiers à être fermés, sont ceux du Bugey (Ain), de Dampierre (Loiret) et de Gravelines (Nord).

Montel précise qu'au regard de la loi française, "seuls EDF et l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) peuvent décider de la fermeture de réacteurs nommément".

La version provisoire de la PPE sera dévoilée fin octobre par le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy. Elle couvrira les périodes 2019-2023 et 2024-2028. Elle doit notamment fixer la manière dont sera appliqué l’objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans le mix électrique français, fixée par la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS